Archives de
Catégorie : Jeunesse

[Chronique] Le voyage d’un chat – Christophe Bladé et JustineF

[Chronique] Le voyage d’un chat – Christophe Bladé et JustineF

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente un tout petit livre jeunesse : Le voyage d’un chat, écrit par Christophe Bladé et illustré par JustineF. Il est publié aux éditions Ex Aequo dans la toute jolie collection Saute-mouton. Merci à eux pour leur confiance et ce joli service presse !

Résumé :

Motus est un jeune chat rêveur et curieux qui quitte son petit abri tranquille et s’éloigne du monde des humains, pour devenir un fier « poileux ». Son voyage l’oblige à prendre des risques, à faire des choix, à suivre son intuition pour, au retour, être heureux de partager un trésor avec une jeune fille.

Mon avis :

Motus est un petit chat très attachant, rêvant de grandes découvertes. Il est terrifié devant certaines situations, et pourtant après avoir essayé, il se rend compte qu’il sait comment réagir, et que finalement tout est possible.

C’est un livre destiné aux enfants de 6 ans ou plus, et je m’imagine parfaitement en lire une partie chaque jour ou chaque semaine à mes petits CP. Celui-ci permet facilement aux enfants de se mettre à la place du petit chat. Il peut clairement mettre une petite graine à germer dans la tête des plus jeunes. Avoir envie de découvrir des tas de choses et ne pas reculer à la première difficulté. Pour finalement sortir grandi de cette belle aventure, avec beaucoup à partager.

Il peut également être mis en parallèle avec les sciences, pour la découverte de certains lieux et animaux. En somme, c’est un livre qui pédagogiquement est très intéressant.

Mais il est également très touchant, pour les petits et les grands. Ce petit chat qui sort de sa zone de confort en émouvra plus d’un. La plume de l’auteur est très belle et donne une touche de poésie à ce petit livre.

J’ai également beaucoup aimé les illustrations de JustineF. Elles vont très justement accompagner le texte, et sont très joliment réalisées. Un vrai plaisir pour les yeux, particulièrement la dernière qui est en couleur.

Pour moi, c’est un livre à mettre entre toutes les mains, il est plein de poésie, de bienveillance, et d’espoir !

[Chronique] L’arbre qui grandit dans mon mur – Lourdes Navarro

[Chronique] L’arbre qui grandit dans mon mur – Lourdes Navarro

Bonsoir !

Aujourd’hui je suis absolument ravie d’écrire cet article, car oui, j’ai reçu des services presse des éditions Ankama !! Ankama… Ankama… oui, ça doit vous dire quelque chose normalement… Dofus ? Wakfu ? Entre autres bien entendu ! Enfin, trêve de bavardages ! Je suis là pour vous présenter une superbe bande dessinée jeunesse : L’arbre qui grandit dans mon mur, de Lourdes Navarro.

Avant de commencer, je tiens à remercier mille fois les éditions Ankama pour leur confiance et leur gentillesse !

Résumé :

Mike, 15 ans, est passionné de botanique. Les plantes lui permettent d’oublier son quotidien un peu morose : en classe, certains de ses camarades se moquent de lui et, à la maison, ses parents passent leur temps à se quereller. Mais un jour, en rentrant de l’école, il remarque une étrange pousse qui sort d’un des murs de sa chambre. Au fur et à mesure que son quotidien s’assombrit, la plante prend de l’ampleur, jusqu’à devenir un arbre…

Mon avis :

La première chose qui m’a attirée, lorsqu’il a fallu choisir des ouvrage, c’est vraiment la couverture. Un graphisme épuré et très coloré. Et quand j’ai ouvert le livre… bingo : des couleurs et des dessins magnifiques ! Lourdes Navarro a réalisé un travail merveilleux pour cette BD.

L’histoire quant à elle est très mignonne. Pour les enfants / ados dont les parents se séparent, elle rassure, elle aide à s’écouter soi-même. Pour les autres elle sensibilise, elle aide à comprendre le mal être.

On s’attache tout de suite à Mike qui semble être un garçon adorable, très gentil, trop gentil. On est en colère de voir que les autres enfants le persécutent. Sa passion est inhabituelle pour un enfant, ce qui le rend d’autant plus sympathique.

Je trouve que l’auteur a parfaitement réussi à nous faire ressentir, à nous, lecteurs qui n’avons jamais connu la séparation de nos parents, ce qu’un garçon de son âge peut avoir à l’intérieur de lui sans même s’en rendre compte.

C’est une bande dessinée très jolie à mettre entre toutes les petites et les grandes mains. Un véritable coup de coeur pour moi, qui adore ce genre de graphismes !

[Chronique] Charlie et le magicien invisible – Jérôme Vialleton

[Chronique] Charlie et le magicien invisible – Jérôme Vialleton

Bonjour, et surtout une très bonne année à vous, pleine de belles choses !

Avez-vous pris des nouvelles résolutions ? 🙂

Aujourd’hui je vous présente un roman jeunesse qui m’a beaucoup plu : Charlie et le magicien invisible, de Jérôme Vialleton.

Résumé :

Charlie est un petit garçon discret et rondouillard qui aime inventer des histoires pour fuir la solitude et la grisaille parisienne.

Quand un magicien invisible apparaît dans sa chambre, Charlie découvre qu’il est un élu, détenteur du Grand Pouvoir de l’Imagination.

Grâce à sa sagesse et à son extraordinaire chapeau, le magicien va le guider sur le chemin de la création.

Mais un défi encore plus grand attend Charlie. Une incroyable aventure sous la forme d’une rousse impertinente et d’un homme d’affaires aux motivations douteuses.

L’imagination de Charlie sera-t-elle à la hauteur ?

Mon avis :

Il ne faut pas s’arrêter à la couverture qui est plutôt simpliste et pas forcément très détaillée.

Dès les premières pages on se prend d’affection pour Charlie, le petit garçon un peu tout seul à l’école, fan de super héros, et qui aimerait bien passer plus de temps avec sa grande sœur. On aimerait que Charlie mette la misère aux grands qui l’embêtent dans la cours. C’est un enfant attachant, qui a beaucoup d’imagination.

Nous rencontrons très rapidement le personnage de Harry, un magicien sympathique qui ne prend forme que par l’imagination de Charlie.

J’ai apprécié cette histoire de Créateurs et de protecteurs, que certains enfants puissent grâce à leur protecteur participer à rendre le monde meilleur. Seulement je ne savais pas vraiment où tout ça pouvait aller, et si le lecteur n’allait pas finir par s’ennuyer. Finalement, pas une seule seconde. Il y a tout ce qu’il faut pour ne pas lâcher le roman une seule seconde : de l’action, du suspense, de l’humour, des personnages attachants…

Le style d’écriture m’a également beaucoup plu, et la fin appelle à une suite que j’ai vraiment hâte de lire !!

Je vous le recommande !

[Chronique] Du tonus dans les pattes – Marie Tibi/Luca Tambasco

[Chronique] Du tonus dans les pattes – Marie Tibi/Luca Tambasco

Bonjour bonjour !

C’est à nouveau un album jeunesse par Rêves bleus, la ligne jeunesse des éditions d’Orbstier que je vous présente. Je remercie infiniment la maison d’édition pour son deuxième envoi. J’ai fait de très belles découvertes, et j’espère ne pas m’arrêter là !

Voici « Du tonus dans les pattes », écrit par Marie Tibi, et magnifiquement illustré par Luca Tambasco.

Résumé :

Voici des animaux sportifs, plein de mérite, dans des situations comiques et décalées.
Ils vont vous présenter un spectacle insolite Du tonus dans les pattes, c’est leur spécialité.
Pour gagner des médailles, ils sont prêts nos champions à battre des records et à se surpasser.
Chacun dans son domaine, pour la compétition. Venez vite les voir, vous serez épatés !
Préparez-vous à lire une histoire énergique, des sports de haut niveau, vous allez découvrir.
Venus du monde entier, ils vont bien vous faire rire, en route pour célébrer les jeux zoolympiques !

Mon avis :

Et si les animaux, eux aussi, organisaient des jeux Olympiques ?

C’est à travers ce magnifique album jeunesse que nous découvrons comment cela pourrait se passer, et croyez-moi, ce n’est pas quelque chose que l’on veut rater !

En tant que maîtresse, je n’ai pas pu m’empêcher de m’émerveiller devant la quantité d’animaux en tous genres à faire découvrir aux enfants. Il y en a pour tous les goûts : insectes, animaux marins, de la savane, d’asie, du grand froid ou bien de nos campagnes. C’est un véritable bestiaire très inspirant !

Chaque double page nous présente une épreuve, un sport différent, pratiqué par les animaux les plus à l’aise dans ce domaine : le lapin, et guépard et l’autruche font une course, le gorille, l’éléphant et un coléoptère soulèvent de la fonte, les pingouins de la glisse… et bien d’autres surprises que je vous laisse découvrir !

Chaque épreuve nous est présentée sous la forme d’un petit texte plein de jolies rimes très agréables à lire, et surtout pouvant initier les enfants à la découverte de la poésie, les habituer à repérer les rimes. Ce texte très mélodieux n’en est que plus agréable à lire.

Les illustrations sont toutes plus jolies les unes que les autres, très colorées. C’est un style que j’apprécie particulièrement ! Je vous partage quelques-unes de mes images préférées. Le reste sera à découvrir dans l’album ! 😉

[Chronique] Le rêve de Chat Taigne – Colline Hoarau

[Chronique] Le rêve de Chat Taigne – Colline Hoarau

Bonjour ! Aujourd’hui je vous présente un petit album jeunesse, « Le rêve de Chat Taigne », écrit par Colline Hoarau (que je remercie infiniment pour l’envoi), illustré par Ben Renaut, et publié aux éditions évidence.

Résumé :

Chat Taigne est le compagnon quotidien de Clémentine. Heureusement qu’il est là lorsque Colin, le marin, s’en va de par les océans.
Chat Taigne rêve en secret, en observant chaque jour les enfants passer devant la fenêtre. Son souhait est de les accompagner à l’école.
Pourra-t-il réaliser son rêve ? Que vont devenir ses maîtres ? Restera-t-il seul ? Chat Taigne n’a pas fini de nous étonner !

Mon avis :

Bon, pour commencer on va parler de l’objet livre, qui est absolument craquant la couverture est toute douce au toucher, et toute simple mais tellement mignonne ! Bon, il faut dire que le petit matou m’a tout de suite fait penser à mon chat, alors c’était pas difficile de me faire chavirer !

C’est un album qui se lit à partir de 6 ans, et surtout qui est adapté aux lecteurs dyslexiques, ce que je trouve absolument génial, en tant que maîtresse !

L’histoire est très belle, et la plume très douce. On y retrouve beaucoup de rimes, de jeu de mots intéressants à voir avec les enfants. Bon, certains mots nécessitent d’être vus plutôt qu’entendus, comme dans la phrase « Ecrit-on « esquimau » ou « eskimo » ? » et malheureusement c’est quelque chose de difficile à faire passer à toute une classe lors d’une lecture offerte, mais peut-être que l’on peut s’adapter, par exemple en écrivant les deux mots au tableau, en faisant réagir les élèves.

Les illustrations sont absolument adorables, très simples mais très jolies. Il n’y en a pas trop, voir parfois pas du tout sur certaines doubles pages. J’ai trouvé cela dommage au départ, mais finalement, ça permet à l’enfant de se concentrer sur le texte, mais également de sortir tout doucement de l’album jeunesse pour se diriger petit à petit vers une lecture pour les plus « grands ».

Petit bémol pour moi tout de même, je n’ai pas spécialement aimé la « morale » de l’histoire. Ou alors je ne l’ai pas prise comme il fallait la prendre. Pour moi elle n’a pas spécialement de sens, à part pour dire « l’école c’est bien ».

Enfin, c’est une histoire mignonne, une lecture plaisir et légère pour nos petits. On a quand même envie de suivre Chat Taigne dans d’autres aventures un peu plus palpitantes !

[Chronique] Petits contes pour monstres gentils – Christophe Amblard

[Chronique] Petits contes pour monstres gentils – Christophe Amblard

Bonjour !

Aujourd’hui je vous parle d’un petit album jeunesse très gentiment envoyé par les éditions Yakabooks : Petits contes pour monstres gentils, écrit par Christophe Amblard et illustré par Nicolas Léonard. Je remercie Lucie Brasseur pour l’envoi de ce petit livre ! Si vous ne connaissez pas encore les éditions Yakabooks, je vous conseille cet article.

Résumé :

Plus question de trouille ! Les monstres gentils débarquent.
11 petits contes poétiques et rigolos où monstres poilus, biscornus ou tordus jouent dans les placards, chatouillent les doigts de pieds et s’entortillent dans les chaussettes de laine.

Mon avis :

Nombreux sont les enfants qui ont peur du monstre du placard, ou bien du monstre sous le lit. Combien se sont cachés sous leur couette lorsque leurs parents ont éteint la lumière ? C’est à travers de jolis textes que l’auteur dédramatise l’idée du monstre. Il est parfois un peu bête, un peu maladroit, ou bien très gentil. Bref, il ne mange pas les enfants !

J’ai trouvé les textes très poétiques, et bien adaptés aux enfants. Chaque double page nous raconte donc l’histoire d’un monstre. Ils sont tous bien différents, et sont tous plutôt loufoques et rigolos. Les textes sont très courts, ils font une dizaine de lignes. Justement, je pense que lorsqu’il s’agit de lire cet album à un enfant, il est préférable de ne pas tout lire à la suite. Peut-être de lui présenter un monstre par jour, car j’imagine très bien à quel point cela peut être déroutant de changer d’histoire et de personnage si rapidement.

En maternelle, cet album peut constituer un très bon point de départ, ou en tout cas un très bon atout, pour une période sur les monstres. Il y a plein de chose à faire à partir de ce livre : réinventer des monstres, les dessins, les textes, ou bien faire des marionnettes de ceux qui existent déjà et imaginer des dialogues entre eux… bref, des tas de choses super intéressantes ! J’ai presque envie d’en faire une séquence à poster ici, si ça peut vous intéresser !

En ce qui concerne les illustrations, elles sont très mignonnes et toutes simples. Un très bon point : elles rendent les monstres plutôt attachants, et ne les montrent pas du tout comme des bêtes terrifiantes !

En conclusion, c’est un album que je recommande aux parents, mais aussi aux enseignants !

[Chronique] Samuel le petit T-Rex qui voulait être gentil – Julien Leclercq et Sandrine Massuger

[Chronique] Samuel le petit T-Rex qui voulait être gentil – Julien Leclercq et Sandrine Massuger

Bonjour !

Aujourd’hui je vous parle d’un nouveau titre mais également d’une super maison d’édition !

« Samuel le petit T-Rex qui voulait être gentil », écrit par Julien Leclercq et illustré par Sandrine Massuger, et publié aux éditions Yaka books. C’est une maison d’édition que je connais depuis peu, et qui propose des ouvrages pour tous les âges, tous au prix de 2€. Yaka books, c’est le projet génial d’amener la lecture à ceux qui ne peuvent pas forcément se permettre d’acheter des livres hors de prix. Bref, c’est un beau projet qui mérite d’être connu d’avantage, et je vous invite à aller faire un tour sur leur site !

Je les remercie donc pour leur confiance, et les deux livres que j’ai reçus. Je vous présente ici le premier, et le second viendra rapidement !

Résumé :

Samuel le T-rex est triste à son école. Il n’aime ni le jambon ni se battre avec les autres tyrannosaures. Est-ce que changer pour l’école des herbivores le rendra enfin heureux ?

Mon avis :

J’ai tout de suite été très attirée par la couverture. Un joli dessin, de belles couleurs, un titre tout mignon. Et en effet, lorsque l’on ouvre l’album, les dessins sont tout aussi jolis, les couleurs sont très belles, un vrai plaisir pour les yeux !

Alors déjà, bien joué : la plupart des enfants adorent les dinosaures, et moi également !

L’histoire est mignonne. Pas hors du commun, mais très appréciable ! J’ai beaucoup aimé suivre l’aventure de Samuel, qui est un petit dinosaure très attachant.

Il y a une chose que j’ai particulièrement apprécié dans cet album : la longueur du texte. Souvent, les albums jeunesse sont très courts, il y a peu de texte sur une page. Et peu importe l’âge de l’enfant, je trouve ça dommage. Là, il y a plein de choses à dire, et aucune frustration à la fin de l’histoire.

C’est un album qui prône la tolérance, l’acceptation de l’autre, même s’il est différent. C’est une histoire qu’il me tarde de lire à mes CP !

En bref, un album que je conseille tout autant que sa maison d’édition !

[Chronique] Nous serons toujours là pour toi – Stephan Valentin et Denitza Mineva

[Chronique] Nous serons toujours là pour toi – Stephan Valentin et Denitza Mineva

Bonjour !

Aujourd’hui  je vous présente un album jeunesse très très touchant. Je remercie Stephan Valentin qui m’a proposé de le présenter et qui m’a fait confiance en me le faisant parvenir. « Nous serons toujours là pour toi » a donc été écrit par Stephan Valentin, spécialiste de la petite enfance, illustré par Denitza Mineva, et publié aux éditions Pfefferkorn.

4ème de couverture :

En grandissant, votre enfant se pose beaucoup de questions : « Et s’il y a un monstre dans ma chambre ? », « Et si vous sortez le soir sans moi ? ». Ce livre est là pour le rassurer, en lui faisant comprendre qu’il pourra toujours compter sur vous.

Mon avis :

C’est un album destiné aux enfants à partir de 3 ans, et aux illustrations toutes simples, mais très efficaces, et surtout adaptées au public ciblé.

Trois ans, c’est effectivement l’âge auquel l’enfant commence à faire face à l’absence de ses parents, puisque c’est à ce moment là que l’école entre en jeu et c’est une source de stress très importante pour lui. Cet album permet aux parents de trouver les mots justes afin de rassurer leurs petits, en leur montrant que quoi qu’il arrive, ils seront là pour eux.

L’enfant comprend alors non seulement qu’il pourra toujours compter sur ses parents, mais également qu’il est totalement normal d’avoir peur de la séparation, ou d’avoir encore besoin de ses parents, même quand il sera grand.

C’est un livre que je conseillerais à tous les parents ayant des enfants ayant peur de l’abandon. Honnêtement, il m’a mis les larmes aux yeux très rapidement, je l’ai beaucoup apprécié et trouvé très touchant.

En bref, un album à mettre dans la bibliothèque de votre petit chérubin !

[Chronique] Les Chroniques d’Hurluberland – Olivier Ka

[Chronique] Les Chroniques d’Hurluberland – Olivier Ka

Hello !

C’est à nouveau un livre jeunesse que je viens vous présenter aujourd’hui ! En effet il s’agit d’un recueil de nouvelles, ou plutôt de chroniques, comme l’indique le titre « Les Chroniques d’Hurluberland ». Il a été écrit par Olivier Ka et publié aux éditions Rouergue, que je remercie encore une fois pour cet envoi !!

Résumé :

Hurluberland n’est pas une ville comme les autres. Il s’y passe toujours des choses incroyables : des chanteuses qui font pousser les fleurs, une couturière qui pleure des diamants ou un pêcheur qui découvre une île minuscule. Dans ce recueil d’histoires, découvrez les étonnantes aventures des habitants d’Hurluberland.

Mon avis :

Déjà, rien qu’en lisant le titre et en voyant la couverture j’ai tout de suite eu très très envie de lire ce petit livre (même pas 100 pages). C’est effectivement un recueil de dix histoires rigolotes, à faire découvrir aux plus jeunes à partir de 7 ans.

Chaque petite histoire ne dure qu’une dizaine de pages, ou moins. Elles racontent les aventures surprenantes d’un ou de plusieurs habitants d’Hurluberland, que l’on peut retrouver à travers plusieurs chroniques. A terme c’est un peu comme si l’on finissait par connaitre et s’attacher à chacun des habitant de cette bourgade. Un peu comme si on en faisait partie.

Chaque épisode a sa petite morale, qui peut être plus ou moins évidente, selon l’âge du lecteur. C’est d’ailleurs une chose très intéressante à proposer à des élèves : une lecture offerte qui lancerait une discussion sur sa morale, sur son sens.

J’ai profondément aimé la plume de l’auteur qui m’a rappelé les contes de mon enfance, et toute cette ambiance un tantinet magique, mystérieuse, un peu féérique.

Le livre est plein de détails qui lui donneront un petit truc en plus, comme les noms des personnages qui leur collent parfaitement à la peau par exemple.

Mes histoires préférées sont sûrement « La porte au bout du chemin », et « L’épais brouillard ». J’ai trouvé cette dernière hilarante.

En bref, c’est un livre qui m’a plu du début à la fin, que ce soit pour l’ambiance ou pour la plume et dont j’ai hâte de dévorer le second tome !

[Chronique] Le jour où les ogres ont cessé de manger des enfants – Coline Pierré et Loïc Froissart

[Chronique] Le jour où les ogres ont cessé de manger des enfants – Coline Pierré et Loïc Froissart

Bonjour !

Aujourd’hui je vous parle d’un service presse que j’ai reçu de la part des éditions Rouergue : l’album jeunesse « Le jour où les ogres ont cessé de manger des enfants », écrit par Coline Pierré et illustré par Loïc Froissart. Je remercie les éditions Rouergue pour leur confiance.

Résumé :

Il y a très longtemps le monde était peuplé d’ogres qui passaient leur temps à manger des enfants… Jusqu’au jour où cette nourriture devint la source d’une curieuse épidémie. Les enfants n’étaient plus comestibles et il fallut prendre des mesures et se tourner vers de nouveaux régimes.

Mon avis :

A première vue ce n’est pas un album très attirant, de par ses illustrations, il faut le dire, très particulières. En général ce que j’apprécie énormément dans un album jeunesse, ce sont les illustrations. Je m’émerveille presque tout autant que les enfants devant de belles images. Cependant comme il ne faut jamais s’arrêter aux apparences, j’ai foncé sur l’album dont le titre était très prometteur.

C’est un livre conseillé aux enfants à partir de 6 ans. Il traite avec beaucoup d’humour un sujet prenant beaucoup de place dans nos vies : l’alimentation.

Au début de ma lecture j’ai été un peu surprise, et pas très emballée, parce que je trouvais certains passages et certaines illustrations violents pour un album destiné aux enfants. Des ogres qui massacrent des enfants, les découpent, les transforment en sushi et j’en passe… De plus, les enfants sont élevés comme des « bêtes ». Où sont leurs parents ? J’ai trouvé ça hyper dur pour des petits.

Et puis au fur et à mesure j’ai trouvé cette lecture non seulement très amusante, mais aussi vraiment pertinente. Ce n’est pas juste une lecture de divertissement. Et même si on ne parle pas de lancer un débat dans une classe de grande section sur la nourriture issue des animaux, ni même de faire devenir nos petits végétariens, la lecture de cette album permet de déclencher une petite réflexion, de laisser une graine germer dans leurs petites têtes. Peut-être que cet album peut les rendre, nous rendre plus sensibles à la cause animale, aux conditions d’élevage.

Ici, aucun personnage auquel s’attacher, juste une masse d’ogres et d’enfants sans noms. Pas d’aventure, juste un conte, dont j’ai beaucoup apprécié la fin.

En bref, une lecture très intéressante, mais aussi amusante, que je recommande aux petits comme aux grands.