Jeunesse,  Littérature,  Policier

[Chronique] L’enquête des minots (Panique au panier) – Camille Lacombe

Bonjour !

Aujourd’hui je vous parle d’un roman policier jeunesse. Il s’agit du premier tome de « L’enquête des minots » : Panique au panier, écrit par Camille Lacombe que je remercie d’ailleurs pour sa confiance.

Résumé :

C’est la panique au Panier ! Le Poète Maudit, un mystérieux tagueur, vandalise le quartier. Mais Cédric et son meilleur ami Idriss sont sur le coup ! Et ils ne reculeront devant rien pour démasquer le coupable. Mais qui est donc ce graffeur secret ? Est-ce Damien, l’ennemi juré de Cédric ? Ou bien Monsieur Morel, le professeur rebelle ? Et pourquoi pas Fatou, la grande soeur d’Idriss ?

Une enquête trépidante, une bonne dose d’amitié et une pointe d’humour, Cédric et Idriss se triturent les méninges dans ce roman policier. Découvrez le premier tome des aventures de ces deux apprentis détectives marseillais !

Avis :

C’est un roman policier destiné aux enfants à partir de 9 ans, mais il peut bien entendu plaire à des adultes !

J’ai trouvé que c’était une bonne entrée en matière pour faire découvrir les romans policiers à des enfants. Il s’y trouve tout ce que l’on apprécie dans ce genre : du suspens, une enquête bien ficelée, de quoi faire tourner le lecteur en bourrique… bref, tout ce qu’il faut pour éveiller la curiosité d’un jeune lecteur et le pousser à se pencher davantage dans la lecture d’enquêtes policières.

Bien entendu, ce n’est pas tout, comme le tagueur recherché est un poète, évidement, on y parlera poésie, de quoi initier nos petites têtes à encore tout autre chose.

Les personnages principaux de l’histoire, Cédric et Idriss, sont très attachants, et permettent également à l’enfant de s’identifier et ainsi de rentrer plus facilement dans l’histoire, ce qui n’est pas toujours évident.

De plus, ce roman peut avoir une importance toute autre, puisqu’il parle de harcèlement. On sait bien que c’est un des fléaux de l’école depuis déjà trop longtemps. Bien sûr, beaucoup se battent contre et les langues commencent à se délier (je pense à la chanson, et au clip d’Indochine : College Boy). Ce genre d’oeuvre, qu’elle soit musicale ou littéraire (ou autre…) contribue à l’énorme prise de conscience dont nous avons tous besoin : il ne faut plus se taire.

Ainsi, lu à la maison, ce petit roman peut permettre à des enfants concernés d’enfin aborder le sujet avec un adulte. De même, à l’école, il peut permettre de lancer une série de débats amenant les élèves à ouvrir les yeux sur ce qu’est le harcèlement.

C’est un livre que je conseille donc à tout le monde. Je pense également le garder sous le coude pour le faire étudier à mes élèves une prochaine année, lorsque j’aurai des CM2.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :