Archives de
Étiquette : littérature

[Chronique] Chicha, et autres nouvelles – Virginie Vanos

[Chronique] Chicha, et autres nouvelles – Virginie Vanos

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente un petit recueil de nouvelles, écrit par Virginie Vanos : Chicha.

Résumé :

Chicha, un petit chat, tente de sauver sa maîtresse de ses comportements autodestructeurs…

A près de 40 ans, Charlotte et Laura transforment diamétralement leurs vies, chacune à sa façon…

L’ami de Félix, rejeté par les siens, trouve sa voie en dehors des sentiers battus, alors que Rose fait de son existence un hymne permanent à la joie.

Ces cinq personnages aussi atypiques qu’attachants, passant du rire aux larmes, de l’abattement à l’espoir le plus fou, nous plongent dans une réflexion intense sur ce droit inaliénable qu’est le bonheur.

Mon avis :

Bon, c’est le coeur lourd que j’écris cette chronique, car je vous avoue que mon coeur s’est arrêté à la première nouvelle qui m’a totalement bouleversée, mise en colère… et j’en passe. C’est donc l’histoire de Chicha, un petit chat dont la vie ne commence pas forcément très bien, et dont les déboires ne s’arrêtent pas. Et je vous avoue que je me suis mise à la place de sa maîtresse et ça m’a beaucoup attristée et énervée.

Bref, après la lecture de cette première nouvelle le poids sur mon coeur est resté et je n’ai pas pu m’en détacher lors de la lecture des suivantes. Ce qui fait que tout l’espoir et le bonheur ayant pu être ressentit par les autres personnages m’est complètement passé au travers.

A part ça, ce sont des nouvelles très bien écrites, qui se lisent très rapidement. Les histoires sont variées et les personnages intéressants et plutôt bien développés à mon goût.

Finalement, je ne sais pas quoi penser de la place de la première nouvelle qui m’a vraiment trop bouleversée pour parvenir à m’ancrer aux autres. Mais placée en dernier elle ne laisse pas de place à la touche positive de la dernière.

En bref, c’est un ouvrage que je recommande, accompagné d’un paquet de mouchoirs !

[Chronique] Quatre morts et un papillon – Valérie Allam

[Chronique] Quatre morts et un papillon – Valérie Allam

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente ma dernière lecture : « Quatre morts et un papillon » par Valérie Allam. Je tiens à remercier les Editions du Caïman pour cette nouvelle collaboration, comme toujours d’excellente qualité !

Résumé :

Quatre femmes. Elles ne se connaissent pas. Elles ont tout perdu. Chacune à sa manière tentera de sauver ce qui peut l’être sans se douter que leur rencontre scellera leur destin.

Quatre morts et un papillon est un conte moderne et noir, entre rêve et réalité d’une société dont les pièges pourraient se refermer sur chacun d’entre nous.

Mon avis :

Contrairement à la grande majorité de mes lectures actuelles, je n’ai eu aucun mal à me projeter. Je me suis laissée happer par l’histoire dès les premières ligne, ce qui, il faut le dire, est vraiment un exploit. L’écriture est très douce, malgré la dureté de l’histoire.

Nous suivons dans ce roman quatre femmes : Magali, Loubna, Johanna et Chloé. Toutes ont vu leur vie s’effondrer d’une manière ou d’une autres, toutes ont une histoire très touchante à nous raconter. Et surtout, on voudrait que tout puisse s’arranger pour chacune d’entre elles.

Ces quatre histoires sont entremêlées dans le récit, on n’a clairement pas le temps de s’ennuyer, tout nous tient en haleine, on veut savoir si leur futur va finalement leur sourire, si elles vont s’en sortir. Petit à petit, ces quatre voix finissent pas se retrouver, et c’est là qu’est la beauté de ce roman. Les différentes histoires finissent par n’en former plus qu’une

Les personnages sont extrêmement touchants, et on ne tarde pas à s’imaginer de quelle manière nous aussi, nous pourrions nous retrouver si facilement autant en détresse que ces femmes. Il suffit de pas grand chose pour se retrouver du mauvais côté de la pente, et c’est ce qui les rend d’autant plus attachantes, ce sont des madames tout le monde. Elles étaient juste là au mauvais endroit au mauvais moment.

J’ai adoré l’écriture, l’histoire, j’ai voulu savoir jusqu’au bout, où cela me mènerait, et je n’ai pas été déçue. J’ai été surprise jusqu’à la fin. Ce roman a pour moi été un réel coup de coeur, à tel point que je peine à trouver les mots pour en parler.

Si vous aimez les contes pour adultes, les histoires sombres mais pleines d’espoir, franchement, foncez.

[Chronique] Evidence – Jennifer Mallefille-Lafourcade

[Chronique] Evidence – Jennifer Mallefille-Lafourcade

Bonjour !

Il y a quelques temps j’ai eu la joie de recevoir ce roman « Evidence » de Jennifer Mallefille-Lafourcade, publié aux éditions Maïa. Voici donc mon retour sur cet ouvrage.

Résumé :

Alicia est une jeune femme décidée et déterminée. Elle connait son destin qui est celui de la musique, de sa passion profonde pour le rock et l’esprit de liberté qui s’en dégage. Elle est consciente qu’elle seule a les capacités d’écrire son destin, elle croit en la loi de l’attraction.

Chaque moment de sa vie se traverse sur différents morceaux musicaux. Elle écoute, se nourrit et s’inspire des plus grands chanteurs et poètes français.

Le feu habite sa vie amoureuse. Elle ne connaît pas la demi-mesure, tout doit être vécu avec la plus grande intensité.

Elle s’intéresse également à son histoire familiale et va découvrir un passé enfoui dans le grenier de la maison de son père.

Sa maturité et l’éveil spirituel l’accompagnent pour faire face à la brutalité de certains événements douloureux qu’elle va vivre.

Alicia écrit sa vie dans les moindres détails pour ne jamais rien oublier.

Mon avis :

C’est un roman écrit sous la forme d’un journal intime, avec des dates, des titres pour nous y retrouver plus facilement, et séparer les différents événements. On y suit Alicia, une jeune fille musicienne bien déterminer à faire de sa passion son gagne pain. On retrouve également très régulièrement dans son récit Etienne, un personnage absolument détestable, dont Alicia est éperdument amoureuse. Et franchement, c’est la première chose qui m’a empêché d’accrocher à cette histoire et de m’attacher à cette jeune fille : je l’ai trouvée stupide. J’ai détester sa manière d’être avec ce garçon qui n’a vraiment rien pour lui : il n’est ni sympathique, ni très malin. Il est violent, dans ses geste et surtout dans ses paroles, et très arrogant. Tout ça fait que j’ai eu du mal avec ce début d’histoire dont je ne comprennais pas vraiment le sens, ni la finalité.

En revanche, j’ai apprécié la présence des nombreux textes de chansons intégrés dans le roman qui lui ont donné plus d’ancrage dans la réalité.

Puis petit à petit, les différents événements se déroulant, j’ai voulu en savoir plus, j’ai voulu connaître le sort de cette jeune fille, à qui finalement la vie ne sourit pas tant que ça.

J’ai beaucoup aimé la seconde partie, qui, sans spoiler, rend un bel hommage à l’Histoire avec un grand H. (Je n’en dis pas trop, il faudra vous procurer le livre si vous voulez en apprendre un peu plus !)

Le roman se termine sur une touche plutôt poétique et spirituelle, ce que j’ai beaucoup apprécié.

L’auteur a une belle plume, très agréable à lire. Elle a très bien su se glisser dans la peau de ses personnages, faire ressortir les émotions, les douleurs, les dilemmes…

Bref, j’ai passé un bon moment, c’est un roman qui se lit plutôt vite et que je vous recommande.

[Chronique] Les enquêtes de Jean de la Fontaine (Tome 1) – Philippe Collas

[Chronique] Les enquêtes de Jean de la Fontaine (Tome 1) – Philippe Collas

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente un polar envoyé par les éditions French Pulp que je remercie infiniment pour leur gentillesse et leur confiance ! Je vous parle donc aujourd’hui de L’amour et la folie, le premier tome des enquêtes de Jean de la Fontaine, écrit par Philippe Collas.

Résumé :

Tout le monde croit connaître Jean de la Fontaine, mais sait-on que le poète avait l’étoffe d’un formidable détective ? Que sa charge de maître des eaux et forêts l’amena à démêler les plus délicates enquêtes policières sur les seigneuries de l’Aisne, où il exerçait ? Que ce fut là qu’il trouva la matière même de ses fables ?

Dans sa chambre verrouillée à double tour, on retrouve le corps sans vie du marquis de Sorel. Sur les lieux, nulle trace de lutte, nulle arme ; sur le corps, aucune blessure apparente… Défaisant un à un les fils d’une toile invisible, Jean de la Fontaine va remonter la piste du prédateur secrètement tapi dans l’ombre du château de Sorel…

Mon avis :

C’est une histoire qui a d’abord été publiée en 2004 sous le titre Le château et l’araignée. Je dois avouer que je suis très loin d’être une adepte des grands classiques de la littérature Française, et que la plume « à l’ancienne » de l’auteur ne m’a pas du tout aidée à me plonger dans ce roman, dont j’attendais pourtant beaucoup de choses. J’ai malgré tout persévéré et ai suivi l’enquête de notre cher Jean de la Fontaine avec beaucoup de curiosité.

Bien entendu, qui n’a jamais lu des fables de la Fontaine ? Nous avons tous un certain attachement pour le poète qui a bercé notre enfance, notre scolarité, qui nous a parfois donné goût à la poésie, à la récitation. Qui n’a pas en tête au moins une de ses fables les plus fameuses ? C’est cette grande nostalgie qui m’a poussée à la lecture de ce roman. J’ai trouvé l’idée très amusante, et très originale, de faire d’un auteur de grands classiques un détective en herbe. En herbe, certes, mais à l’observation pourtant bien entrainée.

C’est avec plaisir que nous le suivons, et que nous nous faisons spectateurs de son enquête, de ses observations de ses questionnements et « interrogatoires ». L’enquête est elle-même très bien menée et le suspens quant au coupable reste présent, tout en partageant sa place avec l’humour et les scènes de conflits au sein du château.

Les dialogues sont également extrêmement bien écrits et plaisants à lire, les protagonistes sont tous bien pensés et bien amenés, l’écriture est un vrai délice.

Malgré tout le bien que je pense de ce roman je pense que je ne l’ai pas encore apprécié à sa juste valeur, il n’est pas tombé au bon moment, ce n’était pas ce à quoi je m’attendais. Maintenant que je sais à quoi m’en tenir, je suis persuadée que je prendrai beaucoup plus de plaisir à en lire la suite, lorsqu’elle sortira aux éditions French Pulp !

En tout cas, c’est un polar que je vous conseille très très fortement !

 

[Chronique] La nuit des blouses grises – Jean Contrucci

[Chronique] La nuit des blouses grises – Jean Contrucci

Hello !

Aujourd’hui je vous parle d’un roman policier écrit par Jean Contrucci : « La nuit des blouses grises ». Et tout d’abord, je tiens à remercier les éditions JC Lattès pour leur confiance, et ce service presse qu’ils m’ont envoyé.

Résumé :

Dans la nuit du 18 février 1910 – alors qu’il approche de Marseille-Saint-Charles -, le train 4774 est brutalement stoppé. Aussitôt, des hommes armés, habillés avec la blouse grise des conducteurs de troupeaux aux abattoirs, le prennent d’assaut. A bord du wagon financier, cent vingt kilos d’or, des pierres précieuses et des bijoux.

Ce hold-up à l’américaine est une première en France. Voilà de quoi mettre en effervescence le fameux Evêché, sur lequel règne le commissaire Eugène Baruteau, et lancer sur la piste des fuyards son neveu Raoul Signoret, reporter au Petit Provençal.

Commence une course contre la montre pour empêcher la bande de quitter la ville avec son butin. Nos héros risquent de voir la mort de près, car il y a un cerveau derrière ce coup fumant si bien préparé, et il déteste qu’on se mette en travers de sa route…

Mon avis :

C’est avec ce tome que je découvre la saga « Les nouveaux mystères de Marseille » qui débute en 2002. Jean Contrucci est un journaliste Marseillais et ça se sent. Il parvient à travers ses écrits à transmettre tout l’amour et toute la passion qu’il a pour cette grande ville chargée d’histoire et de mystère. A travers son livre, très documenté, cela se sent, on y découvre une histoire, une ville, un dialecte.

Le dialecte, justement, parlons-en. Au début il fait un peu forcé, surtout pour quelqu’un comme moi qui n’aurais jamais été à Marseille. Et puis finalement, il fait partie de ces petites choses qui font que l’on est happé par le roman, que l’on s’y croirait vraiment. C’est pour moi un des points forts du livre.

On découvre dans ce roman des personnages sympathiques, que ce soit notre héro, le journaliste Raoul Signoret, ou bien sa femme, ainsi que son oncle, le commissaire Baruteau. Personnages que l’on est ravis de suivre dans cette histoire, et que je serais personnellement ravie de trouver à nouveau dans les précédents ouvrages de Jean Contrucci.

C’est avec mon oeil nouveau que je découvre non seulement la belle plume de l’auteur, mais également sa minutieuse rigueur dans sa documentation, que ce soit sur la ville, mais aussi sur tous les éléments de ce roman, comme par exemple ce qui concerne le train, mais aussi et surtout sur l’aspect historique, puisque l’histoire se déroule au début des années 1900 et tout ce que cela implique pour la ville de Marseille.

Une intrigue chargée de rebondissements, une belle découverte pour moi, c’est un roman que je conseille fortement !

Le mardi sur son 31 #1

Le mardi sur son 31 #1

Bonjour !

Voici un petit concept emprunté au blog Les bavardages de Sophie : Le mardi sur son 31. Le principe est très simple, aller à la page 31 de sa lecture en cours, et choisir une phrase qui nous plait, nous parle ou nous interloque.

Ma lecture en cours est « La nuit des blouses grises » de Jean Contrucci aux éditions JC Lattès. Je vous en dirai plus quand je l’aurai lu, mais c’est un roman policier qui se passe à Marseille.

Je vous avoue que je viens de commencer cette lecture et que je n’en étais même pas encore à la page 31 car c’est un pavé qui me fait un peu peur.

Voici la phrase que j’ai choisie :

Il m’enverra balader, mais je le connais : il sera touché de voir que je m’inquiète pour lui, de constater que je ne le prends pas pour un vieuc croûton et on pourra discuter de sa nouvelle vie.

 

 

Et vous, vous lisez quoi cette semaine ?

C’est lundi, que lisez-vous ? #2

C’est lundi, que lisez-vous ? #2

Bonjour !

Il s’est passé beaucoup de choses depuis mon premier (et dernier en date) C’est lundi, que lisez-vous ? Alors maintenant que je suis bien posée dans mon travail, je peux m’y remettre sereinement.

Aujourd’hui je ne vais pas avoir beaucoup de temps à consacrer à la lecture puisqu’il faut que je range à fond mon bureau, pièce dans laquelle je ne suis plus rentrée depuis des semaines… J’ai hâte de pouvoir à nouveau bosser et lire là bas, haha !

Trèves de bavardages, on commence !

La semaine dernière, j’ai lu :

• Les deux tomes de la Belle et la Bête en manga. La chronique sera bientôt disponible sur le blog ! 🙂

• Le premier tome des Hommes sans futur « Les mangeurs d’argile » de Pierre Pelot.

Ce que je lis en ce moment :

C’est un service presse envoyé par les éditions JC Lattès que je remercie ! Il fait 330 pages environ et c’est un roman policier donc tout devrait rouler tranquillement. Je reviens vite vers vous pour vous le présenter !

Ce que je compte lire après :

Bon, alors à chaque fois je choisis des livres à lire après et finalement j’en lis d’autres, donc on verra bien si cette fois-ci je peux un peu enfin respecter mes choix !

[Concours] Un album jeunesse à gagner !

[Concours] Un album jeunesse à gagner !

 

Bonjour !

Aujourd’hui c’est un concours que je vous propose, afin de remporter l’album jeunesse « Nous serons toujours là pour toi » de Stephan Valentin et Denitza Mineva. Bien entendu, il sera dédicacé !

Je vous ai récemment présenté cet ouvrage sur le blog, l’article se trouve ici.

Il y a plusieurs manières de participer au concours :

Le tirage au sort se fera mercredi 19 septembre, ce qui vous laisse une semaine !

Bonne chance, et à très bientôt !!

 

***

Edit : la gagnante a été annoncée et tagguée sur le post instagram !

[Chronique] Arrêtez-moi là – Annabelle Léna et Philippe Paternolli

[Chronique] Arrêtez-moi là – Annabelle Léna et Philippe Paternolli

Bonjour !

Ca y est, j’ai épuisé mon stock de services presse avec ce dernier ouvrage ! Aujourd’hui, je vous présente « Arrêtez-moi là », co-écrit par Annabelle Léna et Philippe Paternolli. Il a été publié par les Editions du Caïman, que je remercie à nouveau infiniment pour les deux livres qu’ils m’ont envoyés. C’est une maison d’édition que je ne connaissais pas avant cela, et que je commence à affectionner tout particulièrement !

Résumé :

Informaticien de génie, Gilles Redon se rend à Paris signer avec un géant de la Silicon Valley le contrat de se vie.
Alors que son TGV entre en gare, un voleur l’agresse et le détrousse de son précieux projet.
La vie de Gilles bascule. Le choc. Il se réfugie sur le massif de la montagne Sainte-Victoire. L’enquête sur sa disparition dévoile que rien n’est aussi simple qu’il n’y paraît. L’agression ne semble pas fortuite. Gilles n’est pas non plus une victime innocente…

Mon avis :

Alors je tiens à dire que c’est un excellent roman. Très bien écrit, par ces deux auteurs dont les styles se marient parfaitement. C’était un drôle de mélange entre quelque chose de très poétique et quelque chose de familier, à la limite du vulgaire.

On suit un protagoniste qui n’est pas vraiment un héros, qui passe la totalité du roman à fuir. D’ailleurs j’ai aimé le fait que le schéma sorte de l’ordinaire, et que l’on ne suive ni un flic, ni un criminel. Juste un type pas vraiment aimable pour qui on ne peut pas vraiment avoir pitié à qui il arrive un truc un peu hors du commun, et qui réagit de manière totalement irréfléchie.

Encore une fois aux éditions du Caïman, ce n’est pas le polar que l’on a l’habitude de lire. Ici on n’a pas vraiment de grosse enquête, de meurtre.

Ce n’est pas du tout le genre d’histoire que l’on s’attend à lire lorsque l’on achète un polar. Cependant, malgré un début difficile pour moi (les cinquante premières pages environ) je me suis laissée prendre au jeu et je n’ai plus lâché le livre avant la fin !

Bilan : laissez-vous tenter, vous serrez surpris !

Dispo sur amazon : https://amzn.to/2wyhPgV

[Chronique] Au grand air – Afro

[Chronique] Au grand air – Afro

Hello !

En ce moment je suis très très mangas, car j’ai peu de temps pour lire puisque je prépare ma rentrée. Alors aujourd’hui je vous présente le premier tome de « Au grand air », créé par Afro, aux éditions Nobi Nobi !

Résumé :

Quoi de mieux que de camper en bord de lac face au mont Fuji, un bol de nouilles instantanées à la main ? Découvrez le monde du camping en compagnie de Rin, l’amatrice des sorties en solitaire, Nadeshiko, la novice pleine d’enthousiasme, et ses deux amies du club de camping, Chiaki et Aoi.
Un manga très relax qui vous fera l’effet d’un grand bol d’air frais !

Mon avis :

Je vous préviens tout de suite j’ai eu un gros coup de coeur pour ce manga, comme pour les prochains que je vais vous présenter d’ailleurs (je pose ça là comme ça).

C’est un manga tout mignon qui, malgré la rentrée qui approche, vous donnera envie de partir à l’aventure avec les copains et les copines (ou bien en famille ou en amoureux), avec une tente, des paquets de nouilles instantanées, et des bons duvets bien chauds !

Les personnages sont hyper attachants, les dessins sont hyper mignons. L’histoire ne raconte pas grand chose, c’est ce que l’on appelle une « tranche de vie », et j’adore ! C’est cool, sans prise de tête, c’est ce qu’on aime avant de retourner dans les stress du quotidien !

J’ai hâte, non pas de savoir ce qu’il va se passer dans le tome 2, mais juste de continuer à suivre la vie de ces ados, de partir camper et rigoler avec elles !

Un petit mot sur la jaquette également, parce que déjà, il se trouve qu’elle est absolument splendide, les couleurs sont magnifiques. Mais si vous enlevez cette petite beauté, vous aurez la surprise de trouver des petites planches inédites ! 😉 La page colorée est également très très belle d’ailleurs.

Bref, un coup de coeur de A à Z, si vous ne l’avez pas encore lu, foncez !