La misophonie, quand les repas deviennent une torture

La misophonie, quand les repas deviennent une torture

Faites-vous partie de ces gens qui ont des envies de meurtre à chaque repas ? Si c’est le cas vous êtes peut-être misophone !

La misophonie, c’est quoi ?

C’est ne pas supporter certains bruits. Cela peut être les bruits de bouche lors des repas, les chewing-gum mâchés la bouche ouverte, mais aussi les respirations trop fortes, les robinets qui fuient, j’en passe et des meilleures.

Qu’on arrête immédiatement de nous dire que nous sommes maniques ou ridicules, car la misophonie est un trouble neurologique.

D’après la revue scientifique Current Biology, la misophonie serait due à une présence trop importante de Myéline (matière qui permet la connexion entre les neurones) dans le lobe frontal du cerveau. Le passage des messages serait donc grandement « amélioré » et c’est ce qui causerait la misophonie.

Si vous souhaitez en savoir plus, l’article (en anglais) se trouve ici : The Brain Basis for Misophonia

Comment est-ce que l’on sait que l’on est misophone ?

Croyez-moi, vous le savez, c’est tout. Il y a quelques années, mon frère a commencé à être vraiment très grognon à table. Il répondait de manière agressive, serrait les poings puis finissait par quitter la table en prétextant ne plus avoir faim.

Lorsqu’il m’a expliqué qu’il ne supportait plus les bruits de bouche, je me suis mise à faire attention à ne pas en faire. De là, j’ai commencé à faire attention à ceux des autres. Et c’est là pour moi que ça a commencé.

Alors est-ce qu’on est prédisposé (cette fameuse matière trop présente) et qu’il suffit d’un événement pour le déclencher ?

Et au quotidien, c’est comment ?

Evidement on ne l’est pas tous au même niveau. Quoi qu’il en soit, au quotidien c’est difficile.

Bien sûr, me direz-vous, c’est énervant quelqu’un qui mâche la bouche ouverte. C’est énervant quelqu’un qui mange un chewing-gum de manière vulgaire. Oui. C’est énervant. Mais lorsque l’on est misophone, on n’est pas juste énervé.

Lorsqu’un bruit agace une personne non misophone, il peut en rendre folle une autre, lui donner des envie de frapper, de mordre, ou pire.

Les bruits que je ne supporte pas ne sont pas nombreux : la mastication la bouche ouverte, et le vibreur du portable de mon voisin, qui ne répond jamais au téléphone. Le premier pour moi est vraiment le pire.

Alors, qu’est-ce que ça me fait ?

D’abord je remarque le bruit (quasiment instantanément). Je me contiens un moment, j’essaie d’écouter autre chose. Je ne passe plus un repas en compagnie de quelqu’un sans que la télévision ne soit allumée (pas au travail évidement). Mais elle est loin, très loin de suffire à couvrir le bruit. J’ai des frissons de colère, je serre les poings, je n’ai qu’une envie : que le repas se termine. Je peux me mettre à répondre plus sèchement, mais j’essaie vraiment de contrôler ce que je dis. Puis j’essaie de distraire la personne, la faire parler, lui faire faire autre chose, juste pour qu’elle arrête de mâcher, mais dès qu’elle reprend c’est une torture. Finalement je finis rapidement de manger et si possible je vais m’occuper de quelque chose.

Certaines personnes de mon entourage le savent, alors je me contente de leur faire un signe qu’ils comprennent rapidement.

Lorsque je mange uniquement avec mon frère je n’ai jamais ce problème. Je fais toujours extrêmement attention et je sais que lui aussi.

Vous imaginez bien que les vidéos ASMR ne nous plaisent pas tellement !

Est-ce que ça se soigne ?

Non. Enfin, pas d’opération ou de médicament. Cependant il y a des thérapies plutôt difficiles à réaliser qui s’étalent sur plusieurs mois et qui consistent à écouter un bruit, une musique agréable lorsque l’on se trouve dans ce genre de situation. Ce n’est malheureusement pas toujours évident à mettre en place.

Si vous vous intéressez aux recherches menées sur la misophonie, vous pouvez suivre ce site.

Et vous, vous connaissez des personnes misophones ?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :