Littérature / Policier

[Chronique] Corps rouge dans le Vercors – Jérôme Sublon

Bonjour !

Voici la chronique du quatrième roman que je reçois des éditions du Caïman. C’est le polar « Corps rouge dans le Vercors » de Jérôme Sublon. Je remercie, comme à chaque fois, les éditions du Caïman, pour leur confiance, et surtout les belles découvertes que je fais, et que je peux vous partager grâce à eux.

Résumé :

Le corps de Delmare est retrouvé sans vie dans sa propre scierie. La commissaire Aglaëe Boulu est dépêchée dans un village perdu dans les forêts du Vercors…

Les habitants se révoltent : la rumeur désigne un coupable, il ne reste plus qu’à l’enfermer… Les villageois aspirent à conclure rapidement cette enquête… Pour autant, ils ne coopèrent guère… Ont-ils peur qu’une vérité enfouie n’éclate au grand jour ?

Mon avis :

Ce polar de Jérôme Sublon, je l’ai compris plus tard est une suite des aventures de la commissaire Aglaëe Boulu. Personnellement je n’ai pas (encore) lu les deux publications précédentes et cela ne m’a pas du tout dérangée.

Pour ceux qui comme moi ont du mal à se plonger dans l’univers d’un roman dans les premières pages, n’ayez crainte ! Nous sommes tout de suite mis dans le bain grâce à cette première scène de crime qui arrive très rapidement et qui ne peut pas laisser le lecteur de marbre.

J’ai apprécié le fait que ce roman soit si bien rythmé. On a souvent l’image d’un polar un peu lent, où il ne se passe pas grand chose et où toute l’action est concentrée sur la fin. Ici ce n’est pas du tout le cas puisque chaque changement de chapitre nous apporte un changement de lieu, de personnage, d’intrigue, voir même d’époque (sans vouloir spoiler !) C’est quelque chose qu’on ne retrouve pas souvent dans les enquêtes policières. On est plus habitués à suivre l’inspecteur, voir l’assassin. Ici, le mystère reste plein. On suit de nombreux personnages dans de petites scènes qui, mises bout à bout, comme un puzzle, nous amènent à la résolution de notre enquête.

Les personnages sont variés, et tous aussi intéressants les uns que les autres. On en apprend un peu plus sur chacun au fil de l’histoire, on découvre les multiples facettes des villageois. Effectivement, comme dans un petit village, tout se sait, et comme un habitant, on peut avoir un petit aperçu des différentes histoires et rumeurs sans trop en savoir non plus. Tout cela nous permet de bien nous ancrer dans l’histoire, et d’en profiter comme si nous en faisions partie.

Bien sûr, n’oublions pas le personnage principal de l’histoire : Aglaëe Boulu. J’ai été très heureuse de voir une femme commissaire car je suis très habituée à voir des hommes dans ce rôle dans les romans que je lis. C’est un personnage que j’ai beaucoup apprécié, je l’ai trouvée très bien développée, avec une histoire personnelle que l’on a envie de connaitre mais qui ne prend pas trop de place dans l’enquête et qui ne la noie pas, c’est un véritable plaisir. C’est une femme forte, qui a du répondant et qui n’hésite pas à mettre les pieds dans le plat et à faire savoir ce qu’elle veut. Evidemment, je suis impatiente d’en savoir un peu plus sur elle, et de la voir évoluer dans une autre enquête.

La plume de l’auteur est également très agréable. J’ai trouvé que les émotions de chaque protagoniste étaient particulièrement bien retranscrites. Mais aussi les sensations, notamment la chaleur qui est très présente tout au long du roman et qui transpire à travers les pages. Les dialogues sont très réalistes, et les passages de narration ne sont pas ennuyeux pour un sous.

En bref, j’ai passé un excellent moment et j’ai eu du mal à décrocher de ce livre que j’ai lu en deux jours ! Je vous le conseille donc grandement !

Je vous confie également ce qui va me manquer lorsque ce livre sera rangé dans ma bibliothèque : chaque fois que je posais mes yeux dessus et voyais « Vercors » dans le titre, j’avais la chanson « La nuit je mens » de Bashung. Un vrai plaisir !

Auteur

camille.flajollet@gmail.com

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :