Historique,  Littérature,  Policier

[Chronique] Jack l’éventreur n’est pas un homme – Pascale Leconte

Bonjour !

Aujourd’hui je vous parle d’un ouvrage qui m’a été envoyé en SP, il s’agit de « Jack l’éventreur n’est pas un homme », écrit par Pascale Leconte, que je remercie infiniment pour sa confiance.

Résumé

Et si Jack l’Éventreur était une femme ?
Voici la vie de Florence Maybrick, à partir de ses dix-huit ans lorsqu’elle rencontre son futur mari anglais, alors qu’elle est américaine.
Comment cette « étrangère » fut-elle poussée dans ses derniers retranchements ?
Une enfance instable, une mère castratrice aux mœurs légères, un mari volage ainsi que l’époque victorienne et puritaine sont autant d’explications nous guidant sur le chemin de la réponse.
Florence est-elle l’auteur du « Journal de Jack l’éventreur » ?
Mêlant biographie et faits réels, ce roman pourrait-il être la clé ?
Florence était-elle une perverse narcissique capable d’éliminer ses rivales sans le moindre remord ?
Aaron Kosminski a tué l’une des victimes présumées de Jack, et Florence, elle, a tué les autres.

Mon avis

Vous le savez : j’adore Londres, l’époque victorienne, les Thrillers… En plus de ça, comme beaucoup de monde j’imagine, je suis fascinée par les documentaires sur Jack l’éventreur, encore époustouflée que Sérial Killer ai pu s’en sortir après autant de meurtres aussi violents, et que plus de cent ans plus tard nous n’ayons encore aucune réelle preuve de qui il était. J’ai dit « il ». Mais si c’était « elle » ? C’est ce que Pascale Leconte nous propose d’imaginer à travers son roman, et personnellement, l’idée me plait !

Bien entendu il est toujours délicat d’écrire un roman basé sur des faits réels, avec autant de précision. Et c’est là que l’autrice a très bien réussi. Le lecteur est admiratif du travail de recherche monumental qui a du être réalisé. Je suis très très loin d’être une experte en la matière, mais j’ai retrouvé dans ce livre tout ce que j’avais pu apprendre à travers les différents documentaires que j’avais pu regarder. Et Pascale Leconte est parvenue à tourner chaque détail de cette histoire de manière à nous montrer que Jack l’éventreur pouvait être une femme.

Nous découvrons donc à travers ce roman deux personnes ayant réellement existé : Florence et James Maybrick. Florence est une jeune femme torturée, et l’autrice a fait un beau travail sur la psychologie de ce personnage. Déjà perverse au début de l’ouvrage, le lecteur sent la folie la gagner. Elle est aveuglée par la soif de vengeance et prend un plaisir monstrueux à tuer et à réduire ses victimes en charpie. Florence malgré son côté impulsif qui lui vaudra de manquer être repérée a tout de même pour intention de faire accuser son mari des meurtres dont elle-même est coupable. Mr. Maybrick quand à lui, prenant des traitements et ayant des crises de somnambulisme, en vient à se demander s’il n’est pas en effet l’auteur malgré lui de ces atrocités.

On sent que Pascale Leconte n’en est pas à son premier coup d’essai car sa plume est aiguisée. Le livre se dévore, il est agréable à lire et en même temps terriblement angoissant. La fin, que je ne spoilerai pas est tout bonnement délicieuse et surprenante. En tout cas, ce roman met en lumière beaucoup de détails, et personnellement j’ai très envie d’y croire !

En bref : une belle écriture, un vrai travail de recherche, un coup de coeur quoi ! Je conseille cet ouvrage à tout ceux qui se sont un jour intéressés de près ou de loin à l’histoire de Jack l’éventreur !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :