Archives de
Étiquette : séparation

[Chronique] L’arbre qui grandit dans mon mur – Lourdes Navarro

[Chronique] L’arbre qui grandit dans mon mur – Lourdes Navarro

Bonsoir !

Aujourd’hui je suis absolument ravie d’écrire cet article, car oui, j’ai reçu des services presse des éditions Ankama !! Ankama… Ankama… oui, ça doit vous dire quelque chose normalement… Dofus ? Wakfu ? Entre autres bien entendu ! Enfin, trêve de bavardages ! Je suis là pour vous présenter une superbe bande dessinée jeunesse : L’arbre qui grandit dans mon mur, de Lourdes Navarro.

Avant de commencer, je tiens à remercier mille fois les éditions Ankama pour leur confiance et leur gentillesse !

Résumé :

Mike, 15 ans, est passionné de botanique. Les plantes lui permettent d’oublier son quotidien un peu morose : en classe, certains de ses camarades se moquent de lui et, à la maison, ses parents passent leur temps à se quereller. Mais un jour, en rentrant de l’école, il remarque une étrange pousse qui sort d’un des murs de sa chambre. Au fur et à mesure que son quotidien s’assombrit, la plante prend de l’ampleur, jusqu’à devenir un arbre…

Mon avis :

La première chose qui m’a attirée, lorsqu’il a fallu choisir des ouvrage, c’est vraiment la couverture. Un graphisme épuré et très coloré. Et quand j’ai ouvert le livre… bingo : des couleurs et des dessins magnifiques ! Lourdes Navarro a réalisé un travail merveilleux pour cette BD.

L’histoire quant à elle est très mignonne. Pour les enfants / ados dont les parents se séparent, elle rassure, elle aide à s’écouter soi-même. Pour les autres elle sensibilise, elle aide à comprendre le mal être.

On s’attache tout de suite à Mike qui semble être un garçon adorable, très gentil, trop gentil. On est en colère de voir que les autres enfants le persécutent. Sa passion est inhabituelle pour un enfant, ce qui le rend d’autant plus sympathique.

Je trouve que l’auteur a parfaitement réussi à nous faire ressentir, à nous, lecteurs qui n’avons jamais connu la séparation de nos parents, ce qu’un garçon de son âge peut avoir à l’intérieur de lui sans même s’en rendre compte.

C’est une bande dessinée très jolie à mettre entre toutes les petites et les grandes mains. Un véritable coup de coeur pour moi, qui adore ce genre de graphismes !

[Chronique] Nous serons toujours là pour toi – Stephan Valentin et Denitza Mineva

[Chronique] Nous serons toujours là pour toi – Stephan Valentin et Denitza Mineva

Bonjour !

Aujourd’hui  je vous présente un album jeunesse très très touchant. Je remercie Stephan Valentin qui m’a proposé de le présenter et qui m’a fait confiance en me le faisant parvenir. « Nous serons toujours là pour toi » a donc été écrit par Stephan Valentin, spécialiste de la petite enfance, illustré par Denitza Mineva, et publié aux éditions Pfefferkorn.

4ème de couverture :

En grandissant, votre enfant se pose beaucoup de questions : « Et s’il y a un monstre dans ma chambre ? », « Et si vous sortez le soir sans moi ? ». Ce livre est là pour le rassurer, en lui faisant comprendre qu’il pourra toujours compter sur vous.

Mon avis :

C’est un album destiné aux enfants à partir de 3 ans, et aux illustrations toutes simples, mais très efficaces, et surtout adaptées au public ciblé.

Trois ans, c’est effectivement l’âge auquel l’enfant commence à faire face à l’absence de ses parents, puisque c’est à ce moment là que l’école entre en jeu et c’est une source de stress très importante pour lui. Cet album permet aux parents de trouver les mots justes afin de rassurer leurs petits, en leur montrant que quoi qu’il arrive, ils seront là pour eux.

L’enfant comprend alors non seulement qu’il pourra toujours compter sur ses parents, mais également qu’il est totalement normal d’avoir peur de la séparation, ou d’avoir encore besoin de ses parents, même quand il sera grand.

C’est un livre que je conseillerais à tous les parents ayant des enfants ayant peur de l’abandon. Honnêtement, il m’a mis les larmes aux yeux très rapidement, je l’ai beaucoup apprécié et trouvé très touchant.

En bref, un album à mettre dans la bibliothèque de votre petit chérubin !

[Chronique] Je pense à toi – Komatsu

[Chronique] Je pense à toi – Komatsu

Bonjour !

Aujourd’hui je viens vous parler d’un manga que j’ai obtenu en partenariat avec les éditions Taifu Comics que je remercie : Je pense à toi.

Vous pouvez l’acheter sur Amazon ici.

Voici le synopsis :

Takashi et Yasu habitent depuis l’enfance dans une petite ville ennuyeuse à la campagne et encore aujourd’hui, alors qu’ils sont au lycée, ils sont les meilleurs amis du monde. Mais ce que Yasu ressent pour Takashi est plus que de l’amitié. Avant qu’il n’ait pu lui avouer, la saison des examens arrive et Takashi lui confie qu’il va se présenter à l’examen d’entrée de l’université de Tokyo. Voici le premier recueil de Komatsu, qui dépeint avec un raffinement subtil les sentiments amoureux de l’adolescence. 

Mon avis :

Je suis vraiment friande de Yaoi de toutes sortes et je n’ai vraiment pas été déçue. Premièrement la couverture est vraiment magnifique, et comme vous commencez sûrement à le savoir, c’est ce qui m’attire vraiment. En ouvrant le manga (du bon côté s’il vous plait), vous trouverez d’abord un très bel artwork dont je vous laisse la surprise. Les dessins sont eux aussi très beaux et donnent vraiment envie, ce qui n’est pas toujours le vrai dans mon cas. Le manga est divisé en quatre histoires. Les thèmes récurrents sont l’amour, l’adolescence, la séparation et l’amitié.

La première histoire est celle de deux amis prenant des chemins différents. Je l’ai trouvée très belle et particulièrement touchante.

La seconde est celle qui m’a le moins marquée. Nous arrivons pendant les retrouvailles d’anciens camarades. L’un d’eux est absent et le protagoniste se souvient de leur relation plutôt tumultueuse et tordue. On peut avoir un aperçu de ce qu’est aimer aveuglement, et de vouloir faire tout son possible pour que l’autre soit heureux.

La troisième histoire elle la plus drôle (la seule d’ailleurs). Elle conte une histoire d’amour née d’un malentendu. Voulant repousser gentiment une fille qui lui faisait sa déclaration, le protagoniste se sent obligé de lui faire croire qu’il est gay. Pour cela il ne trouve aucune autre solution que de prendre à témoin un autre garçon qui passait par là et de le faire passer pour son copain. Manque de bol, ce garçon est le caïd de classe.

Le protagoniste de la quatrième histoire voit sa famille si parfaite à ses yeux voler en éclats. La désillusion est si dure qu’il plonge dans un chagrin difficile à effacer. Son ami, qui voudrait être plus, fait de son mieux pour le faire aller de l’avant et le pousser à rentrer chez lui afin de parler à nouveau à sa mère. Pour moi cette histoire était la plus difficile à lire car c’est quelque chose qui pourrait nous arriver à tous.

Dans l’ensemble j’ai passé un très bon moment à lire ce manga. J’ai cependant souvent été perdue entre les personnages (tout au long des quatre histoires), peut-être à cause de mon manque d’attention et d’expérience en matière de mangas. Parfois les dialogues étaient difficile à suivre.

L’homosexualité est le fil rouge des chapitres cependant ce n’est clairement pas le thème de ce manga qui est plus basé sur des émotions d’adolescents qu’ils soient homo ou hétéro.

Encore un très beau Yaoi que je me ravis d’ajouter à ma bibliothèque !

Et vous, votre Yaoi préféré ?