Devenir professeur des écoles, comment survivre… au stage ? #2

Devenir professeur des écoles, comment survivre… au stage ? #2

Article #1 ici (Année de master)

Article #3 ici (Concours)

Article #4 ici (Dossier d’oral)

Bonjour !

Voici le second article de la série « Devenir professeur des écoles, comment survivre… ». Et aujourd’hui je vais vous parler du stage.

Certains ne pourront pas en faire. Pas de panique, il n’est pas obligatoire pour passer le concours ! C’est un plus qui montre une certaine expérience mais bien des personnes ont leur concours sans avoir effectué de stage.

Si vous entrez en M1 MEEF vous aurez à le faire. Cependant toutes les formations ne proposent pas la même organisation. Certaines vous proposeront une semaine en octobre et une semaine en février par exemple tandis que d’autres éparpillerons les jours de stage tout au long de l’année. Personnellement j’ai eu droit à la seconde option. Je ne débattrai pas ici de la meilleure solution car malheureusement vous n’aurez pas le choix.

Le stage débute donc en général par une période d’observation. Si tout va bien vous pourrez ensuite prendre la classe en charge sur quelques heures ou toute la journée.

J’ai eu la chance qu’après un jour et demi d’observation ma tutrice me laisse la classe en responsabilité. J’étais responsable d’une classe de maternelle (TPS – PS – MS – GS) de trente deux élèves que j’allais chercher dans la salle de garderie le matin et que je rendais à leurs parents le soir. Ma tutrice ne restait pas en classe avec moi et j’avais l’occasion de la voir le midi dans la salle des profs.

J’ai donc pu voir les bons et les mauvais côtés du métier de professeur des écoles puisque j’ai assisté aux crises, aux bobos, aux affaires perdues… Il a fallu faire face aux inattentifs, aux irrespectueux (oui oui, en maternelle !), mais aussi à des tas de moments de joie. J’ai écrit des mots, j’ai discuté avec des parents, j’ai changé des élèves… le quotidien quoi !

Le stage est là d’une part pour que l’on puisse se rendre compte de la difficulté du métier et du fait que ce n’est pas toujours ce que l’on peut s’imaginer. Il nous remet les pieds sur terre si on ne les avait pas déjà. Mais c’est également la seule chose qui nous prépare réellement à l’année de PES qui nous attend !

Tout ce dont je viens de vous parler, ce sont plutôt les points positifs du stage. Mais il y en a bien sûr des négatifs.

C’est du travail en plus du master.

Eh oui il se peut que vous ayez quelques préparations à faire ! Mais pas de panique, j’ai quelques astuces à vous proposer :

Demander à voir le cahier journal de votre tuteur / tutrice et gardez-le comme modèle.

Reproduisez-le via un logiciel de traitement de texte. Gardez-en un exemplaire vierge, ainsi vous n’aurez plus qu’à le remplir le moment venu. (Le mien était pré-rempli avec l’accueil, la récré, le midi, les intitulés des activités – maths, graphisme, phono etc…- et je n’avais plus qu’à compléter par les noms de séances.

Profitez de la motivation !

Peu importe ce que vous êtes entrain de faire, s’il vous vient une idée : notez la vite !

• Classez tout ce que vous avez déjà fait.

Cette année en maternelle j’ai voulu faire écrire à mes bambins des lettres, des mots… Je n’avais pas pensé au début à noter ce que j’avais fait. Résultat j’avais toujours peur de leur faire travailler plusieurs fois la même chose.

• Servez-vous de ce qu’il existe sur internet.

Le net regorge de ressources très utiles pour les classes. Servez-vous en ! Cette année est difficile en terme de travail alors ne vous mettez pas des bâtons dans les roues en essayant de tout inventer. Pinterest a été une source particulièrement inspirante pour moi.

• Ecrivez TOUTES vos fiches de prep.

Ainsi vous ne risquerez pas d’être perdu pendant votre séance, à ne plus savoir quoi dire ou quoi faire faire à vos élèves.

• N’attendez surtout pas la veille pour organiser vos journées de stage.

On peut parfois ne pas se sentir à sa place.

Il faut dire qu’arriver dans une école qu’on ne connait pas c’est déjà une grosse épreuve. Et il arrive malheureusement que les parents nous fassent bien sentir qu’ils ne sont pas tout à fait satisfaits de notre présence.

J’ai eu la chance cette année que ma tutrice m’introduise dès le début comme « maîtresse Camille » et pas, « Camille la petite stagiaire ». Cependant j’ai bien sûr eu le droit au « Vous faites si jeune ». Alors que faire ? Je n’ai pas vraiment eu de répartie sur le coup. Alors j’ai esquissé un sourire et je suis retournée à mes occupations. Au fil des semaines j’ai amélioré ma relation aux parents en leur parlant de leurs enfants, de ce qu’ils avaient fait, de ce qu’ils vivaient. Petit à petit les parents m’ont considéré comme une des deux maîtresses de la classe et c’était vraiment chouette.

Un autre petit conseil : intégrez-vous le plus vite possible à l’équipe. Ne soyez pas trop familier / familière. Mais restez souriant.e, poli.e et surtout prenez ces temps avec eux pour leur poser des questions, leur faire part de vos interrogations, de vos craintes. Plus vous vous sentirez à l’aise dans l’équipe mieux votre stage se passera.

Il y a aussi le souci des élèves qui ne vous considèrent pas vraiment comme le maître ou la maîtresse.

Là c’est un autre souci. Posez les règles dès le premier jour. Ne copinez pas avec eux. C’est tellement difficile quand on a des maternelles. Mais j’ai regretté d’avoir été trop gentille pendant mon temps d’observation parce que je me suis retrouvée quelques semaines plus tard à reprendre un élève de grande section qui m’a accueillie avec un petit « salut poulette ».

Oh lala mon coco ça ne va PAS se passer comme ça !

Le dossier

Votre stage vous servira également à tester la séquence (ensemble de séances) que vous aurez à réaliser pour votre dossier. Il permettra de voir ce qui marche et ce qui ne marche pas, ce qui n’a pas été fait et qui aurait pu l’être. Vous pouvez également demander un petit coup de main à votre tuteur / tutrice, en général ils sont ravis de pouvoir vous aider !

Je ferai un article spécialement sur le dossier afin de mieux expliquer de quoi il doit être composé.

Des petits conseils en l’air

Notez pendant votre stage tout ce qui vous semble important de retenir.

• Avant de commencer, lorsque vous prenez contact avec le directeur ou la directrice, demandez le plus d’informations possible sur l’école, c’est ce que vous aurez à faire lors de votre stage de M2.

• Si vous avez la classe en responsabilité, n’oubliez pas de toujours compter vous élèves et de vous mettre au courant de qui mange à la cantine ou non.

Gardez bien précieusement toutes les idées que vous avez eues, elles vous resserviront lors de votre carrière.

• Si c’est trop difficile ne vous découragez pas, vous n’êtes pas formé, vous êtes entrain d’apprendre.

Ne perdez jamais votre calme face à vos élèves. Si ils discutent trop, prenez un temps, respirez. Ne criez pas. Faites les croiser les bras sur la table et poser leur tête dessus.

N’hésitez jamais à les reprendre, à les sanctionner, à parler aux parents. Vous êtes légitimes.

Si jamais j’ai oublié des petites choses, on fait comme la dernière fois : n’hésitez pas à me poser des questions via le formulaire de contact et j’y répondrai en bas de cet article !

Et n’oubliez pas de vous abonner à la newsletter ! 😉


Réponses aux questions posées par mail :

• Il va falloir faire un stage en M1 et en M2 ?

Oui, le second est plus une sorte d’alternance, il est rémunéré.

6 réactions au sujet de « Devenir professeur des écoles, comment survivre… au stage ? #2 »

  1. Super intéressant ton article !! Pinterest est la caverne d’Ali Baba pour les activités ! Ton article me fait vraiment revivre mon expérience du service civique dans les écoles primaires. Je suis tout à fait d’accord avec toi avec les fiches, c’est tellement important d’être préparé et qu’on peut les re utiliser plus tard. J’ai vécu ce moment d’être trop gentille avec ces petits malins au départ ! Erreur de débutante ! Hihi
    En tous cas courage à toi ! C’est un super beau métier ^.^

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :