[Chronique] 42 jours – Silène Edgar

Bonjour à tous !
Au milieu de toutes mes préparations de classe, je trouve tout de même le moyen de lire un petit peu. Et aujourd’hui c’est de ma dernière lecture dont je viens vous parler. C’est un roman jeunesse écrit par Silène qui m’a été envoyé par les éditions Castelmore que je remercie.

 

Acheter « 42 jours » sur Amazon

Synopsis :

Été 1942. Sacha, douze ans, et Jacob, son petit frère, sont à la fois surpris et très contents de partir en vacances avant la fin de l’année scolaire. D’autant qu’ils auront la chance de séjourner dans la pension de leur oncle Jean, un manoir breton au bord de la mer ! Une fois sur place, ce n’est pas tout à fait la colonie de vacances qu’ils s’imaginaient – les pensionnaires sont de drôles d’adultes qui se prennent pour Victor Hugo, Louis XIV, Néfertiti… –, mais les garçons ne s’y ennuient pas une minute avec les jumeaux Éléanore et Léandre. Sans compter que le manoir abonde en secrets sur lesquels enquêter : qui fait ces bruits étranges dans le grenier ? Que sont ces loups qui rôdent dans les parages ?

Mon avis :

Alors déjà je tiens à dire que j’ai dévoré ce livre en deux jours (malgré le manque de sommeil et de temps).

En tant que lectrice, je pense que le roman est bien écrit et agréable à lire. Les personnages sont attachants et sympathiques. Le fait que l’histoire mette du temps à se mettre en place permet au lecteur justement de créer du lien avec les personnages, et par la suite de s’inquiéter pour eux.

La seconde partie du roman est extrêmement touchante et très prenante, on a du mal à en sortir en terminant le livre.

En tant que maîtresse je pense que le livre a toute son utilité dans une classe. Evidement il a cette valeur historique. En étudiant les périodes de guerres, les enfants ne se rendent pas forcément compte de l’horreur. Et il est impensable de leur dire avec des mots d’adultes. A travers ce livre, et les yeux du petit Sacha (Chacha), les élèves ont la possibilité de se projeter, de s’imaginer ce que cela aurait pu être si cela avait été eux. Ils sont plus touchés et comprennent mieux le devoir de mémoire.

Au delà de ça, il y a toute une culture que l’on peut retrouver dans le roman, et qui rappellera aux élèves quelques uns de leurs cours d’écoles. Ainsi, ils pourront faire la connaissance de Victor Hugo, Napoléon, Louis XIV ou encore Nefertiti pour ne citer qu’eux.

Les notes de bas de pages sont également très instructives et donnent au livre un côté ludique.

Je trouve qu’il apporte également une belle quantité de vocabulaire et d’expressions à retenir, et à faire réemployer par l’élève.

L’histoire est également porteuse de beaucoup de valeurs, et peut servir de départ à de nombreux débats à mettre en place à l’école. Qu’est-ce que l’amitié ? La famille ? Que ferait-on pour les gens que l’on aime ? Est-ce que l’on ferait autant pour des inconnus que pour les gens que l’on aime ? Pour les plus jeunes. Ou discuter de cette sombre période de l’histoire avec les plus âgés.

La cerise sur le gâteau, c’est que le livre est adapté aux lecteur dyslexiques. Il comporte des conseils de lecture qui s’adressent à eux, mais peuvent également être suivis par ceux qui n’ont simplement pas vraiment le goût de lire. Je pense que la manière dont il est fait ne facilite pas seulement la lecture aux dyslexiques mais aussi à tous les lecteurs (je n’aurais peut-être pas mis deux jours à le lire autrement).

Bref, j’ai adoré ce livre, autant en tant que lectrice qu’en tant que maîtresse. On ne peut qu’être sûrs que c’est bien une prof qui a écrit ce joli roman.

1 commentaire sur “[Chronique] 42 jours – Silène Edgar

Laisser un commentaire