Archives de
Étiquette : conseil

[Beauté] Look regard longue tenue L’Oréal Paris

[Beauté] Look regard longue tenue L’Oréal Paris

Hello !
Il y a quelques temps j’ai reçu de la marque L’Oréal Paris un lot de trois gels à sourcil, un eye liner ainsi qu’un mascara. Je vous en parle donc aujourd’hui, après avoir longuement expérimenté, haha.

Les gels à sourcil – Unbelievabrow :

Les trois gels à sourcil sont adaptées à trois couleurs différentes : blond, châtain et brun. Alors voulant aller au bout des choses, j’ai effectivement voulu tester les trois (pourquoi pas ?). Il faut savoir que je suis blonde naturelle, cependant mes sourcils sont plutôt châtain bien foncé. Mais pour rigoler un peu, j’ai d’abord voulu tester le blond (inutile de vous préciser à quel point ça m’a fait bizarre). J’ai fini par tester les deux autres et comme je m’y attendais, la couleur qui me correspondait le plus était la plus foncée.

Question texture, le gel est plutôt sympa. Il faut bien le travailler afin que ça ne fasse pas des gros sourcils en pâté. Mais une fois le coup de main pris, aucun doute : les sourcils sont complets et fixés ! Si vous en mettez un peu à côté, pas de souci, une petite éponge démaquillante et le cour est joué !

J’ai donc plutôt apprécié ce gel et le réutiliserai lorsque je me ferai un look maquillage complet.

Le liner – Super Liner Flash Cat Eye :

Bon, pour le liner, je vous l’avoue tout de suite, j’ai toujours été une grosse quiche pour le poser. Sauf que celui-ci est fourni avec une sorte de petite ailette qui sert de pochoir, accrochée au capuchon. A partir du moment où vous arriverez à la placer au bon endroit, la pose du liner sera un vrai jeu d’enfant !

Pour la tenue, il est vraiment pas mal, j’ai pu le garder toute la journée en ne faisant qu’une toute petite retouche !

Un liner que je recommande !

Le mascara – Unlimited Mascara Very Different Waterproof :

Le mascara, c’est le dernier rescapé de mes produits de maquillage, que je porte quasiment tous les jours.

J’ai en effet arrêté de me maquiller il y a peut-être un an et demi. Plus de fond de teint, plus de trait de liner sous l’oeil. J’ai une peau un peu nulle (disons-le) super sèche et qui gratte beaucoup. Alors j’ai arrêté de mettre n’importe quoi dessus. Je respire et ne me trouve pas plus moche sans maquillage !

Par contre, le mascara ne me pose pas de problème de peau et en plus, je me trouve jolie avec, donc pourquoi s’en priver ? J’étais donc toute ravie de pouvoir tester celui-ci.

La petite brosse est dotée d’un superbe petit mécanisme qui lui permet de se plier afin de faciliter l’application. C’est indéniablement un plus. L’application, elle, est plutôt simple. Cependant attention à ne pas appliquer trop de produit ou vous passerez la journée avec des pâtés sur les cils !

Le rendu est très joli, les cils sont allongés, et bien noirs. Maintenant rester à voir la fameuse promesse : le Waterproof (ou Aquaplouf, comme dirait un de mes élèves). Alors oui, combien de fois je me suis retrouvée à ressembler à un panda parce que j’avais oublié de me démaquiller avant de prendre ma douche ? Je ne compte même plus… Cette fois-ci, j’ai été bien plus loin dans mon test puisque j’ai été à la piscine, la boule au ventre, craignant de me faire attraper par le zoo du coin en sortant. Eh bien figurez-vous que je suis bien rentrée chez moi, puisque le mascara n’a pas coulé du tout ! C’est donc un test des plus concluants !

En bref, c’est une routine super sympa (même pour aller à la piscine ou à la plage ! 😉 )

[Manuel] Comprendre le monde – Matière, vivant, objets (CE2) – Retz

[Manuel] Comprendre le monde – Matière, vivant, objets (CE2) – Retz

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente un manuel que j’ai eu l’occasion de tester avec mes CE2 : Comprendre le monde – Matière, vivant, objets. Je remercie les éditions Retz pour leur confiance.

Présentation du manuel :

C’est donc un manuel destiné à enseigner les sciences aux CE2. Il comprend trois thèmes :
• Qu’est-ce que la matière ?
• Comment reconnaitre le monde vivant ?
• Les objets techniques.
Ces trois thèmes comptent ensemble 20 séquences et trois dossiers interdisciplinaires très variés.

Vous y trouverez également un CD contenant l’ensemble des documents nécessaires à la réalisation des différentes séquences :
• Les fiches activité et leur corrigé
• Les fiches documents
• Des fiches évaluation et leur corrigé (Pas pour chaque séquence)
• Des vidéos, des animations
• Des séquences filmées en classe
• Des exercices interactifs
• Des photos et schémas
Evidement, il est très pratique d’avoir un vidéo projecteur dans sa classe, mais les photos peuvent être imprimées et affichées au tableau.
A la fin du manuel vous trouverez également une page d’instructions pour installer le CD que ce soit sur un PC ou sur un Mac.


Voici comment se présente une séquence :

Avant chaque début de séquence, vous trouverez « L’essentiel à avoir pour l’enseignant ». A nouveau c’est une aide précieuse que le manuel nous apporte ici. Pour moi qui ai tendance à me perdre dans mes recherches sur internet parce que je trouve des tas de trucs intéressants, c’est un gain de temps immense. Je sais que tout est regroupé dans un seul manuel, et je n’ai qu’à lire ce que l’on me propose et faire quelques recherches si il reste une zone d’ombre (ce qui n’a pas été le cas).

Ensuite arrive le déroulement de la séquence, précédé par la durée de la séquence entière et les connaissances et compétences associées (j’étais visitée pour ma première séance et ma conseillère pédagogique a beaucoup apprécié).

Puis viennent les différentes étapes (ou séances pour moi). Elles commencent toutes par des informations telles que la durée, l’organisation (collective, individuelle, par groupes…) ainsi que le matériel nécessaire.

Le manuel est vraiment clé en main, il nous détaille donc les différentes questions à poser aux élèves, les réponses qu’ils sont supposés donner ou sur lesquelles nous pouvons les aiguiller, mais également des exemples de traces écrites sur lesquelles nous pouvons nous appuyer pour former la notre en classe.

Mon expérience en classe :

J’ai pu tester avec mes CE2 une première séquence : « Pourquoi les coureurs à pieds doivent-ils manger plus que les piétons ? » J’ai choisi cette séquence car je souhaitais la présenter lors de la visite de ma conseillère pédagogique et je n’avais que peu de temps, il était donc impossible pour moi de choisir une séance qui nécessitait de demander aux élèves d’apporter du matériel de chez eux (je ne les ai qu’une fois par semaine). Bref, celle-ci ne nécessitait rien d’autre que les fiches document et les fiches activité, c’était donc parfait pour ce premier essai.

Cette séquence contient deux étapes durant entre 45 minutes et 1 heure chacune. Connaissant le niveau de mes élèves, et surtout leur niveau d’attention, j’ai pris soin de re-découper ces séances en deux, ce qui n’a pas été gênant du tout pour leur compréhension.

L’amorce sur leurs connaissances antérieures et leur vocabulaire était très intéressante et j’ai pu avoir une idée du chemin que nous allions avoir à parcourir.

Ils ont eu un peu de mal avec les documents qui présentaient les différents besoins énergétiques selon le sexe et l’âge, ou bien les dépenses d’énergies selon les activités. Mais au fil des questions sur les fiches activité j’ai pu observer une meilleure compréhension.

Par la suite, ils ont beaucoup aimé classer les aliments par famille et se sont beaucoup intéressés au document qui concernait le rôle des aliments. Leur intérêt était croissant et incomparable à mes séances de science précédentes.

Puisque cette séquence ne comportait pas d’évaluation, j’ai tout de même décidé de leur faire apprendre les différentes traces écrites travaillées en classe et de leur faire une petite évaluation dessus.

Conclusion :

Pour moi qui n’aime pas forcément enseigner les sciences, ce manuel est un réel plus. Je gagne un temps considérable dans mes préparations, j’ai une vue à long terme sur ce dont je vais avoir besoin dans mes futures séquences et je sais que les élèves vont toujours être intéressés.

Je regrette seulement de ne pas avoir de vidéo projecteur à disposition, mais en demi-classe (j’ai un CE2-CM1) je peux me permettre de leur montrer une image ou une petite vidéo depuis mon ordinateur.


[Chronique] Saison de rouille (Les Hommes sans futur #2) ) Pierre Pelot

[Chronique] Saison de rouille (Les Hommes sans futur #2) ) Pierre Pelot

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente à nouveau un roman envoyé par les éditions French Pulp ! Comme vous devez certainement le savoir maintenant, c’est une maison d’édition qui me plait tout particulièrement et j’adore vous faire découvrir leurs dernières sorties ! Cette fois-ci c’est un roman d’anticipation que je vous présente. Je vous avais déjà parlé il y a quelques temps du premier tome, et voici que le second, que j’attendais avec beaucoup d’impatience est sorti !

Résumé :

Dans un monde en perdition, quelque part en France, sévit la Pourriture… Un véritable fléau qui pousse les derniers hommes à isoler les malades en masse.

Est-ce que cette quarantaine sanitaire ne cache pas une véritable épuration ? Hierro Sieptembre va devoir se poser très vite la question… Car la Pourriture est déjà sur lui.

Mon avis :

Contre toute attente (j’aime me lancer dans de nouvelles aventures !) j’avais adoré le premier tome, et avais été complètement captivée par l’intrigue. J’attendais donc de pouvoir lire la suite !

Dans ce tome-ci nous ne sommes ni dans le même lieu, ni avec les mêmes personnages. Bon, je l’avoue, j’aurais aimé reprendre l’intrigue où je l’avais quittée dans le dernier tome. Mais voilà que nous découvrons deux personnages, chacun de leur côté : Hierro, un chasseur sur qui s’est abattue la Pourriture, et Polynésie, une très jeune femme qui se réveille, blessée et frigorifiée, seule survivante dans un véritable charnier. Nous assistons donc à leurs aventures, dont le but est parfois un peu flou.

J’ai apprécié suivre ces deux personnages, auxquels je me suis cependant moins attachée qu’à ceux du premier tome que j’avais trouvés plus sympathiques. Ici, ils sont plus froids, certainement complètement vidés par tout ce qu’ils ont pu vivre et voir jusqu’ici.

Au contraire de l’histoire précédente, qui plantait le décor d’un monde en plein changement, celle-ci nous amène un peu plus de détails, même s’ils restent infimes et que le mystère est encore entier. On a toujours très envie d’en apprendre plus sur ces supérieurs. On voudrait savoir ce qu’ils ont de vraiment si différent, en quoi est-ce qu’ils ont évolué, ce qui les y a amenés…

Ce tome si est beaucoup plus sombre et surtout j’ai trouvé, beaucoup plus violent et plus cru. La maladie infâme qui les tue y est sûrement pour quelque chose d’ailleurs.

En bref, tant de questions restent à élucider, et je suis vraiment très impatiente de pouvoir découvrir la suite !

[Chronique] Nycta – Delacorta

[Chronique] Nycta – Delacorta

Bonjour !

Aujourd’hui c’est le retour des roman édités par les French Pulp, une maison d’édition que j’apprécie tout particulièrement ! Je tiens donc à les remercier pour cette belle découverte qu’est Nycta.

Résumé :

Sortie major de la plus grande école d’Hacking, la célèbre académie Karl de Budapest, Alba crée sa société : Nyctalope.

Elle ne sait pas ce qu’elle fera, protection ou effraction, mais elle est capable de tout en informatique.

Alors qu’elle est connectée sur le Darknet, elle tombe sur une vidéo : une jeune médecin est torturée et exécutée. Alba remonte la piste du tueur, un homme de main de la multinationale Nesty.

Saura-t-elle révéler la face cachée du monstre ?

Mon avis :

J’ai trouvé ce polar très bien mené. Il m’a procuré beaucoup de sensations fortes et différentes. J’ai très rapidement été happée par l’intrigue que j’ai trouvée plutôt inhabituelle.

Alba est un personnage que j’ai tout de suite beaucoup admiré. Elle est forte et déterminée et garde continuellement la maîtrise. Le couple qu’elle forme avec Serge est très sensuel.

La peur et la violence, dès les premières pages d’ailleurs, par la description quasiment insoutenable de cette vidéo, rendent l’histoire encore plus palpitante.

L’auteur nous emmène dans cette aventure sombre que l’on n’a plus très envie de quitter à la fin. Sa plume est aiguisée et très forte, et c’est ce que j’ai beaucoup apprécié. Elle permet au roman de ne pas avoir de longueur et de nous mener droit au but. Bien sûr c’est une histoire qui peut se lire quasiment d’une traite, sans une minute d’ennui.

En bref, c’est un polar que je vous conseille vivement, il m’a sortie de mes habitudes de lecture et ce n’était vraiment pas pour me déplaire !

[Chronique] La police de l’intérieur – Alwin Moreau

[Chronique] La police de l’intérieur – Alwin Moreau

Bonjour !

Aujourd’hui, c’est un ouvrage un peu différent que je vous présente. J’ai reçu à ma demande « La police de l’intérieur » qui m’intéressait particulièrement, je vous explique pourquoi. Mais tout d’abord, je tiens à remercier chaleureusement son auteur, Alwin Moreau pour l’envoi.

Résumé :

Alwin a un rêve depuis tout petit, il veut devenir Policier : être au service de la population, la protéger… Il intègre l’école de Police à 19 ans. Mais, du rêve, Alwin bascule dans la réalité… Alors, pour arriver à dormir le soir, il écrit ce qu’il voit, ce qu’il entend, sur des bouts de papier… Cinq ans plus tard, il en a fait un livre et nous entraîne avec lui dans une étonnante immersion dans le quotidien d’un policier de base. Le jeune homme décrit la réalité de ce qu’il vit sans langue de bois : de mensonges en désillusions, il sera amené à rendre une décision radicale… 

Mon avis :

Il y a quelques années, lorsque j’étais en fac de psycho, je souhaitais plus que tout rentrer dans la police. En troisième année de licence, j’ai fait un stage dans une brigade de protection des familles. J’étais si fière, et surtout persuadée que c’était ce que j’allais faire plus tard. Et puis j’ai changé de voie, parce qu’il fallait choisir, et que moi, toute petite et épaisse « comme un sandwich sncf », je n’aurais pas fait long feu dans la police. Et pourtant j’ai toujours gardé ce goût amer, un certain regret de ne pas avoir pu réalisé ce rêve.

Vous pouvez donc vous imaginer que quand je suis tombée sur cet ouvrage, il a fallu que je le lise immédiatement. Je voulais savoir ce que j’avais vraiment raté. Alwin Moreau nous raconte les cinq années passées dans la police, depuis l’école jusqu’à…

C’est un jeune homme qui rentre plein de rêves dans ce monde qu’on imagine stressant, mais très gratifiant. Il s’imagine qu’il sauvera des vies, qu’il rétablira la justice, à l’aide de coéquipiers très soudés.

J’ai trouvé que cet ouvrage dépeignait très justement la dureté du monde de la police. Simple citoyen, on s’imagine que la difficulté se trouve dans les personnes extérieures, les malfaiteurs. Et pourtant elle vient aussi et surtout des équipes, des supérieurs, qui sont parfois aveuglés par leur image ou bien par l’argent. Il ne s’agit plus ici de porter secours ou bien de faire respecter la loi. On se rend compte que ces personnes là ne sont pas forcément dans l’optique de rendre le monde meilleur.

Bref, j’ai définitivement perdu mon rêve de travailler dans la police. En revanche j’ai gagné en admiration pour celles et ceux qui y travaillent pour l’humain et non pour l’argent ou la gloire. C’est un livre qui m’a beaucoup plu, j’ai apprécié voir l’intérieur de la police, et je vous le conseille, il se lit très très rapidement !

 

[Chronique] Les aventures extraordinaires de Jules Quatrnoix (Livre 1 – La malédiction de Datura) – Tatiana Deschamps

[Chronique] Les aventures extraordinaires de Jules Quatrnoix (Livre 1 – La malédiction de Datura) – Tatiana Deschamps

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente le premier livre d’une série dont j’attends maintenant impatiemment la suite ! La malédiction de Datura, tome 1 de la série Les aventures extraordinaires de Jules Quatrenoix, écrite par Tatiana Deschamps. Je remercie la maison d’auto-édition Publishroom pour cet envoi et cette belle découverte !

Résumé :

Été 1912. Jules Quatrenoix, douze ans, quitte Paris et emménage avec sa mère, Ernestine, à Hurlus-le-Mort-Homme. Elle a été engagée comme gouvernante chez les de Chaussecourte, après la disparition son mari. Ils doivent commencer une nouvelle vie dans cette petite ville reculée, au grand dam de Jules. 

Les vacances s’annoncent bien moroses… quand une nuit, Jules entend des voix venant d’une pièce condamnée de la maison appeler son nom ! Troublé mais intrigué, il commence alors à mener son enquête, secondé par son chien Lebrac, et aidé de ses nouveaux amis, Aristide et Lothaire. 
C’est ainsi qu’au péril de leur vie, ils vont découvrir le véritable et terrifiant visage d’Hurlus-le-Mort-Homme !

Mon avis :

Comme vous le savez sûrement maintenant, j’aime beaucoup les romans jeunesse, et celui-ci n’y a pas fait exception. En temps normal il me faut toujours quelques pages, voir quelques dizaines de pages, avant de pouvoir rentrer dans un roman et l’apprécier à sa juste valeur. Ici, au contraire, j’ai été happée dès la première page et ne l’ai pas lâché avant la toute fin.

On s’attache tout de suite à ce jeune garçon qui vient de perdre son père mais qui a soif d’aventure. On le suit avec plaisir et frissons, mener son enquête. C’est un garçon très courageux, qui n’a pas froid aux yeux et c’est très plaisant. D’ailleurs chaque personnage, à sa manière est particulièrement attachant.

Ceux-ci sont les derniers détails qui participent à nous aider à bien nous ancrer dans cette ambiance de début de 20ème siècle déjà particulièrement décrit. Personnellement j’aime beaucoup cette période et j’ai apprécié m’y retrouver plongée à travers ce livre et particulièrement grâce au langage de l’époque d’Aristide qui m’a beaucoup fait sourire.

La plume quand à elle est très douce, parfaite pour ce roman jeunesse. Je pense d’ailleurs qu’il peut très facilement être lu au collège voir déjà en CM2. Je me suis retrouvée complètement prise par cette histoire et je pense qu’elle emporterait n’importe quel jeune ado appréciant les enquêtes !

Les mystères de ce roman m’ont procuré joie, rires et frissons, et j’ai vraiment adoré suivre nos personnages dans cette aventure. Je vous le recommande fortement, et maintenant je ne peux qu’attendre un livre 2 avec beaucoup d’impatience !

[Manuel] Comprendre le monde, Sciences (CM1) + Mes premiers récits – Retz

[Manuel] Comprendre le monde, Sciences (CM1) + Mes premiers récits – Retz

Bonjour !

Aujourd’hui nous continuons sur notre belle lancée et nous nous attaquons à un second manuel qui m’a été envoyé par les éditions Retz et que je remercie.

A nouveau, c’est un ouvrage « Comprendre le monde », mais cette fois-ci nous nous penchons sur la science pour les CM1. C’est un manuel qui ressemble beaucoup à celui que j’ai déjà présenté en Histoire.

Voici donc une présentation de l’ouvrage ainsi que mon avis et mon expérience :

Celui-ci comprend quatre grands thèmes :

  • Matière, mouvement, énergie et information
  • Le vivant, sa diversité et les fonctions qui le caractérisent
  • Matériaux et objets techniques
  • La planète Terre, l’action humaine sur l’environnement

Chaque thème est divisé en plusieurs séances (entre 4 et 7) et accompagné d’un dossier interdisciplinaire.

• Le savoir de l’enseignant

Pour chaque séance, vous trouverez en premier une partie assez détaillée de ce que l’enseignant doit savoir avant de débuter avec la classe. Celle-ci comprend textes, images, schémas et données chiffrées. Suffisamment d’informations pour ne pas avoir à aller s’éparpiller sur le net et perdre un temps précieux de préparation de classe.

• Les étapes de la séance

Puis vient le déroulement de la séance. Chaque étape est détaillée précisément. Nous sommes informés de la durée de chacune, de l’organisation des élèves (travail en collectif, en groupe ou en individuel…) ainsi que du matériel requis pour un bon déroulement. Je trouve les séances particulièrement bien présentées. Moi qui suis très dans le visuel, j’apprécie en un coup d’oeil pouvoir voir les différentes étapes, les questions à poser aux élèves, la positions que l’on doit prendre par rapport à eux.

Je ne me sens jamais perdue en classe et je gagne un temps fou dans la préparation de ma classe. La science est en général pour moi un réel fardeau à faire en classe car elle nécessite souvent beaucoup de matériel et d’investissement pour une classe que je ne vois qu’un jour par semaine. Ici il me suffit de suivre la démarche, et d’adapter les séances à mes élèves si besoin. Je prends maintenant beaucoup plus de plaisir à enseigner les sciences à mes CM1.

• Les documents élèves

Pour chaque séance, les élèves ont une (ou plusieurs) fiche.s activité ainsi que des documents à étudier. Les fiches à remplir se composent souvent de tableaux à remplir ou bien de questions auxquelles répondre. J’apprécie énormément pouvoir leur laisser un temps d’autonomie afin de lire et d’étudier les documents proposés ainsi que de remplir les différentes activités. En effet, ayant un double niveau, j’ai besoin de pouvoir les laisser travailler calmement lorsque je suis avec mes CE2.

A la fois cela permet à mes CM1 de gagner en autonomie, mais aussi en rigueur quant à la lecture de consigne, pour laquelle ils sont loins d’être au point. Cet ouvrage, à mon sens, leur permet non seulement de développer leurs connaissances en sciences, mais également leur capacité à aller chercher la bonne information au bon endroit, que cela soit dans une question, un tableau, une image ou bien un texte.

• Le CD-Rom

Celui-ci est parfaitement bien organisé et très facile d’utilisation. On notera d’ailleurs la présence d’une petite aide à l’installation à la page 6 du manuel. On y trouve très facilement le document que l’on cherche. Il contient des documents à imprimer ou ben à montrer aux élèves via vidéoprojecteur. On y trouve des animations, des images et des vidéos, mais aussi les pdf des fiches activités, documents ainsi que des fiches enseignants. Jusqu’ici il m’était plutôt compliqué d’utiliser un CD (Obligée d’emprunter un ordi de l’école, le mien ne les lisant plus…) cependant il m’a convaincu d’acheter un lecteur CD portable afin de pouvoir l’utiliser directement en classe sur mon ordinateur. Il ne me manque plus qu’un vidéo projecteur dans la salle ! 😉

• Les gros points forts de cet ouvrage

  • Le fait qu’il soit, si on ne désire pas forcément s’attarder sur la préparation de cette matière, clés en mains.
  • Les sujets sont variés et ne durent pas trop longtemps. Les enfants n’ont donc pas le temps de se lasser.
  • Il m’est parfois également difficile de leur demander de rapporter du matériel de chez eux dans un temps restreint. Ici, je sas exactement à l’avance à quel moment j’aurai besoin de quoi, et je peux ainsi m’organiser pour les expériences que je n’aimais jusque là pas vraiment réaliser
  • Vous trouverez des ressources très intéressantes sur le site des éditions Retz, notamment des évaluations pour chaque séance ainsi que leur correction

• En bref :

j’ai des élèves particulièrement difficiles à intéresser. Mes séances de sciences étaient plutôt aléatoires et difficiles à mener, particulièrement en double niveau. Je suis donc rassurée d’avoir quelque chose sur lequel m’appuyer fortement. De plus, j’ai pu tester en classe la première séance du Thème du vivant : « Les liens de parenté pour comprendre l’évolution ». J’ai remarqué une nette amélioration de l’attention de mes élèves, qui, pour la majorité, ont grandement apprécié travailler à l’aide de ces documents. J’attends avec impatience de voir les progrès réalisés dans la prise d’informations.

Mes premiers récits :

C’est un tout petit ouvrage qui comporte 19 petits récits à lire seul. Grâce à celui-ci, les élèves découvrent de grands personnages ainsi que de grandes avancées scientifiques.

Entre deux séances de sciences, je demande aux élèves de lire chez eux l’un des textes que je leur propose. Ils ont pour travail à la maison de souligner les mots qu’ils ne comprennent pas et d’en rechercher la signification. En classe, nous faisons une lecture ensemble et nous revenons sur les termes compliqués. Ensuite nous dégageons l’idée principale du texte. Encore une fois cela leur permet d’aller droit aux informations importantes.

A la fin de l’année je leur proposerai de choisir l’un des textes étudiés pour en parler devant la classe.

J’apprécie beaucoup ce petit ouvrage qui permet de développer la culture de l’enfant, sans lui bourrer le crâne de noms qu’il ne retiendra pas. Ici chaque personnage est remis dans un contexte et je trouve l’idée très intéressante.

[Chronique] Tout le bleu du ciel – Mélissa Da Costa

[Chronique] Tout le bleu du ciel – Mélissa Da Costa

Bonjour !

Il y a quelques temps il m’a été proposé de lire un roman des éditions Carnetsnord : Tout le bleu du ciel, écrit par Mélissa Da Costa. Alors voilà, c’est fait, et je vous le présente aujourd’hui !

Résumé :

Petitesannonces.fr : Jeune homme de 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.

Emile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. A son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, il retrouve Joanne, une jeune femme coiffée d’un grand chapeau noir qui a pour seul bagage un sac à dos, et qui ne donne aucune explication sur sa présence.

Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. A chaque détour de ce périple naît, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l’amitié, l’amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d’Emile.

Mon avis :

C’est un roman qui peut paraître impressionnant au départ, de par son épaisseur (un peu plus de 630 pages), mais il fallait que je l’attaque. J’avoue que j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire, même si elle m’intriguait beaucoup. Je me forçais à lire un chapitre par jour. Puis finalement après quelques jours j’ai eu une sorte de déclic, j’enchaînais les chapitres, jusqu’à la moitié du livre environ. Pour finir par lire l’autre moitié en une journée seulement !

L’Alzheimer précoce est une maladie à laquelle nous ne sommes que rarement voire jamais confrontés au quotidien, pour presque en oublier l’existence. C’est ce qui rend ce roman unique, d’autant plus que la maladie ne touche pas ici une personne d’une cinquantaine d’année, mais un jeune homme de 26 ans. J’ai d’autant plus été touchée par son sort qu’il a mon âge. Alors évidemment, on se remet en question, comment est-ce que je réagirais à sa place ? Est-ce que je ferais les mêmes choix ? Serais-je capable de tout laisser pour partir vivre mes derniers jours dans la nature, avec un ou une inconnu(e) ?

Autant de choix qui rendent le personnage principal très intéressant. On se l’imagine au départ comme un enfant capricieux, qui, submergé par ce qui lui arrive, ne peut pas assumer et préfère fuir. Mais finalement je trouve que c’est une décision plutôt sage de ne pas vouloir faire souffrir ses proches. Je trouve le personnage d’Emile extrêmement bien développé et on s’attache beaucoup et très facilement à lui. Nous vivons avec lui l’évolution de sa maladie.

Joanne est également un personnage dont on apprécie le développement. Très renfermée au début, le lecteur se doute qu’elle n’a pas suivi Emile dans sa folle aventure sans raison. Pourtant impossible de la décrypter jusqu’à ce qu’elle finisse par s’ouvrir à son compagnon de voyage. C’est un personnage très touchant, en qui je me suis parfois retrouvée. Je me suis encore plus attachée à elle qu’à Emile.

J’ai été envahie à chaque instant de lecture par la découverte de nouveaux paysages, tantôt lacs, montagnes, villages, mer et j’en passe. Nous traversons une multitude de lieux extrêmement bien décrits dans lesquels nous découvrons à chaque fois un ou plusieurs nouveaux personnages.

La plume de Mélissa Da Costa est magnifique et retranscrit à merveille toutes les émotions par lesquels nous passons, joie, tristesse, émerveillement, hilarité, amour, amitié… Nous les vivons toutes avec nos deux personnages principaux.

C’est un roman que j’ai beaucoup apprécié, qui m’a fait vivre énormément de choses, je suis passée du rire aux larmes et j’ai été extrêmement émue. J’ai été très marquée et je pense qu’il restera ancré en moi pour un long moment. Je le recommande fortement !

[Chronique] The Promised Neverland – Kaiu Shirai et Posuka Demizu

[Chronique] The Promised Neverland – Kaiu Shirai et Posuka Demizu

Bonjour !

Aujourd’hui je vous parle d’un manga coup de coeur : « The promised Neverland » dont le scénario est écrit par Kaiu Shirai et les dessins réalisés par Posuka Demizu. La série est publiée aux éditions Kazé. Pour le moment les 6 premiers tomes sont sortis, le 7 arrivera le 3 avril 2019.

Cet avis ne contient pas de spoil !

Résumé :

Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et soeurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de « Maman », qu’ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !

Mon avis :

C’est un manga que j’ai beaucoup beaucoup attendu, et puis une fois le premier tome entre mes mains et les quelques premières pages lues, j’ai été retenue par mon travail et n’y suis pas retournée pendant plusieurs mois. Jusqu’à oublier que je l’avais dans ma bibliothèque.

En revenant dans ma PAL j’ai à nouveau réalisé à quel point j’avais envie de le lire, ce bouquin. Alors voilà, en 30 minutes c’était plié, et il m’en fallait plus ! Alors ni une, ni deux, j’ai commandé les 5 tomes suivants, et dès leur réception, j’ai passé toute la soirée à les dévorer.

Alors pourquoi ce manga m’a t-il tant plu ?

Déjà il faut dire que les couvertures sont absolument magnifiques ! Et je pense pouvoir dire que ma préférée est la deuxième, elle est très colorée et j’aime particulièrement la bibliothèque. Chaque couverture est un joli reflet du contenu du manga, sans trop en dire, juste pour nous donner l’eau à la bouche. Les graphismes du manga m’on également beaucoup plu. Ils sont doux, agréables, presque enfantins, dans le bon sens du terme.

Le scénario est -pour moi- complètement inédit et tellement bien pensé. Au tout début je me suis dit « Mouais, des enfants dans un orphelinat… ». Mais quand on découvre tout le mystère qui se cache autour de ce lieu et la terreur qu’il inspire, on devient vite accro. Il y a a quelque chose que j’ai trouvé extrêmement bien réalisé : c’est le contraste entre la joie procurée par la vie à l’orphelinat, cette « maman » qui d’apparence est plutôt très gentille, cette vie qui est tellement bien organisée et qui plait aux enfants, et le terrible secret qui se cache derrière cette belle « famille » et qui pousse nos héros à devoir s’enfuir.

Les personnages :

Emma, Norman sont des enfants extrêmement attachants. Extrêmement intelligents, ils gardent la tête sur les épaules, leur sang froid en toutes circonstances, même si c’est souvent plus que difficile. Ils sont très doux et toujours attentifs aux autres, notamment avec les plus petits de l’orphelinat. Ils parviennent à faire comme si de rien était, et à vivre leur vie à l’orphelinat en faisant semblant d’être heureux, tout en sachant ce qu’il se trame.

Ray est quant à lui très intéressant. On sent bien que c’est une âme torturée. C’est un personnage que j’ai apprécié, qui fait des efforts, voire des sacrifices pour les autres.

J’ai trouvé que tous les enfants avaient leur place dans cette série. Bien entendu certains sont pour le moment moins développés que d’autres, cependant ils contribuent tous à faire de l’ambiance du manga ce qu’elle est. Chacun a son caractère bien marqué, ils ne sont pas là pour remplir l’orphelinat, et c’est ce que j’apprécie.

En bref, j’aime beaucoup le développement de l’histoire, le tournant qu’elle prend, les différentes péripéties. Chaque tome apporte sa dose de mystère, et j’attends avec impatience la sortie du tome 7 !

[Chronique] The Golden Path, Ma vie de cascadeuse – Baptiste Pagani

[Chronique] The Golden Path, Ma vie de cascadeuse – Baptiste Pagani

Bonjour !

Après une petite absence, on reprend la lecture et l’écriture, car c’est bientôt les vacances !

Aujourd’hui je vous présente le troisième ouvrage qui m’a été proposé par Ankama, que je remercie infiniment à nouveau. C’est « The golden path » un comic de Baptiste Pagani.

Résumé :

Depuis toute petite, Jin Ha est fascinée par la magie du cinéma hongkongais où les arts martiaux – notamment le kung-fu, sa passion – sont mis à l’honneur. Dans la région de Henan, en Chine, elle s’entraîne sans relâche dans une grande école de kung-fu. À 21 ans, son diplôme d’arts martiaux en poche, elle décide de partir pour Hong Kong où elle compte bien faire carrière dans le cinéma !

Mon avis :

Il faut dire tout d’abord que c’est un bel objet livre, la couverture, avec des reliefs dorés, est superbement réalisée.

Les graphismes ne m’ont pas vraiment plu au départ. Et puis j’ai réalisé qu’ils rendaient la bande dessinée plus réaliste, qu’ils m’aidaient à rentrer un peu plus dans l’histoire. Ils ne m’ont plus dérangé, puis finalement, je peux dire que je les ai beaucoup aimés. Ils s’accordent totalement avec l’histoire, avec le message passé dans cet ouvrage. J’ai également adoré les pages des astuces de tournage de scènes de cascades. Les affiches de films étaient toutes également très très belles. Je vous mets quelques extraits à la fin de l’article !

L’héroïne est vraiment très intéressante. C’est une jeune fille qui a une passion, mais que son entourage ne comprend pas vraiment, même si elle est soutenue par ses proches. On s’attache très rapidement à elle, on a vite envie de savoir ce qu’elle va devenir, de connaître la manière dont elle va évoluer. Effectivement, on n’a aucun mal à l’apprécier, on aimerait même lui ressembler car c’est un personnage fort. Elle est prête à sacrifier beaucoup, notamment son image, pour arriver à pratiquer sa passion : les cascades. Elle encaisse énormément de choses. Trop, même. La vie ne lui sourit pas toujours, loin de là, mais elle ne se laisse pas faire, et jamais elle ne se décourage. C’est un exemple que l’on voudrait tous pouvoir suivre.

L’histoire quant à elle n’est pas non plus en reste. Elle s’étale sur un très long laps de temps et nous pouvons prendre plaisir à suivre Jin Ha dans ses aventures. On y découvre beaucoup de lieux et de paysages différents. On y rencontre également des personnages hauts en couleurs, que l’on apprécie beaucoup, un peu, ou bien que l’on déteste. Mais aucun ne nous laisse de marbre. Chacun a une histoire, un caractère, quelque chose qui le fait se démarquer des autres.

Pour moi, tout était très bien pensé, du début à la fin. J’ai pris un réel plaisir dans ma lecture. C’est une bande dessinée assez épaisse qui vous fera passer un excellent moment. Croyez-moi, je n’ai pas décroché une seconde !