Archives de
Étiquette : french pulp

[Chronique] Sign of Love (#2 Gémeaux) – Emma Mars

[Chronique] Sign of Love (#2 Gémeaux) – Emma Mars

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente la suite d’un roman dont je vous ai parlé il n’y a pas si longtemps : Sign of Love d’Emma Mars. C’est le tome 2, et cette fois-ci nous nous attaquons aux Gémeaux !

Je tiens à remercier une fois de plus French Pulp éditions grâce à qui je peux vous faire découvrir de nombreux ouvrages !

Résumé :

Le jour de ses 20 ans, Anna Wyle, apprentie photographe et parisienne depuis dix ans, est sous le choc : elle vient d’apprendre que son père, Jim, et sa mère, Grace disparue depuis, ne sont pas ses parents biologiques.

Après un retour de Caracas, où elle a échappé aux griffes du tumultueux Rodrigo, un taureau, Anna va devoir prouver qu’elle mérite sa place au sein du magazine Flash. Henri lui confie une nouvelle mission : couvrir un des événements les plus prisés de la mode : la Fashion-Week de Paris. C’est grâce au beau Louis Mallet, qu’Anna va être introduite dans ce milieu très fermé. Si photographier des défilés parisiens est moins périlleux qu’un reportage au Vénézuéla, Anna n’est pas au bout de ses surprises. Louis, natif du Gémeaux, pourrait-il être l’homme parfait qu’elle recherche depuis la prédiction du voyant ? Heureusement, ses deux meilleurs amis, Jérémy et Sarah, seront à ses côtés pour démêler les fils de cette nouvelle intrigue.

Mon avis :

J’attendais avec impatience la suite des aventures d’Anna pour tout plein de raisons, et je suis ravie de pouvoir la chroniquer aujourd’hui !

Tout d’abord, j’apprécie toujours autant la plume d’Emma Mars. Légère, douce… pour moi c’est typiquement le genre de livre à lire pour s’évader un peu. On ne s’y prend pas la tête et c’est très bien comme ça. Pourtant me direz-vous, ce genre de roman, on en trouve à la pelle… Mais là, il y a ce petit quelque chose qui m’a fait revenir, et qui me fera revenir encore et encore pour la suite.

Anna est toujours un personnage sympathique et attachant, mais bon sang, du haut de ses vingt ans elle paraît être à la fois super naïve et réfléchie. D’un côté elle se jette à corps perdu dans des aventures perdues d’avance, alors que le lecteur comprend dès le début qu’il y a anguille sous roche. Et de l’autre côté elle parvient à devenir stagiaire pour un gros magazine et à se faire envoyer à la Fashion-Week pratiquement d’un claquement de doigt.

J’apprécie le fait qu’on découvre dans ce second tome un tout autre univers que dans le premier. Nous la voyons évoluer dans un nouveau décor et je dois dire que c’est très plaisant. Si effectivement chaque tome nous amène un lieu, un monde différent, alors cela peut être très intéressant, et éviter que l’intrigue ne s’épuise trop vite.

Ce que j’attendais de ce roman, c’est d’en apprendre un peu plus sur l’histoire d’Anna, sur ses parents, son adoption. Et bingo, le lecteur a été servi, puisqu’Emma Mars nous offre un joli petit Cliff Hanger, nous laissant un petit goût de reviens-y.

Avec ce second tome, je reste un peu sur ma faim, faute de changement de schéma, finalement très similaire au premier, malgré le changement de décor. Mais qui sait, c’est peut-être ce qui fera le charme de cette série. Malgré cela, je reste séduite par l’intrigue et ai vraiment hâte de retrouver Anna dans le troisième tome !

[Chronique] Nestor Burma (3), Les Belles de Grenelle – Michel Quint

[Chronique] Nestor Burma (3), Les Belles de Grenelle – Michel Quint

Bonjour, ou bonsoir !

Aujourd’hui je reviens avec la chronique d’un roman que les éditons French Pulp ont eu la gentillesse de m’envoyer. Je les remercie de m’avoir fait confiance à nouveau. Il s’agit du troisième volet des Nouvelles enquêtes de Nestor Burma, Les Belles de Grenelle de Michel Quint.

Résumé :

Si Nestor est empreint de poésie et de nostalgie, c’est simplement parce que l’on vient d’assassiner Brigitte Merlier. Brigitte, le premier, le grand amour du détective de choc. La tuer était la meilleure des solutions pour rendre Burma plus têtu que jamais, parce que l’hommage qu’il veut rendre à sa douce, c’est trouver son meurtrier, et surtout pourquoi… Une enquête dans un passé aux relents de soufre…

Mon avis :

Tout d’abord il faut savoir que je n’avais pas lu les deux premiers tomes, et que cela ne m’a pas dérangé une seule seconde dans ma lecture de celui-ci. En effet, chaque ouvrage est écrit par un auteur différent, qui vient apporter sa pierre à l’édifice des très célèbres enquêtes du détective Nestor Burma. Vous pouvez donc sans crainte commencer par le tome qui vous fera le plus envie !

J’avoue qu’ayant regardé la série avec ma maman lorsque j’étais petite, j’avais très très envie de découvrir et lire ces nouvelles aventures ! La couverture est déjà très tentante, moderne, colorée et épurée, j’ai tout de suite craqué.

Cependant je dois dire que malgré mon entrain, j’ai eu du mal à m’ancrer dans l’histoire et il m’a tout de même fallu une bonne quarantaine de pages avant de m’y sentir chez moi. Ce n’est pas une lecture si légère que ça, au contraire ! Il faut de la patience et de la concentration. Mais lorsqu’on se l’approprie enfin, ce n’est que plaisir car le texte est empli de poésie, et de la nostalgie du héros, qui a perdu son premier grand amour.

L’écriture est très belle et très plaisante. Nestor Burma est un personnage que j’ai trouvé très attachant et j’ai apprécié suivre l’enquête à ses côtés.

J’ai également beaucoup apprécié les référence cinématographiques, et musicales, qui ne me disaient rien, mais que je prenais plaisir à chercher sur internet afin de me mettre toujours un petit peu plus dans le bain.

En bref, c’est un roman, que j’ai apprécié, histoire, personnages, ambiance… Je ne vais pas tarder à me procurer les deux premiers tomes, afin de découvrir avec plaisir le personnage sous d’autres plumes !

[Chronique] Les enquêtes de Jean de la Fontaine (Tome 1) – Philippe Collas

[Chronique] Les enquêtes de Jean de la Fontaine (Tome 1) – Philippe Collas

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente un polar envoyé par les éditions French Pulp que je remercie infiniment pour leur gentillesse et leur confiance ! Je vous parle donc aujourd’hui de L’amour et la folie, le premier tome des enquêtes de Jean de la Fontaine, écrit par Philippe Collas.

Résumé :

Tout le monde croit connaître Jean de la Fontaine, mais sait-on que le poète avait l’étoffe d’un formidable détective ? Que sa charge de maître des eaux et forêts l’amena à démêler les plus délicates enquêtes policières sur les seigneuries de l’Aisne, où il exerçait ? Que ce fut là qu’il trouva la matière même de ses fables ?

Dans sa chambre verrouillée à double tour, on retrouve le corps sans vie du marquis de Sorel. Sur les lieux, nulle trace de lutte, nulle arme ; sur le corps, aucune blessure apparente… Défaisant un à un les fils d’une toile invisible, Jean de la Fontaine va remonter la piste du prédateur secrètement tapi dans l’ombre du château de Sorel…

Mon avis :

C’est une histoire qui a d’abord été publiée en 2004 sous le titre Le château et l’araignée. Je dois avouer que je suis très loin d’être une adepte des grands classiques de la littérature Française, et que la plume « à l’ancienne » de l’auteur ne m’a pas du tout aidée à me plonger dans ce roman, dont j’attendais pourtant beaucoup de choses. J’ai malgré tout persévéré et ai suivi l’enquête de notre cher Jean de la Fontaine avec beaucoup de curiosité.

Bien entendu, qui n’a jamais lu des fables de la Fontaine ? Nous avons tous un certain attachement pour le poète qui a bercé notre enfance, notre scolarité, qui nous a parfois donné goût à la poésie, à la récitation. Qui n’a pas en tête au moins une de ses fables les plus fameuses ? C’est cette grande nostalgie qui m’a poussée à la lecture de ce roman. J’ai trouvé l’idée très amusante, et très originale, de faire d’un auteur de grands classiques un détective en herbe. En herbe, certes, mais à l’observation pourtant bien entrainée.

C’est avec plaisir que nous le suivons, et que nous nous faisons spectateurs de son enquête, de ses observations de ses questionnements et « interrogatoires ». L’enquête est elle-même très bien menée et le suspens quant au coupable reste présent, tout en partageant sa place avec l’humour et les scènes de conflits au sein du château.

Les dialogues sont également extrêmement bien écrits et plaisants à lire, les protagonistes sont tous bien pensés et bien amenés, l’écriture est un vrai délice.

Malgré tout le bien que je pense de ce roman je pense que je ne l’ai pas encore apprécié à sa juste valeur, il n’est pas tombé au bon moment, ce n’était pas ce à quoi je m’attendais. Maintenant que je sais à quoi m’en tenir, je suis persuadée que je prendrai beaucoup plus de plaisir à en lire la suite, lorsqu’elle sortira aux éditions French Pulp !

En tout cas, c’est un polar que je vous conseille très très fortement !

 

[Chronique] Les hommes sans futur T1 : Les mangeurs d’argile – Pierre Pelot

[Chronique] Les hommes sans futur T1 : Les mangeurs d’argile – Pierre Pelot

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente un service presse venant des éditions French Pulp que je remercie infiniment pour cette découverte ! C’est le premier tome de la saga « Les hommes sans futur », « Les mangeurs d’argile », écrit par Pierre Pelot.

Résumé :

L’espèce humaine est en fin de vie, pratiquement supplantée par les Nouveaux Hommes, les Supérieurs qui veulent prendre possession de la planète. Que vont devenir les « hommes normaux » ? Les « mangeurs d’argile » comme ils s’appellent eux-mêmes ? Dans un monde où l’évolution nous pousse vers la porte de sortie, nos derniers représentants se regroupent et espèrent à chaque naissance mettre au monde un enfant « normal ». Pour cela il leur faut l’aide d’un « homme-bois-bonheur », alors certains se lancent à sa recherche…

Mon avis :

Ce n’est pas le genre de romans que j’ai l’habitude de lire. Pourtant j’ai tout de suite été attirée par le résumé.

On va suivre des personnages différents, plus ou moins longtemps, tout au long de l’histoire :

  • Skinny, un filou un peu lâche qui cherche à retourner chaque situation à son avantage.
  • Rough Nandura, un homme tout maigrichon qui pourtant donne l’impression au lecteur d’être un gros caïd que personne n’oserait se mettre à dos. Il est à la recherche d’un homme-bois-bonheur pour sa femme.
  • Caïne, un homme-bois-bonheur qui donne l’impression de vivre aux crochets de ceux qui ont besoin de lui, et de se la couler douce.
  • Lice, une jeune fille recueillie chez un vieil homme, qui est terrifiée par les « Supérieurs » et pense qu’ils veulent du mal aux hommes normaux. Elle est persuadée qu’il faut fuir.
  • Kildred Quenan, un ancien chef de la milice. Il est vieux et malade. Il héberge Caïne et Lice chez lui, et se laisse convaincre par la jeune fille de partir.

C’est donc là où nous en sommes dans les premiers temps du livre.

J’ai apprécié ce monde « post-hommes » si l’on peut dire ainsi. Certains hommes ont évolué, d’autres non, et ces derniers sont voués à disparaître. C’est un scénario original, un roman très bien écrit. Tellement bien écrit que l’on s’y croirait.

Personnellement, malgré le temps que j’ai mis à commencer ce livre, une fois plongée dedans je n’ai pas réussi à le lâcher. La tension est palpable tout au long de l’histoire.

La fin m’a soufflée et bien sûr appelle à une suite. Avec ce premier tome, le décor est planté, le lecteur a très envie de savoir comment sont ces supérieurs, et ce qu’ils prévoient pour les hommes normaux.

Je recommande très chaudement ce livre.