[Chronique] Je suis un des leurs – David Ruiz Martin

[Chronique] Je suis un des leurs – David Ruiz Martin

Bonjour !

Avant de commencer ma chronique aujourd’hui je voudrais remercier David Ruiz Martin de m’avoir proposé en service presse son roman aux éditions Nouvelle Bibliothèque : « Je suis un des leurs ».

Résumé :

Lorsque Raúl Pontes, journaliste désabusé et mal dans sa peau, apprend l’existence d’un grand père passé pour mort depuis trente ans, son sang ne fait qu’un tour. Qui est cet homme et pourquoi a-t-il disparu depuis aussi longtemps ? Persuadé que ce nouveau coup est l’oeuvre de ses soeurs et de son irresponsable mère, un seul choix s’offre alors à lui : celui de pousser la porte de ce passé occulte.
Horacio, ce grand-père au comportement amer lui demande alors une faveur étrange : retrouver son amour perdu il y a plus de soixante-dix-ans, lors de la guerre civile espagnole.
C’est sceptique que, finalement, Raúl accepte, ignorant que c’est un pan entier de sa propre histoire qu’il s’apprête à déterrer.
Ses indices le mèneront jusque dans les rues bondées de la capitale espagnole, en plein coeur du Madrid historique et de sa ferveur perpétuelle…
…mais le pousseront, aussi, bien plus loin, aux limites de l’insoutenable, où se mêlent les oeuvres d’amour et de mort d’une guerre civile injuste et fratricide.
Lancé sur les traces de cet amour impossible, Raúl ignore que cette plongée fulgurante dans ce pays rongé par le souvenir ébranlera ses convictions et les fondements mêmes de sa propre existence.

Mon avis

Avide de nouvelles découvertes, j’ai souhaité me lancer dans la lecture d’un genre que je n’ai pas vraiment l’habitude de lire: le roman historique. J’avais lu quelques romans se déroulant lors de la seconde guerre mondiale que j’avais plutôt aimés alors pourquoi pas ?

La plume de l’auteur est délicate et les mots glissent sans que le lecteur puisse s’en rendre compte. Le roman est extrêmement bien écrit et je suis certaine qu’un autre roman de David Ruiz Martin m’emporterait totalement, puisque j’ai vu qu’il avait déjà écrit deux romans : un thriller et une histoire d’épouvante, deux genres qui me plaisent particulièrement.

Les personnages sont particulièrement bien développés et rendent l’histoire plus que réaliste. Le fait d’ailleurs que le roman soit écrit à la première personne nous donne l’impression de suivre Ruiz de prêt, d’être son petit compagnon de voyage. C’est un roman dans lequel le personnage principal Raúl traverse de nombreuses émotions, que le lecteur a la chance de vivre à ses côtés : colère, peur, amour, désir de connaître la vérité…

L’histoire sait être prenante et nous assistons, à travers le côté historique de ce roman, à un événement qui n’est que très peu étudié à l’école et qui est donc méconnu du grand public. Nous avons en tête à cette période la seconde guerre mondiale et toutes les horreurs qu’elle a engendrées. Mais nous sommes loin d’imaginer que la guerre civile a fait vivre des temps extrêmement difficiles à la population Espagnole, qui en subit parfois encore les séquelles aujourd’hui.

Malgré tout ce n’est pas mon genre de prédilection et l’Espagne n’est pas un pays dont j’ai forcément envie de m’imprégner de la culture. En revanche, je la recommande si vous vous intéressez à l’Espagne et son histoire, la guerre civile, ou même à l’histoire en général. Il reste un beau roman touchant et intéressant.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :