[Chronique] Tout le bleu du ciel – Mélissa Da Costa

[Chronique] Tout le bleu du ciel – Mélissa Da Costa

Bonjour !

Il y a quelques temps il m’a été proposé de lire un roman des éditions Carnetsnord : Tout le bleu du ciel, écrit par Mélissa Da Costa. Alors voilà, c’est fait, et je vous le présente aujourd’hui !

Résumé :

Petitesannonces.fr : Jeune homme de 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.

Emile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. A son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, il retrouve Joanne, une jeune femme coiffée d’un grand chapeau noir qui a pour seul bagage un sac à dos, et qui ne donne aucune explication sur sa présence.

Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. A chaque détour de ce périple naît, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l’amitié, l’amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d’Emile.

Mon avis :

C’est un roman qui peut paraître impressionnant au départ, de par son épaisseur (un peu plus de 630 pages), mais il fallait que je l’attaque. J’avoue que j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire, même si elle m’intriguait beaucoup. Je me forçais à lire un chapitre par jour. Puis finalement après quelques jours j’ai eu une sorte de déclic, j’enchaînais les chapitres, jusqu’à la moitié du livre environ. Pour finir par lire l’autre moitié en une journée seulement !

L’Alzheimer précoce est une maladie à laquelle nous ne sommes que rarement voire jamais confrontés au quotidien, pour presque en oublier l’existence. C’est ce qui rend ce roman unique, d’autant plus que la maladie ne touche pas ici une personne d’une cinquantaine d’année, mais un jeune homme de 26 ans. J’ai d’autant plus été touchée par son sort qu’il a mon âge. Alors évidemment, on se remet en question, comment est-ce que je réagirais à sa place ? Est-ce que je ferais les mêmes choix ? Serais-je capable de tout laisser pour partir vivre mes derniers jours dans la nature, avec un ou une inconnu(e) ?

Autant de choix qui rendent le personnage principal très intéressant. On se l’imagine au départ comme un enfant capricieux, qui, submergé par ce qui lui arrive, ne peut pas assumer et préfère fuir. Mais finalement je trouve que c’est une décision plutôt sage de ne pas vouloir faire souffrir ses proches. Je trouve le personnage d’Emile extrêmement bien développé et on s’attache beaucoup et très facilement à lui. Nous vivons avec lui l’évolution de sa maladie.

Joanne est également un personnage dont on apprécie le développement. Très renfermée au début, le lecteur se doute qu’elle n’a pas suivi Emile dans sa folle aventure sans raison. Pourtant impossible de la décrypter jusqu’à ce qu’elle finisse par s’ouvrir à son compagnon de voyage. C’est un personnage très touchant, en qui je me suis parfois retrouvée. Je me suis encore plus attachée à elle qu’à Emile.

J’ai été envahie à chaque instant de lecture par la découverte de nouveaux paysages, tantôt lacs, montagnes, villages, mer et j’en passe. Nous traversons une multitude de lieux extrêmement bien décrits dans lesquels nous découvrons à chaque fois un ou plusieurs nouveaux personnages.

La plume de Mélissa Da Costa est magnifique et retranscrit à merveille toutes les émotions par lesquels nous passons, joie, tristesse, émerveillement, hilarité, amour, amitié… Nous les vivons toutes avec nos deux personnages principaux.

C’est un roman que j’ai beaucoup apprécié, qui m’a fait vivre énormément de choses, je suis passée du rire aux larmes et j’ai été extrêmement émue. J’ai été très marquée et je pense qu’il restera ancré en moi pour un long moment. Je le recommande fortement !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :