Archives de
Auteur : Camille

[Chronique] Lucika Lucika – Yoshitoshi Abe

[Chronique] Lucika Lucika – Yoshitoshi Abe

Bonjour !

Aujourd’hui c’est un manga que je vous présente ! Il s’agit de Lucika Lucika de Yoshitoshi Abe, aux éditions Kioon.

Résumé :

Lucika est folle, complètement folle, comme tous les enfants le sont un peu : infiniment curieuse, jamais à court d’idées saugrenues, toujours prête à regarder le monde au travers d’un prisme déformant d’une fraicheur extraordinaire, elle déclenche des catastrophes à répétition autour d’elle !

Mon avis :

Je vous avoue que la première chose sur laquelle j’ai craqué est la couverture, son côté enfantin et si doux. Et puis j’ai ouvert le manga, et j’ai découvert… des pages colorées ! Pas deux trois pages comme dans certains manga, non ! Toutes les pages ! L’auteur nous dit qu’il était au départ plein de doutes à propos d’un manga tout en couleurs, et pourtant c’est une réussite, même si j’imagine que le travail est énorme.

Le manga n’est pas une histoire, mais une multitude de scènes de l’enfance. En plus des cases qui sont colorées, le blanc qui les entoure d’habitude est coloré également, et chaque petite scène a sa couleur. Nous retrouvons donc Lucika dans ses aventures d’enfant, dans sa douce folie. J’ai douté lors de la première scène, que je n’ai pas trouvé très drôle, et puis tout le reste s’est lu tout seul, j’ai dévoré le manga. Les scènettes sont drôles et touchantes et on retrouve les histoires que l’on s’inventait lorsque l’on était enfant.

Lucika est un personnage vraiment attachant que l’on aimerait avoir dans notre famille, elle rendrait la vie beaucoup plus colorée et moins monotone !

Les couleurs et les dessins du manga sont vraiment son point fort, tout est magnifique, on en redemande !

[Chronique] Toutoulou cherche une maison – Alfred et Juliette Desproges

[Chronique] Toutoulou cherche une maison – Alfred et Juliette Desproges

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente un album jeunesse que j’ai eu la chance de pouvoir lire à mes CP récemment. Il s’agit de Toutoulou cherche une maison, d’Alfred et Juliette Desproges.

Résumé :

Toutoulou doit quitter sa maison.
Il se met en route pour trouver un nouvel abri. Son voyage le mènera dans une prairie, dans un bois, au bord d’une rivière….
Leurs habitants seront-ils prêts à l’accueillir ?

Mon avis :

C’est une très belle histoire à lire pour les enfants, mais aussi pour les grands. En la lisant, j’ai réalisé que cet album était très proche de notre société, le rejet de l’autre, de celui qui est différent de nous est très présent. C’est souvent l’adulte qui rejette les autres, et l’enfant finit par prendre exemple.

Et c’est justement tout jeune que l’on doit comprendre que la différence fait la force. A l’école, les enfants n’iront pas d’emblée rejeter un enfant qui ne leur ressemble pas. C’est en voyant des adultes le faire qu’ils s’y mettront aussi. C’est pourquoi les sensibiliser par le biais d’un album à cette problématique est une très bonne chose.

Le texte est très bien écrit, les dessins sont adorables, et tout plait beaucoup aux enfants. A la fin de la lecture j’ai pris le temps de sonder ma classe et ils ont beaucoup aimé. Ils se sont tous attachés à Toutoulou !

C’est une histoire que je reprendrai avec plaisir les années suivantes, et pourquoi pas prendre le temps de préparer un débat, une discussion partant de cet album, moi qui voulais me lancer dans les débats philo !

Bref, à lire à vos classes, à vous enfants, ou pour vous même !

[Manuel] Enseigner l’anglais à partir d’albums (CM1/CM2) – Retz

[Manuel] Enseigner l’anglais à partir d’albums (CM1/CM2) – Retz

Bonjour !

Aujourd’hui je vous parle à nouveau d’un manuel que j’ai eu l’occasion de tester en classe : « Enseigner l’Anglais a part d’albums » par Sylvie Hanot. J’en profite pour remercier à nouveau les éditions Retz pour leur confiance.

Présentation 

Le manuel est composé de huit séquences toutes basées sur un album différent. Il est accompagné du CD mais pas des albums. Vous pourrez soit vous procurer ces derniers sur internet, soit diffuser les vidéos YouTube dont les liens sont donnés au début de chaque séquence.

Les albums utilisés dans ce manuel sont :

Follow the Line to School, The Gruffalo, The Royal Baby’s big red bus, Mr Wolf’s pancakes, My Brother, My Mum, Madlenka, How to make an apple pie and see the world.

Vous trouverez au début du manuel une programmation très détaillée de tout ce qui sera abordé pour chaque album : les objectifs principaux, le lexique, les structures langagières, les éléments culturels, la phonologie, la grammaire et le projet de fin de séquence.

Chaque séquence commence par une présentation de l’album, de son auteur et du projet de fin de séquence. J’apprécie également que soient présentes toutes les compétences travaillées pour chaque module, ainsi que les domaines du socle, c’est super pratique pour les fiches de prep’ (on sent l’inspection l’année prochaine ?) !

La partie « Quelques précisions avant de commencer » est plus ou moins longue selon le module. Elle est très utile si l’on n’a pas l’habitude d’enseigner l’anglais, c’est un petit plus, des petits conseils auxquels on ne pense pas forcément.

Comme toujours, et c’est extrêmement plaisant chez Retz, on retrouve avant chaque séance une énumération du matériel nécessaire.

A première vue les séances ont l’air complexes. Il y a beaucoup de choses écrites. Cependant tout est clair et on distingue parfaitement chaque partie. Les compétences de chaque étape de séance sont notées dans un petit encadré et les petits conseils qui nous accompagnent dans notre enseignement sont très appréciables.

Le manuel est même pensé avec de la différenciation puisque les fiches sont adaptées à plusieurs niveaux. Mes élèves ont tous plus ou moins le même niveau d’anglais donc tout le monde a les mêmes fiches, cependant je me laisse le loisir de choisir si je vais leur donner le niveau 1 ou 2 selon le travail demandé.

A la fin de chaque séance on trouvera une section prolongements, ainsi qu’une section interdisciplinaire. La section prolongement est top pour enrichir les rituels, mais aussi si vous laissez régulièrement vos élèves travailler en autonomie. Elle est riche en ressources à imprimer ou liens en tous genres (jeux sur tablette ou ordinateur…)

Le CD qui accompagne le manuel contient toutes les ressources nécessaires au bon déroulement des modules. Vous y trouverez toutes les fiches, flashcards, paroles de chansons, évaluations… super bien rangées !

Conclusion

Lorsque l’on apprend l’anglais, il est important avant tout de l’entendre. C’est pourquoi j’ai trouvé très intéressant le fait de travailler à partir d’albums. Cela permet également de donner un sens aux apprentissages des élèves, et pas seulement de leur jeter des mots de vocabulaire vides à apprendre par cœur.

L’élève a le plaisir d’écouter une histoire, il sera donc plus impliqué dans l’écoute afin de la comprendre. L’album apporte également une touche culturelle indéniable. On est mis en contact avec de la littérature étrangère, et l’on y découvre beaucoup d’éléments de civilisation.

Je n’ai eu l’occasion de tester que deux modules avec mes différentes classes car j’ai commencer en cours de période 5. Avec mes CE2/CM1 qui ont un niveau assez bas nous avons commencé par le premier album « Follow the line to school ». Avec mes CM2 nous avons commencé par « Mr Worlf’s pancakes » puisqu’ils ont un niveau un peu plus élevé. Les deux classes apprécient énormément les albums (nous sommes encore dessus), c’est un réel plaisir d’apprendre en écoutant une histoire.

Alors oui, les séances paraissent lourdes (elles peuvent parfois être coupées en deux, ou faites à plusieurs moments de la journée), cependant elles sont très complètes et méritent que l’on s’y penche afin de pouvoir faire travailler les élèves dans les meilleures conditions possibles.

Je sus impatiente de pouvoir commencer l’année prochaine dès la rentrée, afin de pouvoir réaliser plusieurs projet avec ma (ou mes) classe(s).

[Chronique] Créatures fantastiques – Kaziya

[Chronique] Créatures fantastiques – Kaziya

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente un manga acheté totalement au hasard d’une de mes petites promenades en librairie ! Voici donc la chronique de Créatures fantastique de Kaziya aux éditions Komikku.

Résumé :

La science a remplacé la magie dans le coeur des hommes. Elle est sur le point de faire basculer le monde dans une nouvelle ère, entrainant les créatures fantastiques dans l’oubli. Descendante d’une lignée de mages, la jeune Ziska est apprentie vétérinaire. Avec son maître Nico, elle cherche à soigner et préserver les bêtes mythiques menacées d’extinction… Mais n’est-il pas déjà trop tard ? A la croisée de la médecine et de la magie, découvrez un bestiaire hors du commun !

Mon avis :

Bon alors il faut savoir que j’ai dû passer 30 minutes dans le rayon manga. Mais cette couverture et ce titre m’ont tout de suite sauté aux yeux. Il faut dire que l’illustration de la couv’ est juste magnifique ! Les traits sont plutôt fins et les couleurs sont très douces. On y aperçoit quatre créatures fantastiques et cela nous donne tout de suite envie d’en découvrir beaucoup plus !

On ne sait pas vraiment à quel endroit ni à quelle époque l’histoire peut se situer, cependant on comprend que la médecine est entrain de s’installer, que la magie est entrain de disparaitre. On peut apercevoir sur certaines pages des maisons à colombages ce qui rend l’ambiance du manga hyper agréable. Pour moi on se trouve dans un petit village situé entre la mer et la forêt, dans un coin un peu montagneux et un peu magique.

J’ai adoré les deux personnages principaux, Niska et son maître Nico, vétérinaire. Ils sont tous les deux super attachants. Niska est une jeune fille de 13 ans très attachée à faire le bien autour d’elle. J’apprécie beaucoup le fait qu’elle veuille à tout prix sauver n’importe quel animal. Et Nico malgré son air détaché a l’air de beaucoup croire en elle et semble revigoré par sa présence. Comme s’il avait cessé de croire en la possibilité de sauver tout être vivant, mais que la présence de la jeune fille lui donnait à nouveau de l’espoir.

Les petites créatures mythiques m’ont carrément fait craquer. Elles ne sont pas forcément toutes hyper originale, mais elles m’ont beaucoup plu et j’ai hâte d’en découvrir de nouvelles dans un prochain tome !

L’histoire quant à elle n’a pas beaucoup démarré dans ce tome. C’est surtout une jolie mise en situation. Mais je pense que par la suite nous pourrons en apprendre plus sur l’histoire de nos deux personnages principaux, et sur les pouvoirs de Niska. Du moins c’est ce que j’espère !

C’est donc un manga que je vous conseille fortement ! Et pour ma part je cours me procurer le second tome !!

[Beauté test] Superstay Ink Crayon

[Beauté test] Superstay Ink Crayon

Hello !

J’ai reçu récemment trois crayons à lèvres de la marque Maybelline que je remercie pour cet envoi. Les trois produits présentés dans cet article ont donc été reçus gratuitement.

J’avais envie depuis super longtemps de tester les rouges à lèvres Superstay Ink que l’on voit un peu partout (les liquides) mais n’en avais jamais eu l’occasion. Depuis, ces beautés sont sorties : les crayons.

Par rapport à un rouge à lèvres liquide ou classique, le crayon est beaucoup plus précis et facile à appliquer selon mon expérience. J’ai apprécié la texture. Il n’assèche pas trop les lèvres (si les vôtres sont très sèches comme les miennes, pensez tout de même à appliquer un baume avant).

Les couleurs sont extra. J’en ai donc reçu trois :

  • 65 Settle for more
  • 25 Stay exceptional
  • 45 Hustle in Heels

Je les ai tous essayés et mon préféré reste le rouge pétant, Hustle in Heels, qui je trouve me va mieux au teint. En tout cas, ils sont tous hyper teintés et les couleurs ressortent vraiment très bien.

Pour ce qui est de la tenue je n’ai absolument rien à redire. Je l’ai porté toute la journée, j’ai donc mangé et bu, et je n’ai eu à faire qu’une mini retouche sur un petit millimètre. Au top donc !

[Chronique] Garbage night – Jen Lee

[Chronique] Garbage night – Jen Lee

Bonjour ! Aujourd’hui je vous présente le deuxième ouvrage qui m’a été envoyé par les éditions Kinaye (j’en profite pour les remercier à nouveau pour leur confiance) : Garbage night, une bande dessinée créée par Jen Lee.

Résumé :

Simon est un chien qui vit avec ses deux meilleurs amis, un raton-laveur et un cerf, dans un jardin aride et dévasté. Ils passent leurs journées à piller le supermarché en ruines et attendent le retour de la sacro-sainte « Garbage Night », mais les semaines passent, et les poubelles restent désespérément vides.
Pendant une mission de récupération, ils rencontrent Barnaby, un autre chien abandonné qui leur parle de « l’autre ville », où les humains vivent peut-être encore. Poussé par la faim et la promesse de nourriture, le trio rejoint Barnaby et plonge dans l’inconnu…

Mon avis :

L’illustration de la couverture n’est pas sans rappeler les dessins animés que je regardais lorsque j’étais petite et c’est ce que j’avais en tête avant de commencer à lire cette BD. On s’imagine donc que celle-ci sera drôle et très légère. Et pourtant ce n’est pas vraiment le cas.

Justement j’ai été surprise par la tournure qu’a pris l’histoire. J’ai tout de suite été prise de sympathie pour les personnages, en particulier pour Simon, qu’on s’imagine facilement avec sa famille dans cette maison maintenant abandonnée. Je ne m’attendais pas à autant d’émotions dans cette BD.

Les dessins sont plutôt simples, mais pour moi parfaitement adaptés au scénario et les couleurs selon le moment de la journée m’ont aussi beaucoup plu.

On a peur pour les personnages, on pleure avec eux (comment ça je suis trop sensible ?), en bref, on arrive à avoir énormément d’empathie pour eux. C’est une très belle histoire sur l’amitié, sur le changement de comportement face au grand besoin. On espère de tout coeur qu’ils vont pouvoir atteindre leur but.

Vous trouverez aussi à la fin la préquelle Vacancy, qui est tout aussi sympa que l’histoire principale !

En bref, c’est un BD très sympa, pas si légère que ça, mais un vrai moment de plaisir ! Je vous la conseille fortement !

[Chronique] Les morts ne pleurent pas : L’assassin aux perles – Eve Ruby Lenn

[Chronique] Les morts ne pleurent pas : L’assassin aux perles – Eve Ruby Lenn

Bonjour !

Aujourd’hui je vous parle d’un service presse que j’ai reçu récemment : Les morts ne pleurent pas : L’assassin aux perles, écrit par Eve Ruby Lenn.
Vous le savez : j’adore les romans policiers et j’adore l’époque Victorienne. Alors franchement, que demander de plus ?

Résumé :

Londres, décembre 1843.
Le corps d’une deuxième femme vient d’être découvert. Scotland Yard se retrouve dans l’impasse, alors que les crimes se poursuivent. Pour faire avancer cette enquête complexe, l’inspecteur Dorian Griffiths en appelle au Dr Johnstone, un expert médico-légal confirmé qui dirige une entreprise de pompes funèbres.

Mon avis :

J’avais vraiment hâte de commencer ce roman. Ce que j’ai apprécié, et qui je trouve change énormément des romans policiers que j’ai l’habitude de lire, c’est que le personnage principal pour moi ici n’était pas le détective, mais la fille du Dr Johnstone. C’est elle que nous suivons durant la majeure partie du livre, et c’est son histoire que nous connaissons le mieux. La présence constante de ce personnage féminin autour duquel tourne l’histoire m’a beaucoup intéressée.

Les personnages sont tous plutôt bien développés et chacun a une plus ou moins grande part de mystère que l’on aimerait bien connaitre. J’ai beaucoup aimé Dorian justement, qui me fait penser à des inspecteurs que j’ai appréciés dans d’autres policiers.
L’histoire de Trinity est intéressante, c’est une jeune femme torturée et on a très envie de la voir s’épanouir.

L’univers du roman est assez (voire très) sombre, et les descriptions des scènes de crime très violentes. Tout est très bien ficelé, l’histoire, l’ambiance, les crimes. J’ai trouvé que l’autrice avait très bien orchestré son scénario. Le retournement de situation est totalement inattendu et m’a vraiment beaucoup plu. J’étais complètement soufflée.

En bref, c’est un coup de coeur, et je le conseille très vivement !

[Beauté] Look regard longue tenue L’Oréal Paris

[Beauté] Look regard longue tenue L’Oréal Paris

Hello !
Il y a quelques temps j’ai reçu de la marque L’Oréal Paris un lot de trois gels à sourcil, un eye liner ainsi qu’un mascara. Je vous en parle donc aujourd’hui, après avoir longuement expérimenté, haha.

Les gels à sourcil – Unbelievabrow :

Les trois gels à sourcil sont adaptées à trois couleurs différentes : blond, châtain et brun. Alors voulant aller au bout des choses, j’ai effectivement voulu tester les trois (pourquoi pas ?). Il faut savoir que je suis blonde naturelle, cependant mes sourcils sont plutôt châtain bien foncé. Mais pour rigoler un peu, j’ai d’abord voulu tester le blond (inutile de vous préciser à quel point ça m’a fait bizarre). J’ai fini par tester les deux autres et comme je m’y attendais, la couleur qui me correspondait le plus était la plus foncée.

Question texture, le gel est plutôt sympa. Il faut bien le travailler afin que ça ne fasse pas des gros sourcils en pâté. Mais une fois le coup de main pris, aucun doute : les sourcils sont complets et fixés ! Si vous en mettez un peu à côté, pas de souci, une petite éponge démaquillante et le cour est joué !

J’ai donc plutôt apprécié ce gel et le réutiliserai lorsque je me ferai un look maquillage complet.

Le liner – Super Liner Flash Cat Eye :

Bon, pour le liner, je vous l’avoue tout de suite, j’ai toujours été une grosse quiche pour le poser. Sauf que celui-ci est fourni avec une sorte de petite ailette qui sert de pochoir, accrochée au capuchon. A partir du moment où vous arriverez à la placer au bon endroit, la pose du liner sera un vrai jeu d’enfant !

Pour la tenue, il est vraiment pas mal, j’ai pu le garder toute la journée en ne faisant qu’une toute petite retouche !

Un liner que je recommande !

Le mascara – Unlimited Mascara Very Different Waterproof :

Le mascara, c’est le dernier rescapé de mes produits de maquillage, que je porte quasiment tous les jours.

J’ai en effet arrêté de me maquiller il y a peut-être un an et demi. Plus de fond de teint, plus de trait de liner sous l’oeil. J’ai une peau un peu nulle (disons-le) super sèche et qui gratte beaucoup. Alors j’ai arrêté de mettre n’importe quoi dessus. Je respire et ne me trouve pas plus moche sans maquillage !

Par contre, le mascara ne me pose pas de problème de peau et en plus, je me trouve jolie avec, donc pourquoi s’en priver ? J’étais donc toute ravie de pouvoir tester celui-ci.

La petite brosse est dotée d’un superbe petit mécanisme qui lui permet de se plier afin de faciliter l’application. C’est indéniablement un plus. L’application, elle, est plutôt simple. Cependant attention à ne pas appliquer trop de produit ou vous passerez la journée avec des pâtés sur les cils !

Le rendu est très joli, les cils sont allongés, et bien noirs. Maintenant rester à voir la fameuse promesse : le Waterproof (ou Aquaplouf, comme dirait un de mes élèves). Alors oui, combien de fois je me suis retrouvée à ressembler à un panda parce que j’avais oublié de me démaquiller avant de prendre ma douche ? Je ne compte même plus… Cette fois-ci, j’ai été bien plus loin dans mon test puisque j’ai été à la piscine, la boule au ventre, craignant de me faire attraper par le zoo du coin en sortant. Eh bien figurez-vous que je suis bien rentrée chez moi, puisque le mascara n’a pas coulé du tout ! C’est donc un test des plus concluants !

En bref, c’est une routine super sympa (même pour aller à la piscine ou à la plage ! 😉 )

[Chonique] Space Battle Lunchtime – Nathalie Riess

[Chonique] Space Battle Lunchtime – Nathalie Riess

Bonjour !

Aujourd’hui j’ai la joie de vous présenter une bande dessinée qui m’a été envoyée par les éditions Kinaye que je remercie infiniment pour leur confiance ! Je vous parle donc de « Space Battle Lunchtime » de Nathalie Reiss.

Résumé :

Space Battle Lunchtime est un show culinaire ultra populaire diffusé jusqu’aux confins de l’univers et sa nouvelle saison est sur le point de commencer ! Quand l’un des chefs sélectionnés jette l’éponge à la dernière minute, une apprentie pâtissière terrienne, Peony, se voit offrir la chance de le remplacer et de concourir pour la notoriété, la gloire et un prix de 20 000 Solarbucks. Elle doit simplement impressionner les juges aliens et battre les cinq autres chefs sélectionnés (aussi des aliens !) : la mystérieuse Neptunia, le sournois Melonhead, l’intimidant Jacques, la féroce Owline, et le robuste Meatabax.

Coincée entre des concurrents déloyaux et des ingrédients inconnus, Peony va devoir tout donner. Est-elle prête à surmonter le monde impitoyable de la cuisine intergalactique, ou s’est-elle surestimée ?
(Babelio)

Mon avis :

J’étais très intriguée par le résumé de cette BD. Surtout en plein de une période d’obsession culinaire, j’avais particulièrement hâte de la découvrir !
Il faut dire que l’intrigue n’est pas commune : une pâtissière terrienne qui se retrouve à devoir cuisiner pour un Show de cuisine interplanétaire !

Nous découvrons donc différents personnages qui vont du très louche jusqu’à l’hyper attachant. Bien entendu, c’est une BD en deux tomes, nous n’avons donc pas du tout le temps de creuser trop profondément ni dans le passé, ni dans la personnalité de qui que ce soit. Il faut que ça aille vite, que l’histoire ne traine pas pour que l’on puisse arriver au bout. Mais cela ne m’a pas dérangé, loin de là.

Je me suis tout de même posé des questions, Peony n’a pas l’air spécialement étonnée par ce qui lui arrive, les humains ont donc conscience qu’il y a d’autres vies ailleurs ?

Le show culinaire en lui même est plutôt rigolo, une vraie parodie des shows américains, un peu superficiels, un peu bêbêtes parfois (si si, disons le !), contrairement aux nôtres un peu plus sérieux comme Top Chef et tant d’autres. Les différents plats que nous découvrons ainsi que les ingrédients qui les composent ont des noms rigolots, des formes bizarres, les choses que l’on s’imagine pouvoir exister dans show culinaire de l’espace quoi ! Mon seul regret d’ailleurs concernant tout ça, c’est qu’il n’y ai pas à la fin une ou deux petites recettes (adaptées aux ingrédients terriens bien sûr !) à nous faire essayer, ça pourrait être super sympa !

L’intrigue est plutôt bien lancée dans ce premier tome, elle fait bien son effet. Il n’y a pas énormément d’action mais on la sent arriver pour la suite, donc on apprécie, et on attend très sagement (et avec impatience) la sortie de la suite !

Bref, une BD rigolote et sans prise de tête que je conseille fortement aux gourmands, et aux autres !

[Manuel] Comprendre le monde – Matière, vivant, objets (CE2) – Retz

[Manuel] Comprendre le monde – Matière, vivant, objets (CE2) – Retz

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente un manuel que j’ai eu l’occasion de tester avec mes CE2 : Comprendre le monde – Matière, vivant, objets. Je remercie les éditions Retz pour leur confiance.

Présentation du manuel :

C’est donc un manuel destiné à enseigner les sciences aux CE2. Il comprend trois thèmes :
• Qu’est-ce que la matière ?
• Comment reconnaitre le monde vivant ?
• Les objets techniques.
Ces trois thèmes comptent ensemble 20 séquences et trois dossiers interdisciplinaires très variés.

Vous y trouverez également un CD contenant l’ensemble des documents nécessaires à la réalisation des différentes séquences :
• Les fiches activité et leur corrigé
• Les fiches documents
• Des fiches évaluation et leur corrigé (Pas pour chaque séquence)
• Des vidéos, des animations
• Des séquences filmées en classe
• Des exercices interactifs
• Des photos et schémas
Evidement, il est très pratique d’avoir un vidéo projecteur dans sa classe, mais les photos peuvent être imprimées et affichées au tableau.
A la fin du manuel vous trouverez également une page d’instructions pour installer le CD que ce soit sur un PC ou sur un Mac.


Voici comment se présente une séquence :

Avant chaque début de séquence, vous trouverez « L’essentiel à avoir pour l’enseignant ». A nouveau c’est une aide précieuse que le manuel nous apporte ici. Pour moi qui ai tendance à me perdre dans mes recherches sur internet parce que je trouve des tas de trucs intéressants, c’est un gain de temps immense. Je sais que tout est regroupé dans un seul manuel, et je n’ai qu’à lire ce que l’on me propose et faire quelques recherches si il reste une zone d’ombre (ce qui n’a pas été le cas).

Ensuite arrive le déroulement de la séquence, précédé par la durée de la séquence entière et les connaissances et compétences associées (j’étais visitée pour ma première séance et ma conseillère pédagogique a beaucoup apprécié).

Puis viennent les différentes étapes (ou séances pour moi). Elles commencent toutes par des informations telles que la durée, l’organisation (collective, individuelle, par groupes…) ainsi que le matériel nécessaire.

Le manuel est vraiment clé en main, il nous détaille donc les différentes questions à poser aux élèves, les réponses qu’ils sont supposés donner ou sur lesquelles nous pouvons les aiguiller, mais également des exemples de traces écrites sur lesquelles nous pouvons nous appuyer pour former la notre en classe.

Mon expérience en classe :

J’ai pu tester avec mes CE2 une première séquence : « Pourquoi les coureurs à pieds doivent-ils manger plus que les piétons ? » J’ai choisi cette séquence car je souhaitais la présenter lors de la visite de ma conseillère pédagogique et je n’avais que peu de temps, il était donc impossible pour moi de choisir une séance qui nécessitait de demander aux élèves d’apporter du matériel de chez eux (je ne les ai qu’une fois par semaine). Bref, celle-ci ne nécessitait rien d’autre que les fiches document et les fiches activité, c’était donc parfait pour ce premier essai.

Cette séquence contient deux étapes durant entre 45 minutes et 1 heure chacune. Connaissant le niveau de mes élèves, et surtout leur niveau d’attention, j’ai pris soin de re-découper ces séances en deux, ce qui n’a pas été gênant du tout pour leur compréhension.

L’amorce sur leurs connaissances antérieures et leur vocabulaire était très intéressante et j’ai pu avoir une idée du chemin que nous allions avoir à parcourir.

Ils ont eu un peu de mal avec les documents qui présentaient les différents besoins énergétiques selon le sexe et l’âge, ou bien les dépenses d’énergies selon les activités. Mais au fil des questions sur les fiches activité j’ai pu observer une meilleure compréhension.

Par la suite, ils ont beaucoup aimé classer les aliments par famille et se sont beaucoup intéressés au document qui concernait le rôle des aliments. Leur intérêt était croissant et incomparable à mes séances de science précédentes.

Puisque cette séquence ne comportait pas d’évaluation, j’ai tout de même décidé de leur faire apprendre les différentes traces écrites travaillées en classe et de leur faire une petite évaluation dessus.

Conclusion :

Pour moi qui n’aime pas forcément enseigner les sciences, ce manuel est un réel plus. Je gagne un temps considérable dans mes préparations, j’ai une vue à long terme sur ce dont je vais avoir besoin dans mes futures séquences et je sais que les élèves vont toujours être intéressés.

Je regrette seulement de ne pas avoir de vidéo projecteur à disposition, mais en demi-classe (j’ai un CE2-CM1) je peux me permettre de leur montrer une image ou une petite vidéo depuis mon ordinateur.