Archives de
Mois : avril 2018

[Chronique] Sous le même ciel – Erika Boyer

[Chronique] Sous le même ciel – Erika Boyer

Bonjour !

J’ai terminé aujourd’hui le roman d’Erika Boyer « Sous le même ciel ». Je tiens tout d’abord à la remercier, ainsi que Livraddict, pour ce partenariat.

Si le livre vous tente, vous pourrez le trouver sur Amazon : Ici

Le synopsis :

Alejandro n’a eu d’autre choix que de suivre ses parents qui ont décidé de quitter l’Espagne pour s’installer en France. Taciturne et introverti, il a peur de ne pas réussir à trouver sa place dans ce nouvel environnement et s’inquiète que ses différences l’empêchent de se faire des amis.

Mais ses craintes se meurent lorsqu’il rencontre son voisin, Hugo. Jovial et chaleureux, ce dernier aime l’accent hispanique du garçon d’en face, tout autant que son prénom et ses étonnants cheveux longs. Alors, aussi vite que le permet l’innocence de leur jeune âge, les deux enfants se lient d’amitié.

Sous le ciel de la Ville d’Hiver, Alejandro et Hugo deviendront des hommes. Ils découvriront l’amitié et l’amour, et embrasseront la vie pour en comprendre le véritable sens.

Mon avis :

J’ai voulu lire ce roman au départ car j’apprécie les histoires mxm. Au final, et je trouve cela très très bien pensé et écrit, on en oublie complètement que c’est un couple homosexuel (mises à part les railleries des jeunes au lycée). Les familles des deux garçons acceptent totalement la situation et c’est très bien comme ça. Le thème principal du roman n’est finalement pas l’homosexualité, mais juste la vie de deux personnes qui s’aiment. Les joies, les tristesses, les colères et les choix difficiles.

Lorsque l’histoire commence, les deux protagonistes sont très jeunes. J’ai donc commencé à lire ce roman en m’imaginant suivre la vie amoureuse de jeunes, ce qui m’a rapidement donné l’impression de lire un roman pour ados. Et puis j’ai vite été étonnée par les scènes érotiques qui ne me laissaient plus supposer que ce livre était destiné à un jeune public. Finalement, on observe nos deux personnages principaux effectivement devenir des adultes.

J’ai trouvé les sentiments très bien retranscrits et les personnages de Hugo et Alejandro vraiment très bien développés. Hugo est un garçon particulièrement attachant, toujours bienveillant, c’est quelqu’un que l’on pourrait facilement apprécier d’avoir dans son cercle d’amis. Alejandro quant à lui a ce petit côté sensible, auquel on s’identifie très facilement.

En bref, le livre est joliment écrit, touchant, agréable à lire. C’est un livre que je conseille et dont je me souviendrai longtemps tant j’ai été marquée.

Exemple de dossier de sciences pour l’oral du CRPE

Exemple de dossier de sciences pour l’oral du CRPE

Bonjour !

Je me suis enfin décidée à vous partager mon dossier de sciences pour l’oral du CRPE !

Avant de vous le partager, il faut que vous sachiez qu’il est très loin d’être parfait ! Maintenant que j’ai quelques mois d’expérience de création de séquences, je sais qu’il y a des choses que je ne referais peut-être pas.

 

Dossier crpe graine

J’ai d’ailleurs refait cette séquence cette année avec mes élèves de grande section (qui ont adoré), mais j’ai remplacé l’appareil photo numérique par une tablette (ma tablette perso), afin de prendre des photos et d’en faire un livre numérique via l’application « Book creator ».

Bien entendu, il manque des choses dans ce dossier, notamment un retour sur ma séquence, ou bien une description très détaillée d’une ou deux séances. Mais attention, il ne faut pas oublier que plus vous en dites dans votre dossier, plus il vous faudra trouver de nouvelles choses à dire à l’oral ! C’est pourquoi j’ai choisi de ne pas développer ces deux points, et de les garder bien précieusement pour le fameux jour d’oral.

Evidement, si vous avez des questions, je suis à votre disposition dans les commentaires !

Enfin, vous trouverez ici mon article qui relate le déroulé de mon oral, ainsi que les questions qui m’ont été posées !

Le déroulé de mon oral de sciences sur la germination.

Bon courage !

 

La misophonie, quand les repas deviennent une torture

La misophonie, quand les repas deviennent une torture

Faites-vous partie de ces gens qui ont des envies de meurtre à chaque repas ? Si c’est le cas vous êtes peut-être misophone !

La misophonie, c’est quoi ?

C’est ne pas supporter certains bruits. Cela peut être les bruits de bouche lors des repas, les chewing-gum mâchés la bouche ouverte, mais aussi les respirations trop fortes, les robinets qui fuient, j’en passe et des meilleures.

Qu’on arrête immédiatement de nous dire que nous sommes maniques ou ridicules, car la misophonie est un trouble neurologique.

D’après la revue scientifique Current Biology, la misophonie serait due à une présence trop importante de Myéline (matière qui permet la connexion entre les neurones) dans le lobe frontal du cerveau. Le passage des messages serait donc grandement « amélioré » et c’est ce qui causerait la misophonie.

Si vous souhaitez en savoir plus, l’article (en anglais) se trouve ici : The Brain Basis for Misophonia

Comment est-ce que l’on sait que l’on est misophone ?

Croyez-moi, vous le savez, c’est tout. Il y a quelques années, mon frère a commencé à être vraiment très grognon à table. Il répondait de manière agressive, serrait les poings puis finissait par quitter la table en prétextant ne plus avoir faim.

Lorsqu’il m’a expliqué qu’il ne supportait plus les bruits de bouche, je me suis mise à faire attention à ne pas en faire. De là, j’ai commencé à faire attention à ceux des autres. Et c’est là pour moi que ça a commencé.

Alors est-ce qu’on est prédisposé (cette fameuse matière trop présente) et qu’il suffit d’un événement pour le déclencher ?

Et au quotidien, c’est comment ?

Evidement on ne l’est pas tous au même niveau. Quoi qu’il en soit, au quotidien c’est difficile.

Bien sûr, me direz-vous, c’est énervant quelqu’un qui mâche la bouche ouverte. C’est énervant quelqu’un qui mange un chewing-gum de manière vulgaire. Oui. C’est énervant. Mais lorsque l’on est misophone, on n’est pas juste énervé.

Lorsqu’un bruit agace une personne non misophone, il peut en rendre folle une autre, lui donner des envie de frapper, de mordre, ou pire.

Les bruits que je ne supporte pas ne sont pas nombreux : la mastication la bouche ouverte, et le vibreur du portable de mon voisin, qui ne répond jamais au téléphone. Le premier pour moi est vraiment le pire.

Alors, qu’est-ce que ça me fait ?

D’abord je remarque le bruit (quasiment instantanément). Je me contiens un moment, j’essaie d’écouter autre chose. Je ne passe plus un repas en compagnie de quelqu’un sans que la télévision ne soit allumée (pas au travail évidement). Mais elle est loin, très loin de suffire à couvrir le bruit. J’ai des frissons de colère, je serre les poings, je n’ai qu’une envie : que le repas se termine. Je peux me mettre à répondre plus sèchement, mais j’essaie vraiment de contrôler ce que je dis. Puis j’essaie de distraire la personne, la faire parler, lui faire faire autre chose, juste pour qu’elle arrête de mâcher, mais dès qu’elle reprend c’est une torture. Finalement je finis rapidement de manger et si possible je vais m’occuper de quelque chose.

Certaines personnes de mon entourage le savent, alors je me contente de leur faire un signe qu’ils comprennent rapidement.

Lorsque je mange uniquement avec mon frère je n’ai jamais ce problème. Je fais toujours extrêmement attention et je sais que lui aussi.

Vous imaginez bien que les vidéos ASMR ne nous plaisent pas tellement !

Est-ce que ça se soigne ?

Non. Enfin, pas d’opération ou de médicament. Cependant il y a des thérapies plutôt difficiles à réaliser qui s’étalent sur plusieurs mois et qui consistent à écouter un bruit, une musique agréable lorsque l’on se trouve dans ce genre de situation. Ce n’est malheureusement pas toujours évident à mettre en place.

Si vous vous intéressez aux recherches menées sur la misophonie, vous pouvez suivre ce site.

Et vous, vous connaissez des personnes misophones ?