Archives de
Étiquette : lire

[Chronique] Tout le bleu du ciel – Mélissa Da Costa

[Chronique] Tout le bleu du ciel – Mélissa Da Costa

Bonjour !

Il y a quelques temps il m’a été proposé de lire un roman des éditions Carnetsnord : Tout le bleu du ciel, écrit par Mélissa Da Costa. Alors voilà, c’est fait, et je vous le présente aujourd’hui !

Résumé :

Petitesannonces.fr : Jeune homme de 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.

Emile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. A son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, il retrouve Joanne, une jeune femme coiffée d’un grand chapeau noir qui a pour seul bagage un sac à dos, et qui ne donne aucune explication sur sa présence.

Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. A chaque détour de ce périple naît, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l’amitié, l’amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d’Emile.

Mon avis :

C’est un roman qui peut paraître impressionnant au départ, de par son épaisseur (un peu plus de 630 pages), mais il fallait que je l’attaque. J’avoue que j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire, même si elle m’intriguait beaucoup. Je me forçais à lire un chapitre par jour. Puis finalement après quelques jours j’ai eu une sorte de déclic, j’enchaînais les chapitres, jusqu’à la moitié du livre environ. Pour finir par lire l’autre moitié en une journée seulement !

L’Alzheimer précoce est une maladie à laquelle nous ne sommes que rarement voire jamais confrontés au quotidien, pour presque en oublier l’existence. C’est ce qui rend ce roman unique, d’autant plus que la maladie ne touche pas ici une personne d’une cinquantaine d’année, mais un jeune homme de 26 ans. J’ai d’autant plus été touchée par son sort qu’il a mon âge. Alors évidemment, on se remet en question, comment est-ce que je réagirais à sa place ? Est-ce que je ferais les mêmes choix ? Serais-je capable de tout laisser pour partir vivre mes derniers jours dans la nature, avec un ou une inconnu(e) ?

Autant de choix qui rendent le personnage principal très intéressant. On se l’imagine au départ comme un enfant capricieux, qui, submergé par ce qui lui arrive, ne peut pas assumer et préfère fuir. Mais finalement je trouve que c’est une décision plutôt sage de ne pas vouloir faire souffrir ses proches. Je trouve le personnage d’Emile extrêmement bien développé et on s’attache beaucoup et très facilement à lui. Nous vivons avec lui l’évolution de sa maladie.

Joanne est également un personnage dont on apprécie le développement. Très renfermée au début, le lecteur se doute qu’elle n’a pas suivi Emile dans sa folle aventure sans raison. Pourtant impossible de la décrypter jusqu’à ce qu’elle finisse par s’ouvrir à son compagnon de voyage. C’est un personnage très touchant, en qui je me suis parfois retrouvée. Je me suis encore plus attachée à elle qu’à Emile.

J’ai été envahie à chaque instant de lecture par la découverte de nouveaux paysages, tantôt lacs, montagnes, villages, mer et j’en passe. Nous traversons une multitude de lieux extrêmement bien décrits dans lesquels nous découvrons à chaque fois un ou plusieurs nouveaux personnages.

La plume de Mélissa Da Costa est magnifique et retranscrit à merveille toutes les émotions par lesquels nous passons, joie, tristesse, émerveillement, hilarité, amour, amitié… Nous les vivons toutes avec nos deux personnages principaux.

C’est un roman que j’ai beaucoup apprécié, qui m’a fait vivre énormément de choses, je suis passée du rire aux larmes et j’ai été extrêmement émue. J’ai été très marquée et je pense qu’il restera ancré en moi pour un long moment. Je le recommande fortement !

[Chronique] The Promised Neverland – Kaiu Shirai et Posuka Demizu

[Chronique] The Promised Neverland – Kaiu Shirai et Posuka Demizu

Bonjour !

Aujourd’hui je vous parle d’un manga coup de coeur : « The promised Neverland » dont le scénario est écrit par Kaiu Shirai et les dessins réalisés par Posuka Demizu. La série est publiée aux éditions Kazé. Pour le moment les 6 premiers tomes sont sortis, le 7 arrivera le 3 avril 2019.

Cet avis ne contient pas de spoil !

Résumé :

Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et soeurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de « Maman », qu’ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !

Mon avis :

C’est un manga que j’ai beaucoup beaucoup attendu, et puis une fois le premier tome entre mes mains et les quelques premières pages lues, j’ai été retenue par mon travail et n’y suis pas retournée pendant plusieurs mois. Jusqu’à oublier que je l’avais dans ma bibliothèque.

En revenant dans ma PAL j’ai à nouveau réalisé à quel point j’avais envie de le lire, ce bouquin. Alors voilà, en 30 minutes c’était plié, et il m’en fallait plus ! Alors ni une, ni deux, j’ai commandé les 5 tomes suivants, et dès leur réception, j’ai passé toute la soirée à les dévorer.

Alors pourquoi ce manga m’a t-il tant plu ?

Déjà il faut dire que les couvertures sont absolument magnifiques ! Et je pense pouvoir dire que ma préférée est la deuxième, elle est très colorée et j’aime particulièrement la bibliothèque. Chaque couverture est un joli reflet du contenu du manga, sans trop en dire, juste pour nous donner l’eau à la bouche. Les graphismes du manga m’on également beaucoup plu. Ils sont doux, agréables, presque enfantins, dans le bon sens du terme.

Le scénario est -pour moi- complètement inédit et tellement bien pensé. Au tout début je me suis dit « Mouais, des enfants dans un orphelinat… ». Mais quand on découvre tout le mystère qui se cache autour de ce lieu et la terreur qu’il inspire, on devient vite accro. Il y a a quelque chose que j’ai trouvé extrêmement bien réalisé : c’est le contraste entre la joie procurée par la vie à l’orphelinat, cette « maman » qui d’apparence est plutôt très gentille, cette vie qui est tellement bien organisée et qui plait aux enfants, et le terrible secret qui se cache derrière cette belle « famille » et qui pousse nos héros à devoir s’enfuir.

Les personnages :

Emma, Norman sont des enfants extrêmement attachants. Extrêmement intelligents, ils gardent la tête sur les épaules, leur sang froid en toutes circonstances, même si c’est souvent plus que difficile. Ils sont très doux et toujours attentifs aux autres, notamment avec les plus petits de l’orphelinat. Ils parviennent à faire comme si de rien était, et à vivre leur vie à l’orphelinat en faisant semblant d’être heureux, tout en sachant ce qu’il se trame.

Ray est quant à lui très intéressant. On sent bien que c’est une âme torturée. C’est un personnage que j’ai apprécié, qui fait des efforts, voire des sacrifices pour les autres.

J’ai trouvé que tous les enfants avaient leur place dans cette série. Bien entendu certains sont pour le moment moins développés que d’autres, cependant ils contribuent tous à faire de l’ambiance du manga ce qu’elle est. Chacun a son caractère bien marqué, ils ne sont pas là pour remplir l’orphelinat, et c’est ce que j’apprécie.

En bref, j’aime beaucoup le développement de l’histoire, le tournant qu’elle prend, les différentes péripéties. Chaque tome apporte sa dose de mystère, et j’attends avec impatience la sortie du tome 7 !

[Chronique] Sign of Love (#2 Gémeaux) – Emma Mars

[Chronique] Sign of Love (#2 Gémeaux) – Emma Mars

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente la suite d’un roman dont je vous ai parlé il n’y a pas si longtemps : Sign of Love d’Emma Mars. C’est le tome 2, et cette fois-ci nous nous attaquons aux Gémeaux !

Je tiens à remercier une fois de plus French Pulp éditions grâce à qui je peux vous faire découvrir de nombreux ouvrages !

Résumé :

Le jour de ses 20 ans, Anna Wyle, apprentie photographe et parisienne depuis dix ans, est sous le choc : elle vient d’apprendre que son père, Jim, et sa mère, Grace disparue depuis, ne sont pas ses parents biologiques.

Après un retour de Caracas, où elle a échappé aux griffes du tumultueux Rodrigo, un taureau, Anna va devoir prouver qu’elle mérite sa place au sein du magazine Flash. Henri lui confie une nouvelle mission : couvrir un des événements les plus prisés de la mode : la Fashion-Week de Paris. C’est grâce au beau Louis Mallet, qu’Anna va être introduite dans ce milieu très fermé. Si photographier des défilés parisiens est moins périlleux qu’un reportage au Vénézuéla, Anna n’est pas au bout de ses surprises. Louis, natif du Gémeaux, pourrait-il être l’homme parfait qu’elle recherche depuis la prédiction du voyant ? Heureusement, ses deux meilleurs amis, Jérémy et Sarah, seront à ses côtés pour démêler les fils de cette nouvelle intrigue.

Mon avis :

J’attendais avec impatience la suite des aventures d’Anna pour tout plein de raisons, et je suis ravie de pouvoir la chroniquer aujourd’hui !

Tout d’abord, j’apprécie toujours autant la plume d’Emma Mars. Légère, douce… pour moi c’est typiquement le genre de livre à lire pour s’évader un peu. On ne s’y prend pas la tête et c’est très bien comme ça. Pourtant me direz-vous, ce genre de roman, on en trouve à la pelle… Mais là, il y a ce petit quelque chose qui m’a fait revenir, et qui me fera revenir encore et encore pour la suite.

Anna est toujours un personnage sympathique et attachant, mais bon sang, du haut de ses vingt ans elle paraît être à la fois super naïve et réfléchie. D’un côté elle se jette à corps perdu dans des aventures perdues d’avance, alors que le lecteur comprend dès le début qu’il y a anguille sous roche. Et de l’autre côté elle parvient à devenir stagiaire pour un gros magazine et à se faire envoyer à la Fashion-Week pratiquement d’un claquement de doigt.

J’apprécie le fait qu’on découvre dans ce second tome un tout autre univers que dans le premier. Nous la voyons évoluer dans un nouveau décor et je dois dire que c’est très plaisant. Si effectivement chaque tome nous amène un lieu, un monde différent, alors cela peut être très intéressant, et éviter que l’intrigue ne s’épuise trop vite.

Ce que j’attendais de ce roman, c’est d’en apprendre un peu plus sur l’histoire d’Anna, sur ses parents, son adoption. Et bingo, le lecteur a été servi, puisqu’Emma Mars nous offre un joli petit Cliff Hanger, nous laissant un petit goût de reviens-y.

Avec ce second tome, je reste un peu sur ma faim, faute de changement de schéma, finalement très similaire au premier, malgré le changement de décor. Mais qui sait, c’est peut-être ce qui fera le charme de cette série. Malgré cela, je reste séduite par l’intrigue et ai vraiment hâte de retrouver Anna dans le troisième tome !

[Chronique] Le voyage d’un chat – Christophe Bladé et JustineF

[Chronique] Le voyage d’un chat – Christophe Bladé et JustineF

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente un tout petit livre jeunesse : Le voyage d’un chat, écrit par Christophe Bladé et illustré par JustineF. Il est publié aux éditions Ex Aequo dans la toute jolie collection Saute-mouton. Merci à eux pour leur confiance et ce joli service presse !

Résumé :

Motus est un jeune chat rêveur et curieux qui quitte son petit abri tranquille et s’éloigne du monde des humains, pour devenir un fier « poileux ». Son voyage l’oblige à prendre des risques, à faire des choix, à suivre son intuition pour, au retour, être heureux de partager un trésor avec une jeune fille.

Mon avis :

Motus est un petit chat très attachant, rêvant de grandes découvertes. Il est terrifié devant certaines situations, et pourtant après avoir essayé, il se rend compte qu’il sait comment réagir, et que finalement tout est possible.

C’est un livre destiné aux enfants de 6 ans ou plus, et je m’imagine parfaitement en lire une partie chaque jour ou chaque semaine à mes petits CP. Celui-ci permet facilement aux enfants de se mettre à la place du petit chat. Il peut clairement mettre une petite graine à germer dans la tête des plus jeunes. Avoir envie de découvrir des tas de choses et ne pas reculer à la première difficulté. Pour finalement sortir grandi de cette belle aventure, avec beaucoup à partager.

Il peut également être mis en parallèle avec les sciences, pour la découverte de certains lieux et animaux. En somme, c’est un livre qui pédagogiquement est très intéressant.

Mais il est également très touchant, pour les petits et les grands. Ce petit chat qui sort de sa zone de confort en émouvra plus d’un. La plume de l’auteur est très belle et donne une touche de poésie à ce petit livre.

J’ai également beaucoup aimé les illustrations de JustineF. Elles vont très justement accompagner le texte, et sont très joliment réalisées. Un vrai plaisir pour les yeux, particulièrement la dernière qui est en couleur.

Pour moi, c’est un livre à mettre entre toutes les mains, il est plein de poésie, de bienveillance, et d’espoir !

[Chronique] Charlie et le magicien invisible – Jérôme Vialleton

[Chronique] Charlie et le magicien invisible – Jérôme Vialleton

Bonjour, et surtout une très bonne année à vous, pleine de belles choses !

Avez-vous pris des nouvelles résolutions ? 🙂

Aujourd’hui je vous présente un roman jeunesse qui m’a beaucoup plu : Charlie et le magicien invisible, de Jérôme Vialleton.

Résumé :

Charlie est un petit garçon discret et rondouillard qui aime inventer des histoires pour fuir la solitude et la grisaille parisienne.

Quand un magicien invisible apparaît dans sa chambre, Charlie découvre qu’il est un élu, détenteur du Grand Pouvoir de l’Imagination.

Grâce à sa sagesse et à son extraordinaire chapeau, le magicien va le guider sur le chemin de la création.

Mais un défi encore plus grand attend Charlie. Une incroyable aventure sous la forme d’une rousse impertinente et d’un homme d’affaires aux motivations douteuses.

L’imagination de Charlie sera-t-elle à la hauteur ?

Mon avis :

Il ne faut pas s’arrêter à la couverture qui est plutôt simpliste et pas forcément très détaillée.

Dès les premières pages on se prend d’affection pour Charlie, le petit garçon un peu tout seul à l’école, fan de super héros, et qui aimerait bien passer plus de temps avec sa grande sœur. On aimerait que Charlie mette la misère aux grands qui l’embêtent dans la cours. C’est un enfant attachant, qui a beaucoup d’imagination.

Nous rencontrons très rapidement le personnage de Harry, un magicien sympathique qui ne prend forme que par l’imagination de Charlie.

J’ai apprécié cette histoire de Créateurs et de protecteurs, que certains enfants puissent grâce à leur protecteur participer à rendre le monde meilleur. Seulement je ne savais pas vraiment où tout ça pouvait aller, et si le lecteur n’allait pas finir par s’ennuyer. Finalement, pas une seule seconde. Il y a tout ce qu’il faut pour ne pas lâcher le roman une seule seconde : de l’action, du suspense, de l’humour, des personnages attachants…

Le style d’écriture m’a également beaucoup plu, et la fin appelle à une suite que j’ai vraiment hâte de lire !!

Je vous le recommande !

[Chronique] Sign of love (Taureau) – Emma Mars

[Chronique] Sign of love (Taureau) – Emma Mars

Bonjour !!

Aujourd’hui je vous présente un roman signé Emma Mars : Sign of Love (Taureau). Je remercie encore une fois les éditions French Pulp de m’avoir fait confiance à nouveau pour ce service presse (un autre arrive prochainement !).

Résumé :

Le jour de ses 20 ans, Anna Wyle, apprentie photographe et parisienne depuis dix ans, est sous le choc : elle vient d’apprendre qu’elle a été adoptée à la naissance. Son père, Jim, et sa mère, Grace, disparue depuis, ne sont pas ses parents biologiques ! Partie sur un coup de tête en Corée du Sud, terre d’origine de Grace, Anna reçoit une étrange prophétie d’un voyant : elle ne rencontrera l’amour, le vrai, que lorsqu’elle trouvera un homme astrologiquement compatible avec elle. Or, elle ignore désormais sa date de naissance et donc son signe. Comment faire, si ce n’est en allant à la rencontre de chacun des douze signes du zodiaque ? À son retour, Anna est envoyée en reportage à Caracas. Sauvée d’une situation périlleuse par un certain Rodrigo, Taureau typique, la voilà en situation de découvrir le premier des douze prétendants possibles…

Mon avis :

Dès les premières pages j’ai eu un véritable coup de coeur pour ce roman. Anna, le personnage principal, m’a plu immédiatement. J’ai trouvé l’intrigue très intéressante, et sortant un peu de l’ordinaire des romances que l’on peut lire habituellement.

Dès le début on nous pose un cadre qui ne sera finalement pas celui dans lequel nous verrons évoluer la jeune fille. Non, Anna est destinée à voyager, et c’est ce qui fait la particularité de cette histoire, et même de cette saga, puisque, vous l’aurez peut-être deviné, ce roman, de par son titre, est destiné à avoir une suite (voire même 11 !).

J’ai également apprécié les différents personnages. Les amis d’Anna, qu’on ne connait finalement pas beaucoup. Celui du père, qui a l’air du papa parfait et que pourtant sa fille finit par haïr. Il s’est laissé emporter dans une situation plus que délicate malgré lui et ne sait pas vraiment comment se faire pardonner. Personnellement, je me suis attachée à lui en quelques lignes et j’espère que leur relation va s’améliorer à travers les tomes.

Anna est une aventurière, qui n’a peur de pas grand chose, et qui n’hésite pas à se lancer des défis qui en feraient trembler plus d’un : se faire embaucher (comme stagiaire) dans la boîte de ses rêves, partir en voyage sur un coup de tête… deux fois de suite… Laisser tomber son hôtel pour loger chez un homme qu’elle ne connait qu’à peine… bref, on aimerait parfois être aussi courageux qu’elle !

L’écriture est aussi entrainante que l’histoire, je ne me suis pas ennuyée une seule fois pendant ma lecture. Et la fin est un petit bijou qui nous surprend et qui nous donne envie de continuer à suivre les aventures d’Anna.

La suite sort en février, vous avez donc le temps de vous procurer ce premier tome ! 😉

[Chronique] Quatre morts et un papillon – Valérie Allam

[Chronique] Quatre morts et un papillon – Valérie Allam

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente ma dernière lecture : « Quatre morts et un papillon » par Valérie Allam. Je tiens à remercier les Editions du Caïman pour cette nouvelle collaboration, comme toujours d’excellente qualité !

Résumé :

Quatre femmes. Elles ne se connaissent pas. Elles ont tout perdu. Chacune à sa manière tentera de sauver ce qui peut l’être sans se douter que leur rencontre scellera leur destin.

Quatre morts et un papillon est un conte moderne et noir, entre rêve et réalité d’une société dont les pièges pourraient se refermer sur chacun d’entre nous.

Mon avis :

Contrairement à la grande majorité de mes lectures actuelles, je n’ai eu aucun mal à me projeter. Je me suis laissée happer par l’histoire dès les premières ligne, ce qui, il faut le dire, est vraiment un exploit. L’écriture est très douce, malgré la dureté de l’histoire.

Nous suivons dans ce roman quatre femmes : Magali, Loubna, Johanna et Chloé. Toutes ont vu leur vie s’effondrer d’une manière ou d’une autres, toutes ont une histoire très touchante à nous raconter. Et surtout, on voudrait que tout puisse s’arranger pour chacune d’entre elles.

Ces quatre histoires sont entremêlées dans le récit, on n’a clairement pas le temps de s’ennuyer, tout nous tient en haleine, on veut savoir si leur futur va finalement leur sourire, si elles vont s’en sortir. Petit à petit, ces quatre voix finissent pas se retrouver, et c’est là qu’est la beauté de ce roman. Les différentes histoires finissent par n’en former plus qu’une

Les personnages sont extrêmement touchants, et on ne tarde pas à s’imaginer de quelle manière nous aussi, nous pourrions nous retrouver si facilement autant en détresse que ces femmes. Il suffit de pas grand chose pour se retrouver du mauvais côté de la pente, et c’est ce qui les rend d’autant plus attachantes, ce sont des madames tout le monde. Elles étaient juste là au mauvais endroit au mauvais moment.

J’ai adoré l’écriture, l’histoire, j’ai voulu savoir jusqu’au bout, où cela me mènerait, et je n’ai pas été déçue. J’ai été surprise jusqu’à la fin. Ce roman a pour moi été un réel coup de coeur, à tel point que je peine à trouver les mots pour en parler.

Si vous aimez les contes pour adultes, les histoires sombres mais pleines d’espoir, franchement, foncez.

[Chronique] Du tonus dans les pattes – Marie Tibi/Luca Tambasco

[Chronique] Du tonus dans les pattes – Marie Tibi/Luca Tambasco

Bonjour bonjour !

C’est à nouveau un album jeunesse par Rêves bleus, la ligne jeunesse des éditions d’Orbstier que je vous présente. Je remercie infiniment la maison d’édition pour son deuxième envoi. J’ai fait de très belles découvertes, et j’espère ne pas m’arrêter là !

Voici « Du tonus dans les pattes », écrit par Marie Tibi, et magnifiquement illustré par Luca Tambasco.

Résumé :

Voici des animaux sportifs, plein de mérite, dans des situations comiques et décalées.
Ils vont vous présenter un spectacle insolite Du tonus dans les pattes, c’est leur spécialité.
Pour gagner des médailles, ils sont prêts nos champions à battre des records et à se surpasser.
Chacun dans son domaine, pour la compétition. Venez vite les voir, vous serez épatés !
Préparez-vous à lire une histoire énergique, des sports de haut niveau, vous allez découvrir.
Venus du monde entier, ils vont bien vous faire rire, en route pour célébrer les jeux zoolympiques !

Mon avis :

Et si les animaux, eux aussi, organisaient des jeux Olympiques ?

C’est à travers ce magnifique album jeunesse que nous découvrons comment cela pourrait se passer, et croyez-moi, ce n’est pas quelque chose que l’on veut rater !

En tant que maîtresse, je n’ai pas pu m’empêcher de m’émerveiller devant la quantité d’animaux en tous genres à faire découvrir aux enfants. Il y en a pour tous les goûts : insectes, animaux marins, de la savane, d’asie, du grand froid ou bien de nos campagnes. C’est un véritable bestiaire très inspirant !

Chaque double page nous présente une épreuve, un sport différent, pratiqué par les animaux les plus à l’aise dans ce domaine : le lapin, et guépard et l’autruche font une course, le gorille, l’éléphant et un coléoptère soulèvent de la fonte, les pingouins de la glisse… et bien d’autres surprises que je vous laisse découvrir !

Chaque épreuve nous est présentée sous la forme d’un petit texte plein de jolies rimes très agréables à lire, et surtout pouvant initier les enfants à la découverte de la poésie, les habituer à repérer les rimes. Ce texte très mélodieux n’en est que plus agréable à lire.

Les illustrations sont toutes plus jolies les unes que les autres, très colorées. C’est un style que j’apprécie particulièrement ! Je vous partage quelques-unes de mes images préférées. Le reste sera à découvrir dans l’album ! 😉

[Chronique] Le rêve de Chat Taigne – Colline Hoarau

[Chronique] Le rêve de Chat Taigne – Colline Hoarau

Bonjour ! Aujourd’hui je vous présente un petit album jeunesse, « Le rêve de Chat Taigne », écrit par Colline Hoarau (que je remercie infiniment pour l’envoi), illustré par Ben Renaut, et publié aux éditions évidence.

Résumé :

Chat Taigne est le compagnon quotidien de Clémentine. Heureusement qu’il est là lorsque Colin, le marin, s’en va de par les océans.
Chat Taigne rêve en secret, en observant chaque jour les enfants passer devant la fenêtre. Son souhait est de les accompagner à l’école.
Pourra-t-il réaliser son rêve ? Que vont devenir ses maîtres ? Restera-t-il seul ? Chat Taigne n’a pas fini de nous étonner !

Mon avis :

Bon, pour commencer on va parler de l’objet livre, qui est absolument craquant la couverture est toute douce au toucher, et toute simple mais tellement mignonne ! Bon, il faut dire que le petit matou m’a tout de suite fait penser à mon chat, alors c’était pas difficile de me faire chavirer !

C’est un album qui se lit à partir de 6 ans, et surtout qui est adapté aux lecteurs dyslexiques, ce que je trouve absolument génial, en tant que maîtresse !

L’histoire est très belle, et la plume très douce. On y retrouve beaucoup de rimes, de jeu de mots intéressants à voir avec les enfants. Bon, certains mots nécessitent d’être vus plutôt qu’entendus, comme dans la phrase « Ecrit-on « esquimau » ou « eskimo » ? » et malheureusement c’est quelque chose de difficile à faire passer à toute une classe lors d’une lecture offerte, mais peut-être que l’on peut s’adapter, par exemple en écrivant les deux mots au tableau, en faisant réagir les élèves.

Les illustrations sont absolument adorables, très simples mais très jolies. Il n’y en a pas trop, voir parfois pas du tout sur certaines doubles pages. J’ai trouvé cela dommage au départ, mais finalement, ça permet à l’enfant de se concentrer sur le texte, mais également de sortir tout doucement de l’album jeunesse pour se diriger petit à petit vers une lecture pour les plus « grands ».

Petit bémol pour moi tout de même, je n’ai pas spécialement aimé la « morale » de l’histoire. Ou alors je ne l’ai pas prise comme il fallait la prendre. Pour moi elle n’a pas spécialement de sens, à part pour dire « l’école c’est bien ».

Enfin, c’est une histoire mignonne, une lecture plaisir et légère pour nos petits. On a quand même envie de suivre Chat Taigne dans d’autres aventures un peu plus palpitantes !

[Chronique] Petits contes pour monstres gentils – Christophe Amblard

[Chronique] Petits contes pour monstres gentils – Christophe Amblard

Bonjour !

Aujourd’hui je vous parle d’un petit album jeunesse très gentiment envoyé par les éditions Yakabooks : Petits contes pour monstres gentils, écrit par Christophe Amblard et illustré par Nicolas Léonard. Je remercie Lucie Brasseur pour l’envoi de ce petit livre ! Si vous ne connaissez pas encore les éditions Yakabooks, je vous conseille cet article.

Résumé :

Plus question de trouille ! Les monstres gentils débarquent.
11 petits contes poétiques et rigolos où monstres poilus, biscornus ou tordus jouent dans les placards, chatouillent les doigts de pieds et s’entortillent dans les chaussettes de laine.

Mon avis :

Nombreux sont les enfants qui ont peur du monstre du placard, ou bien du monstre sous le lit. Combien se sont cachés sous leur couette lorsque leurs parents ont éteint la lumière ? C’est à travers de jolis textes que l’auteur dédramatise l’idée du monstre. Il est parfois un peu bête, un peu maladroit, ou bien très gentil. Bref, il ne mange pas les enfants !

J’ai trouvé les textes très poétiques, et bien adaptés aux enfants. Chaque double page nous raconte donc l’histoire d’un monstre. Ils sont tous bien différents, et sont tous plutôt loufoques et rigolos. Les textes sont très courts, ils font une dizaine de lignes. Justement, je pense que lorsqu’il s’agit de lire cet album à un enfant, il est préférable de ne pas tout lire à la suite. Peut-être de lui présenter un monstre par jour, car j’imagine très bien à quel point cela peut être déroutant de changer d’histoire et de personnage si rapidement.

En maternelle, cet album peut constituer un très bon point de départ, ou en tout cas un très bon atout, pour une période sur les monstres. Il y a plein de chose à faire à partir de ce livre : réinventer des monstres, les dessins, les textes, ou bien faire des marionnettes de ceux qui existent déjà et imaginer des dialogues entre eux… bref, des tas de choses super intéressantes ! J’ai presque envie d’en faire une séquence à poster ici, si ça peut vous intéresser !

En ce qui concerne les illustrations, elles sont très mignonnes et toutes simples. Un très bon point : elles rendent les monstres plutôt attachants, et ne les montrent pas du tout comme des bêtes terrifiantes !

En conclusion, c’est un album que je recommande aux parents, mais aussi aux enseignants !