Archives de
Étiquette : avis

[Chronique] Une saison à la petite boulangerie – Jenny Colgan

[Chronique] Une saison à la petite boulangerie – Jenny Colgan

Bonjour bonjour !

C’est dans le gros rush de la rentrée que je trouve le temps de vous écrire ! La lecture est vraiment un échappatoire pendant ces grosses semaines de bruit et de stress. Quel bonheur de se poser un peu au calme avec un bon livre ! Enfin… Trêve de blabla ! Je suis ici pour vous présenter ma dernière lecture : « Une saison à la petite boulangerie », qui fait suite à « La petite boulangerie du bout du monde » de Jenny Colgan.

Résumé :

Polly Waterford coule des jours heureux sur la paisible île de Mount Polbearne, dans les Cornouailles, entre le grand phare dans lequel elle s’est installée avec Huckle, son boyfriend, et la petite boulangerie où elle prépare chaque jour, avec passion, d’irrésistibles pains dorés. Mais lorsque le nouveau propriétaire de sa boutique fait irruption sur l’île, Polly réalise que son bonheur pourrait bien être réduit en miettes… Avec une pincée de fleur de sel, des kilos de farine et une bonne dose de volonté, réussira-t-elle à surmonter les obstacles qui se dressent sur sa route ? 

Mon avis :

C’est un roman feel good comme je les aime ! Nous retrouvons Polly, et son fabuleux talent pour la confection du pain. Et malheureusement sa vie n’est pas toujours toute rose. Et c’est ça qui fait du bien. Polly aussi a des ennuis, mais c’est une battante et elle ne se laisse pas marcher dessus !

Ce livre nous montre que parfois tout s’écroule, parfois on a l’impression d’être seuls au monde. Mais il suffit d’une opportunité, d’un ami, et tout change. Bref, c’est un roman plein d’espoir, d’amour, d’amitié… Pour ne rien gâcher il est bien écrit, et Polly est un personnage attachant. Il n’est pas difficile de s’identifier à elle pour des tas de raisons.

J’ai trouvé qu’il y avait parfois un peu de longueurs, vite effacées par des moments carrément exaltants, ou très drôles !

Donc une fois encore, Jenny Colgan parvient à nous faire rêver de partir nous exiler sur une petite île du Royaume-Uni.

Ce roman me confirme que j’adore cette autrice, et qu’après avoir lu le troisième tome (à Noël, ambiance oblige), je me jetterai sur ses autres écrits !

[Chronique] Nous serons toujours là pour toi – Stephan Valentin et Denitza Mineva

[Chronique] Nous serons toujours là pour toi – Stephan Valentin et Denitza Mineva

Bonjour !

Aujourd’hui  je vous présente un album jeunesse très très touchant. Je remercie Stephan Valentin qui m’a proposé de le présenter et qui m’a fait confiance en me le faisant parvenir. « Nous serons toujours là pour toi » a donc été écrit par Stephan Valentin, spécialiste de la petite enfance, illustré par Denitza Mineva, et publié aux éditions Pfefferkorn.

4ème de couverture :

En grandissant, votre enfant se pose beaucoup de questions : « Et s’il y a un monstre dans ma chambre ? », « Et si vous sortez le soir sans moi ? ». Ce livre est là pour le rassurer, en lui faisant comprendre qu’il pourra toujours compter sur vous.

Mon avis :

C’est un album destiné aux enfants à partir de 3 ans, et aux illustrations toutes simples, mais très efficaces, et surtout adaptées au public ciblé.

Trois ans, c’est effectivement l’âge auquel l’enfant commence à faire face à l’absence de ses parents, puisque c’est à ce moment là que l’école entre en jeu et c’est une source de stress très importante pour lui. Cet album permet aux parents de trouver les mots justes afin de rassurer leurs petits, en leur montrant que quoi qu’il arrive, ils seront là pour eux.

L’enfant comprend alors non seulement qu’il pourra toujours compter sur ses parents, mais également qu’il est totalement normal d’avoir peur de la séparation, ou d’avoir encore besoin de ses parents, même quand il sera grand.

C’est un livre que je conseillerais à tous les parents ayant des enfants ayant peur de l’abandon. Honnêtement, il m’a mis les larmes aux yeux très rapidement, je l’ai beaucoup apprécié et trouvé très touchant.

En bref, un album à mettre dans la bibliothèque de votre petit chérubin !

[Chronique] Arrêtez-moi là – Annabelle Léna et Philippe Paternolli

[Chronique] Arrêtez-moi là – Annabelle Léna et Philippe Paternolli

Bonjour !

Ca y est, j’ai épuisé mon stock de services presse avec ce dernier ouvrage ! Aujourd’hui, je vous présente « Arrêtez-moi là », co-écrit par Annabelle Léna et Philippe Paternolli. Il a été publié par les Editions du Caïman, que je remercie à nouveau infiniment pour les deux livres qu’ils m’ont envoyés. C’est une maison d’édition que je ne connaissais pas avant cela, et que je commence à affectionner tout particulièrement !

Résumé :

Informaticien de génie, Gilles Redon se rend à Paris signer avec un géant de la Silicon Valley le contrat de se vie.
Alors que son TGV entre en gare, un voleur l’agresse et le détrousse de son précieux projet.
La vie de Gilles bascule. Le choc. Il se réfugie sur le massif de la montagne Sainte-Victoire. L’enquête sur sa disparition dévoile que rien n’est aussi simple qu’il n’y paraît. L’agression ne semble pas fortuite. Gilles n’est pas non plus une victime innocente…

Mon avis :

Alors je tiens à dire que c’est un excellent roman. Très bien écrit, par ces deux auteurs dont les styles se marient parfaitement. C’était un drôle de mélange entre quelque chose de très poétique et quelque chose de familier, à la limite du vulgaire.

On suit un protagoniste qui n’est pas vraiment un héros, qui passe la totalité du roman à fuir. D’ailleurs j’ai aimé le fait que le schéma sorte de l’ordinaire, et que l’on ne suive ni un flic, ni un criminel. Juste un type pas vraiment aimable pour qui on ne peut pas vraiment avoir pitié à qui il arrive un truc un peu hors du commun, et qui réagit de manière totalement irréfléchie.

Encore une fois aux éditions du Caïman, ce n’est pas le polar que l’on a l’habitude de lire. Ici on n’a pas vraiment de grosse enquête, de meurtre.

Ce n’est pas du tout le genre d’histoire que l’on s’attend à lire lorsque l’on achète un polar. Cependant, malgré un début difficile pour moi (les cinquante premières pages environ) je me suis laissée prendre au jeu et je n’ai plus lâché le livre avant la fin !

Bilan : laissez-vous tenter, vous serrez surpris !

Dispo sur amazon : https://amzn.to/2wyhPgV

[Chronique] Agatha Raisin enquête Tomes 3 et 4 – M.C. Beaton

[Chronique] Agatha Raisin enquête Tomes 3 et 4 – M.C. Beaton

Bonjour !

Vous avez de la chance aujourd’hui car ce n’est pas un mais deux livres que je vais vous présenter ! Je vous avais déjà parlé des deux premiers tomes de la série des Agatha Raisin que j’avais absolument adorés. Alors je viens vous parler de la suite.

Résumés :

Tome 3 : Pas de pot pour la jardinière :

De retour dans les Cotswolds après de longues vacances, Agatha Raisin découvre que son voisin James Lacey, objet de tous ses fantasmes, est tombé sous le charme d’une nouvelle venue au village. Aussi élégante qu’amusante, Mary Fortune est une jardinière hors pair, et la journée portes ouvertes des jardins de Carsely s’annonce déjà comme son triomphe. Mais une Agatha Raisin ne s’incline pas avant d’avoir combattu (quitte à se livrer à l’une de ces petites supercheries peu reluisantes dont elle a le secret) ! C’est alors que la belle Mary est retrouvée morte, enfoncée tête la première dans un de ses grands pots de fleurs. De toute évidence, Agatha n’était pas la seule à souhaiter la disparition de sa rivale…

Tome 4 : Randonnée mortelle

Après un séjour de six mois à Londres, Agatha retrouve enfin ses chères Cotswolds – et le non moins cher James Lacey. Même si le retour au bercail de son entreprenante voisine ne donne pas l’impression d’enthousiasmer particulièrement le célibataire le plus convoité de Carsely.

Heureusement, Agatha est très vite happée par son sport favori : la résolution d’affaires criminelles. Comme le meurtre d’une certaine Jessica, qui militait pour le droit de passage de son club de randonneurs dans les propriétés privées des environs.
Les pistes ne manquent pas : plusieurs membres du club et quelques propriétaires terriens avaient peut-être de bonnes raisons de souhaiter sa disparition. Mais la piste d’un tueur se perd aussi facilement que la tête ou… la vie !

Mon avis :

J’ai choisi de vous présenter les deux parce que je les ai lus à la suite et je ne voyais pas l’utilité d’en faire deux chroniques différentes puisque les tomes se suivent et se ressemblent.

J’avoue que c’est un peu compliqué pour moi d’écrire cette chronique puisqu’à l’heure où je l’écris ça fait déjà un moment que j’ai lu ces deux livres.

Que dire ? Oui j’aime toujours autant cette série. Les personnages sont sympathiques, attachants, rigolos. Bien que James Lacey mérite parfois des bonnes baffes dans son doux visage.

Les intrigues sont bien menées, certes, toujours de la même manière, mais elles ont leur petit effet. Cependant c’est vrai qu’on tourne un peu en rond question rebondissements. Quoi qu’il arrive, on ne craint jamais vraiment trop pour la vie de notre fameuse Agatha, on sait qu’elle finira toujours par s’en sortir au dernier moment.

Le tome 4, « Randonnée mortelle » se termine tout de même par un petit cliffhanger (sans vouloir spoiler) qui fait tout de même très plaisir et qui donne envie de se jeter à corps perdu dans la suite.

Alors oui, j’espère que le schéma va un peu changer parce que j’ai peur de me lasser, mais je mets beaucoup d’espoir dans le tome 5. Malgré tout je ne le lirai pas tout de suite, histoire de ne pas faire une overdose de Raisin !

[Chronique] Au grand air – Afro

[Chronique] Au grand air – Afro

Hello !

En ce moment je suis très très mangas, car j’ai peu de temps pour lire puisque je prépare ma rentrée. Alors aujourd’hui je vous présente le premier tome de « Au grand air », créé par Afro, aux éditions Nobi Nobi !

Résumé :

Quoi de mieux que de camper en bord de lac face au mont Fuji, un bol de nouilles instantanées à la main ? Découvrez le monde du camping en compagnie de Rin, l’amatrice des sorties en solitaire, Nadeshiko, la novice pleine d’enthousiasme, et ses deux amies du club de camping, Chiaki et Aoi.
Un manga très relax qui vous fera l’effet d’un grand bol d’air frais !

Mon avis :

Je vous préviens tout de suite j’ai eu un gros coup de coeur pour ce manga, comme pour les prochains que je vais vous présenter d’ailleurs (je pose ça là comme ça).

C’est un manga tout mignon qui, malgré la rentrée qui approche, vous donnera envie de partir à l’aventure avec les copains et les copines (ou bien en famille ou en amoureux), avec une tente, des paquets de nouilles instantanées, et des bons duvets bien chauds !

Les personnages sont hyper attachants, les dessins sont hyper mignons. L’histoire ne raconte pas grand chose, c’est ce que l’on appelle une « tranche de vie », et j’adore ! C’est cool, sans prise de tête, c’est ce qu’on aime avant de retourner dans les stress du quotidien !

J’ai hâte, non pas de savoir ce qu’il va se passer dans le tome 2, mais juste de continuer à suivre la vie de ces ados, de partir camper et rigoler avec elles !

Un petit mot sur la jaquette également, parce que déjà, il se trouve qu’elle est absolument splendide, les couleurs sont magnifiques. Mais si vous enlevez cette petite beauté, vous aurez la surprise de trouver des petites planches inédites ! 😉 La page colorée est également très très belle d’ailleurs.

Bref, un coup de coeur de A à Z, si vous ne l’avez pas encore lu, foncez !

 

[Chronique] Les Chroniques d’Hurluberland – Olivier Ka

[Chronique] Les Chroniques d’Hurluberland – Olivier Ka

Hello !

C’est à nouveau un livre jeunesse que je viens vous présenter aujourd’hui ! En effet il s’agit d’un recueil de nouvelles, ou plutôt de chroniques, comme l’indique le titre « Les Chroniques d’Hurluberland ». Il a été écrit par Olivier Ka et publié aux éditions Rouergue, que je remercie encore une fois pour cet envoi !!

Résumé :

Hurluberland n’est pas une ville comme les autres. Il s’y passe toujours des choses incroyables : des chanteuses qui font pousser les fleurs, une couturière qui pleure des diamants ou un pêcheur qui découvre une île minuscule. Dans ce recueil d’histoires, découvrez les étonnantes aventures des habitants d’Hurluberland.

Mon avis :

Déjà, rien qu’en lisant le titre et en voyant la couverture j’ai tout de suite eu très très envie de lire ce petit livre (même pas 100 pages). C’est effectivement un recueil de dix histoires rigolotes, à faire découvrir aux plus jeunes à partir de 7 ans.

Chaque petite histoire ne dure qu’une dizaine de pages, ou moins. Elles racontent les aventures surprenantes d’un ou de plusieurs habitants d’Hurluberland, que l’on peut retrouver à travers plusieurs chroniques. A terme c’est un peu comme si l’on finissait par connaitre et s’attacher à chacun des habitant de cette bourgade. Un peu comme si on en faisait partie.

Chaque épisode a sa petite morale, qui peut être plus ou moins évidente, selon l’âge du lecteur. C’est d’ailleurs une chose très intéressante à proposer à des élèves : une lecture offerte qui lancerait une discussion sur sa morale, sur son sens.

J’ai profondément aimé la plume de l’auteur qui m’a rappelé les contes de mon enfance, et toute cette ambiance un tantinet magique, mystérieuse, un peu féérique.

Le livre est plein de détails qui lui donneront un petit truc en plus, comme les noms des personnages qui leur collent parfaitement à la peau par exemple.

Mes histoires préférées sont sûrement « La porte au bout du chemin », et « L’épais brouillard ». J’ai trouvé cette dernière hilarante.

En bref, c’est un livre qui m’a plu du début à la fin, que ce soit pour l’ambiance ou pour la plume et dont j’ai hâte de dévorer le second tome !

[Chronique] Haïku – Eric Calatraba

[Chronique] Haïku – Eric Calatraba

Bonjour à tous !

C’est encore un service presse que je vais vous présenter aujourd’hui ! Eh oui, j’en ai reçu quatre, et ils passent forcément avant mes lectures personnelles, puisque quand on choisi un livre dans le catalogue d’une maison d’édition, la moindre des choses est de ne pas trop trainer pour le lire.

Je vais donc vous parler de « Haïku », un polar écrit par Eric Calatraba, et publié aux éditions du Caïman, que je remercie infiniment pour les deux romans envoyés ! Je vous parlerai du second d’ici une semaine ou deux.

C’est un livre qui a beaucoup voyagé puisqu’il est parti en Louisiane avec moi cet été !

Résumé :

Un jeune flic fou d’opéra et de moto se retrouve associé à un vieux baroudeur qui pense avoir tout vu pour enquêter sur une série de crimes peu ordinaires orchestrés par un virtuose du sabre japonais. Comble du raffinement, l’assassin illustre ses meurtres d’Haïkus.

Si l’aventure démarre dans le cadre ensoleillé de la côte d’azur, elle entraînera Raphaël de Genève à Kyoto après une étape à Vladivostok, dans le sillage d’un maître de l’Aïkido qui ne lui est peut-être pas si étranger.

Mon avis :

Je vais commencer par parler des couvertures des éditions du caïman, qui me plaisent particulièrement de par la petite carte très épurée en quatrième de couverture qui indique où le roman débute.

Passons au vif du sujet. Vous commencez à le savoir, j’adore les romans policiers, les thrillers, les polars… et cet ouvrage ne ressemble en rien à ce que j’ai eu pour le moment l’occasion de lire. C’est un délicieux mélange de meurtres, de musique, d’arts martiaux, de poésie, et de voyages.

J’ai apprécié suivre le parcours de Raphaël, un homme abîmé par son passé, qui se raccroche à l’existence de sa fille. J’ai ressenti son enquête comme une sorte de renouveau dans sa vie, comme s’il était enfin prêt à recommencer après la mort de son épouse, sa vie professionnelle, mais aussi sa vie amoureuse. Cela pourrait paraître cliché, déjà vu, cette histoire de flic veuf ou divorcé, à qui il ne reste que son enfant, cependant il y a ce petit quelque chose en plus. Peut-être le fait que lui essaie d’aller de l’avant, de vivre à nouveau, contrairement aux héros de polars que l’on a l’habitude de voir, désabusés et sombrant dans l’alcool.

Il y quelque chose qui m’a particulièrement marquée, et que j’ai beaucoup aimé également : les descriptions de bagarres, de combats. J’ai trouvé les descriptions très poignantes. Les scènes de meurtres sont également extrêmement bien dépeintes.

A côté de ça, j’ai spécialement aimé le fait que l’on suive Ivan, l’homme que Raphaël recherche, dans sa propre quête.

Et pour moi la fin était clairement le clou du spectacle. En bref : j’ai adoré ce livre qui me change complètement de ce que j’ai l’habitude de lire en matière de policier !

[Chronique] Alexandre – Bertrand Puard

[Chronique] Alexandre – Bertrand Puard

Bonjour !

Aujourd’hui je reviens vous parler d’un roman jeunesse que j’ai terminé il y a un petit moment déjà. Il s’agit d’Alexandre, écrit par Bertrand Puard et publié aux éditions Hachette Romans. Je les remercie d’ailleurs, ainsi que le site NetGalley, pour cette lecture !

Synopsis :

À 11 ans, le jeune Alexandre Dumas  rêve déjà de devenir un grand écrivain.
Sauf qu’il n’a plus vraiment le temps d’y penser  :  la boutique dans laquelle travaille Aglaé, la jeune fille qu’il aime en secret,  a été saccagée, et un de leurs amis a disparu  !

Voilà le moment parfait pour montrer sa bravoure  !
Car Alexandre est bien décidé à mener l’enquête  et à ne plus vivre ses aventures que sur le papier,  quitte à mettre sa vie en danger…
Alexandre, aidé d’Aglaé, décide de mener l’enquête. Peut-être va-t-il enfin vivre une aventure aussi vertigineuse que celles qu’il couche sur papier  ? Et y trouver une source d’inspiration infinie  ?

Mon avis :

C’était le premier Bertrand Puard que je lisais et je peux dire que je n’ai pas été déçue. J’ai très envie de découvrir d’autres de ces écrits, notamment « Les aventuriers de l’étrange » en jeunesse, qui me font de l’oeil !

Alexandre : l’intrépide Dumas est le premier tome d’une série de livres qui contera la jeunesse d’écrivains français. Les prochains à paraitre sont « Emile : l’intraitable Zola » et « Victor : l’incandescent Hugo » chez Hachette jeunesse également.

J’ai trouvé particulièrement intéressante cette manière de lier fiction et faits historiques. Le personnage principal que l’on découvre est un petit garçon assoiffé d’action et d’aventure mais aussi de romance, auquel peuvent facilement s’identifier les enfants de notre époque.

La plume est agréable à lire et très accessible à partir de 9-10 ans, tout en restant assez recherchée pour captiver les parents. L’intrigue est bien menée, personnellement je n’ai pas tout de suite deviné la fin et j’ai apprécié la découvrir avec les personnages. Il n’y avait à mes yeux pas ou peu de longueurs, exceptée la résolution que j’ai trouvée un peu longue.

En bref :

Une très bonne lecture pour les jeune comme pour les moins jeunes ! J’ai beaucoup apprécié et ai hâte de lire les aventures d’autres grands écrivains français !

[Chronique] Les aventures de Laink et Terracid – Wankil Studio

[Chronique] Les aventures de Laink et Terracid – Wankil Studio

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente une bande dessinée que j’attendais avec impatience depuis son annonce : celle des youtubeurs Laink et Terracid !

Si vous ne les connaissez pas, que vous aimez les jeux vidéos, les blagues bêtes mais hilarantes, les duos qui marchent… foncez, c’est ici : https://www.youtube.com/user/MiniprodFR

La bande dessinée est sortie très peu après l’annonce et je peux dire que je l’ai immédiatement précommandée.

Pour expliquer rapidement la BD :

Ce n’est pas une seule histoire, mais plusieurs planches de différentes aventures très courtes. Les dessins sont très agréables et directement tirés des personnages intégrés dans leurs vidéos qu’ils appellent les Wankuls (J’ai l’impression de parler d’une secte là). Les Wankuls les représentent (parfois les youtubeurs qui interviennent dans leurs vidéos) dans différentes situations : Cow Boy, femme de ménage, policiers, livreurs, pompiers… bref, des centaines de personnages différents.

Mon avis :

Je crois que j’avais tellement d’attente que j’ai forcément un peu été déçue. C’est à dire qu’au début je ne trouvais pas forcément les chutes très drôles (moi qui rigole tant devant leurs vidéos). Mais je ne suis pas du genre à laisser tomber. Donc j’ai persévéré, et finalement j’ai beaucoup apprécié ma lecture !

On retrouve avec plaisir quelques personnages ou situations inspirées de leurs vidéos. Cependant cela n’empêche pas quelqu’un de totalement étrangé à leur univers d’appécier cette lecture !

Evidement, une bande dessinée ça se lit très vite, donc on voudrait en avoir plus.

Peut-être que j’apprécierait la prochaine fois des chutes ou des scénarios un peu plus travaillés. Maintenant qu’ils savent qu’ils peuvent faire une bonne BD, ils pourront sûrement s’attarder dessus et les peaufiner un peu plus !

En tout cas, vivement un tome 2, et 3 et 4 et 9999 !

Merci Wankil !

[Chronique] L’Héritier de Moriarty – Annelie Wendeberg

[Chronique] L’Héritier de Moriarty – Annelie Wendeberg

Bonjour bonjour !

Aujourd’hui je viens vous parler d’un livre que j’avais vraiment très très envie de lire ! Je remercie les éditions Presses de la cité de m’avoir sélectionné sur NetGalley pour participer à la lecture de ce livre !

Malheureusement, ce que je ne savais pas, et ce dont je me suis aperçue après avoir lu deux ou trois chapitres, c’est que c’était le tome 3 des enquêtes d’Anna Kronberg et Sherlock Holmes. Mais je vous en parle plus tard. Ceux qui n’ont pas lu les deux premiers tomes risquent d’être « légèrement » spoilés par le résumé.

Résumé :

Enceinte de son pire ennemi, Anna Kronberg a repris espoir quand elle est parvenue, épaulée par Sherlock Holmes, à empoisonner Moriarty. Mais le redoutable professeur a tout mis en œuvre pour pouvoir continuer, même après sa mort, à torturer la mère de son enfant à naître : il a demandé au colonel Moran, son homme de main et grand chasseur de gibier, de mettre la main sur Anna et Holmes, puis d’attendre la naissance de l’enfant, d’enlever le nouveau-né et de tuer les deux acolytes. Commence alors une course-poursuite entre plusieurs continents, sur fond de menaces d’attaques bactériologiques, de réseaux d’espionnage et de prémisses de grand conflit mondial. Holmes et Kronberg sont prêts à tout pour contrer les funestes projets de Moriarty, même à mettre en scène une fausse-couche…

Mon avis :

Comme je vous le disais c’est le tome 3 de la série, les deux premiers étant Le diable de la Tamise, et La dernière expérience. Et honnêtement je ne m’étais pas renseignée, je ne le savais donc pas, et je ne m’en suis pas aperçue tout de suite. J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de sous entendus et de références au passé dans les propos d’Anna, ce qui m’a mis la puce à l’oreille. Malgré tout j’ai décidé de continuer (trop avide de lire cette histoire), et de lire les deux tomes précédents comme des flashback plus tard.

Ce que j’ai aimé  ?

Tout ! Honnêtement, et vous ne le savez peut-être pas encore, mais je suis une grande grande fan de Sherlock Holmes. J’admire depuis bien longtemps ce personnage emblématique, et on peut dire que je suis complètement tombée amoureuse de l’interprétation qu’en avait fait Jeremy Brett dans la série datant de 1984. Pour moi il était l’incarnation parfaite du personnage. C’est comme ça que j’ai imaginé notre héros dans ce roman.

La plume de l’auteur nous fait merveilleusement voyager à travers la fin du 19ème siècle, une période que j’apprécie fortement retrouver dans mes lectures. Le touche historique apportée à l’histoire rend le récit encore plus crédible.

Le personnage de Sherlock Holmes, sa personnalité, est je trouve respectée à merveille (Cela dépendra peut-être des interprétation et je me ferai peut-être taper sur les doigts par les puristes, mais tant pis !). Et le mieux, c’est que le récit s’intègre à merveille dans l’histoire de Sherlock Holmes puisqu’elle se déroule après la mort de Moriarty, lorsque Holmes, soucieux de se débarrasser des derniers hommes de main de ce dernier, fait croire à tout Londre qu’il est mort avec lui dans les chutes de Reichenbach. Seulement son frère Mycroft est au courant. J’ai trouvé vraiment intéressante et carrément intelligente cette manière d’intégrer Anna Kronberg à l’histoire de Sherlock Holmes sans la dénaturer et en en modifiant que quelques détails.

Le personnage d’Anna justement. C’est une femme qui pour arriver à devenir Docteur n’avait eu d’autre choix que de se grimer en homme. Elle est forte et indépendante, elle sait se défendre et ne se laisse pas faire par Sherlock Holmes et n’hésite pas à le remettre à sa place lorsque celui-ci devient blessant (sans le vouloir, on le connait le bougre). C’est le genre de personnage féminin que l’on voudrait être quoi. Sherlock en vient même à oublier qu’elle appartient au « sexe faible » comme il se plait à le dire. D’ailleurs, il se comporte presque avec elle comme si elle était un homme, excepté le fait qu’il ressent le besoin de la protéger, et qu’il s’en voudrait terriblement s’il arrivait quelque chose à Anna.

La fin m’a beaucoup plu car, sans spoiler, elle permet également une intégration parfaite dans les aventures de Sherlock Holmes.

Le seul petit bémol que je mettrais, et encore, il est vraiment personnel, c’est qu’il y avait beaucoup beaucoup de détails sur les armes chimiques, et que cela cassait (pour moi) un peu le récit, et arrivait à m’ennuyer.

Sinon, c’est un gros coup de coeur, et je peux vous dire que j’ai déjà acheté les deux premiers tomes !