Bande dessinée,  Jeunesse,  Littérature

[Chronique] Nanny Mandy (Tome 3 – Dans le coeur de Célia) – Joris Chamblain, Pacotine

Bonjour !

Aujourd’hui je vous présente une bande dessinée jeunesse. Il s’agit du troisième tome de Nanny Mandy : Dans le coeur de Célia, par Joris Chamblain et Paconie, aux éditions Kennes. Merci beaucoup pour l’envoi de ce service presse.

Résumé

Hello, je m’appelle Mandy. Et j’ai dix-sept ans! Pour gagner un peu d’argent, je garde des enfants. Et ce n’est pas facile tous les jours! Mais je suis leur nounou « so cool », alors ça va! Je suis à moitié anglaise par ma mère. D’ailleurs, là-bas on ne dit pas »nounou » mais « nanny ». Et franchement, « Nanny Mandy », ça sonne bien, non?

Célia va avoir douze ans mais n’a pas envie de fêter son anniversaire. Mandy avait été engagée pour tout organiser, mais elle doit d’abord comprendre ce qui se passe. Et ça va être dur, car la nounou est très préoccupée en ce moment. À tous les âges, l’amitié n’est pas toujours simple à gérer!

Mon avis

Lorsque je parle d’une bande dessinée ou d’un manga, j’aime bien m’attarder sur les dessins et la couverture (comme beaucoup de monde j’imagine ?). Et ce qui me donne très souvent envie de lire un ouvrage, c’est une belle couverture colorée. Et pour Nanny Mandy c’est bien le cas, une couverture qui fait bien « jeunesse » et de belles couleurs : ça me plait !

Evidement, c’est un tome 3, et je n’ai pas lu les deux premiers, mais je n’ai aucune difficulté à prendre le train en marche et découvrir les personnages au fil de ma lecture. Il est facile de comprendre que Mandy est une ado à moitié anglaise puisqu’on trouve beaucoup de mots anglais dans la bande dessinée. J’avoue que c’est la seule chose qui m’a un peu perturbée, j’en comprends la raison, mais j’aurais peut-être espéré que ça puisse avoir un intérêt pédagogique et que ça soit plus poussé, qu’il y ai peut-être plus de phrases ou d’expressions en anglais. (C’est la prof qui parle là)

Sinon, Mandy est un personnage attachant, typique des ados qui se mêlent de ce qui ne les regarde pas. Elle a des problèmes d’ado, les copines qui se mettent en couple, les « je t’aime, moi non plus », et c’est très bien puisque ça permet aux jeunes lecteurs de s’identifier à elle.

L’histoire n’est ni plus ni moins qu’une jolie histoire d’amitié, on suit Mandy dans ses péripéties d’adolescente, ses colères, ses peurs et ses joies.

En somme, c’est une jolie bande dessinée à proposer à de jeunes adolescents, avec des personnages auxquels ils peuvent s’identifier.

D’un point de vue pédagogique, pourquoi ne pas travailler l’étude des bandes dessinées en lecture en classe et miser sur l’interdisciplinarité avec l’anglais, et la réécriture de certains passages de la bande dessinée en anglais. Cela peut-être une idée qui marcherait auprès des élèves !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :