Archives de
Étiquette : avis

Ylo – Phyto-acupression

Ylo – Phyto-acupression

Hello !

J’ai été contactée par la marque Ylo pour vous présenter leurs stylo de phyto-acupression. J’ai donc reçu de leur part quatre recharges (respiration, sommeil, maux de tête et digestion) ainsi que le stylo d’acupression et son petit sachet.

Alors pour commencer, la phyto-acupression, qu’est-ce que c’est ?

C’est l’association d’un concentré de plantes et d’un stylo permettant d’exercer des pression sur des zones d’acupression. Comme je ne suis pas experte, je vous propose de vous renseigner sur leur site, si vous avez besoin d’informations : https://www.ylo-sante.com/qui-sommes-nous/

Comment l’utiliser ?

Chaque Stylo est accompagné d’un petit guide très complet qui indique comment l’utiliser et le conserver.

Il contient tout le protocole à choisir en fonction du type de trouble que vous avez. Donc en premier on localise la zone d’application, ensuite on applique le concentré de plantes en faisant cinq tours de roll-on et ensuite on active la zone avec l’embout en inox en appuyant doucement puis de plus en plus fort, 18 fois dans un sens, puis 18 fois dans l’autre.

Mon avis

Je suis très adepte d’huiles essentielles et je me disais que ce serait plus ou moins similaire. Mais étant donné qu’il est nécessaire d’activer des zones d’acupression c’est totalement différent et surtout cela prend un petit moment.

J’ai majoritairement utilisé le stylo « Maux de tête » puisque c’est monnaie courante chez moi. Alors oui effectivement, il faut se souvenir de la procédure, donc au début j’avais toujours le petit guide sur moi. Et il faut dire qu’après application, la plus grande partie du temps mon mal de tête disparaissait.

J’ai également testé celui pour la respiration car j’ai souvent le nez bouché et il a aussi fait son petit effet !

[Chronique] Sign of love #3 Cancer – Ana Wyle

[Chronique] Sign of love #3 Cancer – Ana Wyle

Hello !

Aujourd’hui je vous présente un service presse qui me vient des éditions French Pulp que je remercie encore et encore pour leur confiance. C’est donc le troisième tome de la saga « Sign of love » qui traite cette fois-ci du signe du cancer.

Résumé

Le jour de ses 20 ans, Anna Wyle, jeune photographe et parisienne depuis dix ans, est sous le choc : elle vient d’apprendre que Jim et Grace, ne sont pas ses parents biologiques !
Après avoir couvert la Fashion-Week, elle n’a plus rien à prouver ! Anna a désormais sa propre rubrique : Zodiac girl. Une chose est sûre : l’homme avec lequel elle est astrologiquement compatible n’est pas un gémeaux ; Louis Mallet est définitivement un pervers narcissique.
Pour changer d’air, Anna retourne aux États-Unis, dans sa famille qu’elle n’a pas vu depuis dix ans. Anna ne lâche rien : elle profite de cette escapade pour poursuivre sa quête d’identité et d’amour.

Mon avis

Ma plus grande crainte pour la suite de ces tomes, c’est que l’histoire se répète, et que l’on finisse par s’ennuyer, alors que l’auteure tient un truc vraiment bien. Ce n’est pas le cas pour ce troisième qui est plutôt bien sorti du schéma classique des deux premiers.

Comme dans les tomes précédents, l’histoire est évidement centrée sur Ana, que l’on découvre encore un peu plus. Au fil de ce roman, on en apprend un peu plus sur son histoire familiale et ça ne nous donne qu’une envie : continuer pour en savoir encore plus.

Nous découvrons également quelques nouveaux personnages, mais comme les amis d’Ana, nous n’en savons vraiment que très peu sur eux. Le roman étant hyper centré sur Ana, j’ai l’impression qu’il y a peu de chance pour que nous en apprenions vraiment plus sur les personnages secondaires.

Chacun des trois premiers tomes a pour moi été un nouveau voyage dans un nouvel endroit, et j’espère que cela continuera dans les prochains.

[Chronique] Les Nouvelles du Groupe 2 – J. DA

[Chronique] Les Nouvelles du Groupe 2 – J. DA

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente un nouveau service presse : Les Nouvelles du Groupe 2 de J. DA que je remercie pour cet envoi.

Résumé :

Premier opus d’un recueil de nouvelles policières, il vous plonge en immersion au sein d’un groupe de quatre policiers qui officient dans un Service Régional de Police Judiciaire. Dirigés par le capitaine Tom Mareval, les lieutenants Chloé Fadelo, Emilien Marchewski et Jimmy Miraux forment une équipe soudée qui va être amenée à enquêter sur plusieurs affaires. Vous suivrez les pas de ces flics passionnés par leur métier, prêts à tout pour venir à bout de l’enquête. Le tout est surveillé de près par l’oeil bienveillant du commissaire Vancha, leur patron.
1. Ton entrepôt m’a tué: Le groupe 2 est saisi suite au cambriolage d’un entrepôt de marchandises dans une zone industrielle. Les investigations débutent et les premières hypothèses sont levées. Quelques jours plus tard, un second cambriolage a lieu dans un autre entrepôt de la ville. Cette fois-ci un agent de sécurité est retrouvé mort à l’arrivée des policiers. La situation s’envenime et les enquêteurs doivent redoubler d’effort pour se mettre à la recherche des auteurs.
2. L’argent a un prix: Tom reçoit un appel téléphonique d’un de ses indics qui lui annonce le braquage imminent d’un distributeur automatique de billets. Le groupe se met en alors en chasse pour tenter d’interpeller les individus en flagrant délit. Surveillances, filatures, écoutes, l’arsenal complet est déployé. Le soir venu une fusillade éclate.
3. Dans l’impasse: Un cadavre est découvert dans une benne à ordures ménagères lors de la collecte des déchets. Les Hommes du capitaine Mareval se rendent sur place. La situation est complexe car peu d’éléments sont recueillis sur les lieux. Il va falloir faire preuve de persévérance pour retrouver le coupable.
4. Vendetta: Un appel provient d’un SRPJ du sud , le groupe 2 est invité à participer au démantèlement d’un trafic de drogue. Un lien a été établi entre ce trafic et une affaire que le groupe 2 avait en charge. Les policiers se rendent sur place et vont épauler leurs collègues dans leur traque.

Mon avis

C’est un recueil de quatre nouvelles tournant toutes autour des mêmes personnages.

J’ai tout d’abord été très surprise par le réalisme des textes, qui vont vraiment droit au but. Même la romance à laquelle nous assistons se fait dans cet environnement de travail. C’est si réaliste que le lecteur peut rapidement avoir l’impression de lire un documentaire, que l’auteur aurait écrit en étant directement en situation.

Nous prenons plaisir à suivre ces personnages tout au long de leurs enquêtes et leur évolution est très intéressante.

Le style de l’auteur et très fluide et il va vraiment à l’essentiel, sans s’attarder dans des descriptions interminables. Il y a d’ailleurs une très grande quantité de dialogues.

J’ai pris plaisir à lire ce recueil de nouvelle, que j’ai terminé assez rapidement de part sa petite épaisseur. Je vous le conseille donc les yeux fermés !

[Chronique] Docteur Holmes (Serial killer #1) – Stéphane Bourgoin

[Chronique] Docteur Holmes (Serial killer #1) – Stéphane Bourgoin

Bonjour !

Me revoici pour vous présenter à nouveau un service presse, envoyé par les éditions French Pulp. Il s’agit du premier tome de la série « Serial Killer » : Docteur Holmes, écrit par Stéphane Bourgoin dans la collection « Les féroces ». J’en profite pour remercier les éditions French Pulp pour la confiance qu’ils m’accordent à chaque fois et les superbes découvertes que je fais inévitablement !

Résumé :

Herman Webster Mudgett ou H. H. Holmes (16 mai 1860 – 7 mai 1896), plus connu sous le pseudonyme de Docteur Henry Howard Holmes, est un tueur en série américain. Pendant les années 1890, Holmes est l’assassin de probablement deux cents clients dans son hôtel de Chicago qu’il avait ouvert à l’occasion de l’Exposition universelle de 1893. Après sa condamnation, il a avoué 27 meurtres et, bien que seuls neuf aient été confirmés, il est estimé qu’il en aurait commis deux cents. Holmes est souvent considéré comme le premier tueur en série américain…

Mon avis :

Passionnée d’enquêtes policières, je n’ai pas hésité une seule seconde à me diriger vers cet ouvrage, tout en gardant une réserve due à la réalité des faits rapportés.

L’auteur n’est pas un novice dans le domaine judiciaire car il a interrogé 77 serial killers. Il a fait pour cet ouvrage un remarquable travail de recherche. On y trouve des documents tels que des dessins de différentes personnes et de différents lieux qui ont fait partie de la vie de H.H. Holmes.

Les différents interrogatoires de Holmes, de Mme Pitezel sont retranscrits et rapidement analysés ou remis dans leur contexte.

Pour moi le plus intéressant (bien que tout le livre l’ai été) est la confession de Holmes. Il y détaille les 27 meurtres dont il a été accusé avec une froideur monstrueuse. Et pourtant on sent qu’il réalise l’horreur de ses actes et c’est ça qui m’a profondément marquée.

C’est une lecture qui m’a beaucoup intéressée et je serais ravie de lire le second tome. Si les enquêtes policières vous passionnent alors cet ouvrage est pour vous.

D’ailleurs la saison 5 d’American Horror story est très inspirée de la vie de H.H. Holmes, ainsi qu’une mini série en en cours de réalisation part Martin Scorcese et Leonardo Di Caprio.

Cependant l’horreur fascine, passionne et attire, mais il ne faut pas oublier qu’ici le principal protagoniste n’est pas à placer en héros par respect pour toutes les victimes.

[Chronique] Lucika Lucika – Yoshitoshi Abe

[Chronique] Lucika Lucika – Yoshitoshi Abe

Bonjour !

Aujourd’hui c’est un manga que je vous présente ! Il s’agit de Lucika Lucika de Yoshitoshi Abe, aux éditions Kioon.

Résumé :

Lucika est folle, complètement folle, comme tous les enfants le sont un peu : infiniment curieuse, jamais à court d’idées saugrenues, toujours prête à regarder le monde au travers d’un prisme déformant d’une fraicheur extraordinaire, elle déclenche des catastrophes à répétition autour d’elle !

Mon avis :

Je vous avoue que la première chose sur laquelle j’ai craqué est la couverture, son côté enfantin et si doux. Et puis j’ai ouvert le manga, et j’ai découvert… des pages colorées ! Pas deux trois pages comme dans certains manga, non ! Toutes les pages ! L’auteur nous dit qu’il était au départ plein de doutes à propos d’un manga tout en couleurs, et pourtant c’est une réussite, même si j’imagine que le travail est énorme.

Le manga n’est pas une histoire, mais une multitude de scènes de l’enfance. En plus des cases qui sont colorées, le blanc qui les entoure d’habitude est coloré également, et chaque petite scène a sa couleur. Nous retrouvons donc Lucika dans ses aventures d’enfant, dans sa douce folie. J’ai douté lors de la première scène, que je n’ai pas trouvé très drôle, et puis tout le reste s’est lu tout seul, j’ai dévoré le manga. Les scènettes sont drôles et touchantes et on retrouve les histoires que l’on s’inventait lorsque l’on était enfant.

Lucika est un personnage vraiment attachant que l’on aimerait avoir dans notre famille, elle rendrait la vie beaucoup plus colorée et moins monotone !

Les couleurs et les dessins du manga sont vraiment son point fort, tout est magnifique, on en redemande !

[Manuel] Enseigner l’anglais à partir d’albums (CM1/CM2) – Retz

[Manuel] Enseigner l’anglais à partir d’albums (CM1/CM2) – Retz

Bonjour !

Aujourd’hui je vous parle à nouveau d’un manuel que j’ai eu l’occasion de tester en classe : « Enseigner l’Anglais a part d’albums » par Sylvie Hanot. J’en profite pour remercier à nouveau les éditions Retz pour leur confiance.

Présentation 

Le manuel est composé de huit séquences toutes basées sur un album différent. Il est accompagné du CD mais pas des albums. Vous pourrez soit vous procurer ces derniers sur internet, soit diffuser les vidéos YouTube dont les liens sont donnés au début de chaque séquence.

Les albums utilisés dans ce manuel sont :

Follow the Line to School, The Gruffalo, The Royal Baby’s big red bus, Mr Wolf’s pancakes, My Brother, My Mum, Madlenka, How to make an apple pie and see the world.

Vous trouverez au début du manuel une programmation très détaillée de tout ce qui sera abordé pour chaque album : les objectifs principaux, le lexique, les structures langagières, les éléments culturels, la phonologie, la grammaire et le projet de fin de séquence.

Chaque séquence commence par une présentation de l’album, de son auteur et du projet de fin de séquence. J’apprécie également que soient présentes toutes les compétences travaillées pour chaque module, ainsi que les domaines du socle, c’est super pratique pour les fiches de prep’ (on sent l’inspection l’année prochaine ?) !

La partie « Quelques précisions avant de commencer » est plus ou moins longue selon le module. Elle est très utile si l’on n’a pas l’habitude d’enseigner l’anglais, c’est un petit plus, des petits conseils auxquels on ne pense pas forcément.

Comme toujours, et c’est extrêmement plaisant chez Retz, on retrouve avant chaque séance une énumération du matériel nécessaire.

A première vue les séances ont l’air complexes. Il y a beaucoup de choses écrites. Cependant tout est clair et on distingue parfaitement chaque partie. Les compétences de chaque étape de séance sont notées dans un petit encadré et les petits conseils qui nous accompagnent dans notre enseignement sont très appréciables.

Le manuel est même pensé avec de la différenciation puisque les fiches sont adaptées à plusieurs niveaux. Mes élèves ont tous plus ou moins le même niveau d’anglais donc tout le monde a les mêmes fiches, cependant je me laisse le loisir de choisir si je vais leur donner le niveau 1 ou 2 selon le travail demandé.

A la fin de chaque séance on trouvera une section prolongements, ainsi qu’une section interdisciplinaire. La section prolongement est top pour enrichir les rituels, mais aussi si vous laissez régulièrement vos élèves travailler en autonomie. Elle est riche en ressources à imprimer ou liens en tous genres (jeux sur tablette ou ordinateur…)

Le CD qui accompagne le manuel contient toutes les ressources nécessaires au bon déroulement des modules. Vous y trouverez toutes les fiches, flashcards, paroles de chansons, évaluations… super bien rangées !

Conclusion

Lorsque l’on apprend l’anglais, il est important avant tout de l’entendre. C’est pourquoi j’ai trouvé très intéressant le fait de travailler à partir d’albums. Cela permet également de donner un sens aux apprentissages des élèves, et pas seulement de leur jeter des mots de vocabulaire vides à apprendre par cœur.

L’élève a le plaisir d’écouter une histoire, il sera donc plus impliqué dans l’écoute afin de la comprendre. L’album apporte également une touche culturelle indéniable. On est mis en contact avec de la littérature étrangère, et l’on y découvre beaucoup d’éléments de civilisation.

Je n’ai eu l’occasion de tester que deux modules avec mes différentes classes car j’ai commencer en cours de période 5. Avec mes CE2/CM1 qui ont un niveau assez bas nous avons commencé par le premier album « Follow the line to school ». Avec mes CM2 nous avons commencé par « Mr Worlf’s pancakes » puisqu’ils ont un niveau un peu plus élevé. Les deux classes apprécient énormément les albums (nous sommes encore dessus), c’est un réel plaisir d’apprendre en écoutant une histoire.

Alors oui, les séances paraissent lourdes (elles peuvent parfois être coupées en deux, ou faites à plusieurs moments de la journée), cependant elles sont très complètes et méritent que l’on s’y penche afin de pouvoir faire travailler les élèves dans les meilleures conditions possibles.

Je sus impatiente de pouvoir commencer l’année prochaine dès la rentrée, afin de pouvoir réaliser plusieurs projet avec ma (ou mes) classe(s).

[Chronique] Créatures fantastiques – Kaziya

[Chronique] Créatures fantastiques – Kaziya

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente un manga acheté totalement au hasard d’une de mes petites promenades en librairie ! Voici donc la chronique de Créatures fantastique de Kaziya aux éditions Komikku.

Résumé :

La science a remplacé la magie dans le coeur des hommes. Elle est sur le point de faire basculer le monde dans une nouvelle ère, entrainant les créatures fantastiques dans l’oubli. Descendante d’une lignée de mages, la jeune Ziska est apprentie vétérinaire. Avec son maître Nico, elle cherche à soigner et préserver les bêtes mythiques menacées d’extinction… Mais n’est-il pas déjà trop tard ? A la croisée de la médecine et de la magie, découvrez un bestiaire hors du commun !

Mon avis :

Bon alors il faut savoir que j’ai dû passer 30 minutes dans le rayon manga. Mais cette couverture et ce titre m’ont tout de suite sauté aux yeux. Il faut dire que l’illustration de la couv’ est juste magnifique ! Les traits sont plutôt fins et les couleurs sont très douces. On y aperçoit quatre créatures fantastiques et cela nous donne tout de suite envie d’en découvrir beaucoup plus !

On ne sait pas vraiment à quel endroit ni à quelle époque l’histoire peut se situer, cependant on comprend que la médecine est entrain de s’installer, que la magie est entrain de disparaitre. On peut apercevoir sur certaines pages des maisons à colombages ce qui rend l’ambiance du manga hyper agréable. Pour moi on se trouve dans un petit village situé entre la mer et la forêt, dans un coin un peu montagneux et un peu magique.

J’ai adoré les deux personnages principaux, Niska et son maître Nico, vétérinaire. Ils sont tous les deux super attachants. Niska est une jeune fille de 13 ans très attachée à faire le bien autour d’elle. J’apprécie beaucoup le fait qu’elle veuille à tout prix sauver n’importe quel animal. Et Nico malgré son air détaché a l’air de beaucoup croire en elle et semble revigoré par sa présence. Comme s’il avait cessé de croire en la possibilité de sauver tout être vivant, mais que la présence de la jeune fille lui donnait à nouveau de l’espoir.

Les petites créatures mythiques m’ont carrément fait craquer. Elles ne sont pas forcément toutes hyper originale, mais elles m’ont beaucoup plu et j’ai hâte d’en découvrir de nouvelles dans un prochain tome !

L’histoire quant à elle n’a pas beaucoup démarré dans ce tome. C’est surtout une jolie mise en situation. Mais je pense que par la suite nous pourrons en apprendre plus sur l’histoire de nos deux personnages principaux, et sur les pouvoirs de Niska. Du moins c’est ce que j’espère !

C’est donc un manga que je vous conseille fortement ! Et pour ma part je cours me procurer le second tome !!

[Beauté test] Superstay Ink Crayon

[Beauté test] Superstay Ink Crayon

Hello !

J’ai reçu récemment trois crayons à lèvres de la marque Maybelline que je remercie pour cet envoi. Les trois produits présentés dans cet article ont donc été reçus gratuitement.

J’avais envie depuis super longtemps de tester les rouges à lèvres Superstay Ink que l’on voit un peu partout (les liquides) mais n’en avais jamais eu l’occasion. Depuis, ces beautés sont sorties : les crayons.

Par rapport à un rouge à lèvres liquide ou classique, le crayon est beaucoup plus précis et facile à appliquer selon mon expérience. J’ai apprécié la texture. Il n’assèche pas trop les lèvres (si les vôtres sont très sèches comme les miennes, pensez tout de même à appliquer un baume avant).

Les couleurs sont extra. J’en ai donc reçu trois :

  • 65 Settle for more
  • 25 Stay exceptional
  • 45 Hustle in Heels

Je les ai tous essayés et mon préféré reste le rouge pétant, Hustle in Heels, qui je trouve me va mieux au teint. En tout cas, ils sont tous hyper teintés et les couleurs ressortent vraiment très bien.

Pour ce qui est de la tenue je n’ai absolument rien à redire. Je l’ai porté toute la journée, j’ai donc mangé et bu, et je n’ai eu à faire qu’une mini retouche sur un petit millimètre. Au top donc !

[Chronique] Garbage night – Jen Lee

[Chronique] Garbage night – Jen Lee

Bonjour ! Aujourd’hui je vous présente le deuxième ouvrage qui m’a été envoyé par les éditions Kinaye (j’en profite pour les remercier à nouveau pour leur confiance) : Garbage night, une bande dessinée créée par Jen Lee.

Résumé :

Simon est un chien qui vit avec ses deux meilleurs amis, un raton-laveur et un cerf, dans un jardin aride et dévasté. Ils passent leurs journées à piller le supermarché en ruines et attendent le retour de la sacro-sainte « Garbage Night », mais les semaines passent, et les poubelles restent désespérément vides.
Pendant une mission de récupération, ils rencontrent Barnaby, un autre chien abandonné qui leur parle de « l’autre ville », où les humains vivent peut-être encore. Poussé par la faim et la promesse de nourriture, le trio rejoint Barnaby et plonge dans l’inconnu…

Mon avis :

L’illustration de la couverture n’est pas sans rappeler les dessins animés que je regardais lorsque j’étais petite et c’est ce que j’avais en tête avant de commencer à lire cette BD. On s’imagine donc que celle-ci sera drôle et très légère. Et pourtant ce n’est pas vraiment le cas.

Justement j’ai été surprise par la tournure qu’a pris l’histoire. J’ai tout de suite été prise de sympathie pour les personnages, en particulier pour Simon, qu’on s’imagine facilement avec sa famille dans cette maison maintenant abandonnée. Je ne m’attendais pas à autant d’émotions dans cette BD.

Les dessins sont plutôt simples, mais pour moi parfaitement adaptés au scénario et les couleurs selon le moment de la journée m’ont aussi beaucoup plu.

On a peur pour les personnages, on pleure avec eux (comment ça je suis trop sensible ?), en bref, on arrive à avoir énormément d’empathie pour eux. C’est une très belle histoire sur l’amitié, sur le changement de comportement face au grand besoin. On espère de tout coeur qu’ils vont pouvoir atteindre leur but.

Vous trouverez aussi à la fin la préquelle Vacancy, qui est tout aussi sympa que l’histoire principale !

En bref, c’est un BD très sympa, pas si légère que ça, mais un vrai moment de plaisir ! Je vous la conseille fortement !

[Chronique] Les morts ne pleurent pas : L’assassin aux perles – Eve Ruby Lenn

[Chronique] Les morts ne pleurent pas : L’assassin aux perles – Eve Ruby Lenn

Bonjour !

Aujourd’hui je vous parle d’un service presse que j’ai reçu récemment : Les morts ne pleurent pas : L’assassin aux perles, écrit par Eve Ruby Lenn.
Vous le savez : j’adore les romans policiers et j’adore l’époque Victorienne. Alors franchement, que demander de plus ?

Résumé :

Londres, décembre 1843.
Le corps d’une deuxième femme vient d’être découvert. Scotland Yard se retrouve dans l’impasse, alors que les crimes se poursuivent. Pour faire avancer cette enquête complexe, l’inspecteur Dorian Griffiths en appelle au Dr Johnstone, un expert médico-légal confirmé qui dirige une entreprise de pompes funèbres.

Mon avis :

J’avais vraiment hâte de commencer ce roman. Ce que j’ai apprécié, et qui je trouve change énormément des romans policiers que j’ai l’habitude de lire, c’est que le personnage principal pour moi ici n’était pas le détective, mais la fille du Dr Johnstone. C’est elle que nous suivons durant la majeure partie du livre, et c’est son histoire que nous connaissons le mieux. La présence constante de ce personnage féminin autour duquel tourne l’histoire m’a beaucoup intéressée.

Les personnages sont tous plutôt bien développés et chacun a une plus ou moins grande part de mystère que l’on aimerait bien connaitre. J’ai beaucoup aimé Dorian justement, qui me fait penser à des inspecteurs que j’ai appréciés dans d’autres policiers.
L’histoire de Trinity est intéressante, c’est une jeune femme torturée et on a très envie de la voir s’épanouir.

L’univers du roman est assez (voire très) sombre, et les descriptions des scènes de crime très violentes. Tout est très bien ficelé, l’histoire, l’ambiance, les crimes. J’ai trouvé que l’autrice avait très bien orchestré son scénario. Le retournement de situation est totalement inattendu et m’a vraiment beaucoup plu. J’étais complètement soufflée.

En bref, c’est un coup de coeur, et je le conseille très vivement !