Archives de
Mois : avril 2017

[Série coup de cœur] Please like me – Saison 1

[Série coup de cœur] Please like me – Saison 1

please-like-me

Nationalité : Australienne
Longueur des épisodes : 25-30 minutes

Synopsis :
Enfin adulte, Josh réalise que ses parents, dont il a toujours suivi les conseils, sont aussi perdus que lui face aux différents aléas de la vie. Le moment est pourtant venu de leur révéler qu’il est homosexuel…

Mon avis
C’est une série très légère et on prend plaisir à en regarder plusieurs épisodes à la suite. La quasi totalité des personnages sont très attachants.
L’homosexualité, pourtant le thème principal de cette série est traitée avec beaucoup de légèreté et laisse leur place à des thèmes tels que l’amité, la dépression, le divorce… Bien entendu c’est une série à visée humoristique et tous ces thèmes sont traités très rapidement et sans noircéurs. Tout se passe toujours à une vitesse folle, les couples qui se défont, se refont…
Le personnage que j’ai adoré détester : Niamh, la copine de Tom. Elle est absolument insupportable et traite son copain comme une vieille chaussette alors qu’il est constamment  aux petits soins.
Le personnage coup de cœur : Tante Peg, qui malgré son mauvais caractère et sa vision très fermée de la vie sait ouvrir son cœur aux personnes de sa famille.

Je n’ai regardé pour le moment que la première saison, mais je sais déjà que c’est une série que je vais dévorer très rapidement !

[Chronique] Andréanne Mars

[Chronique] Andréanne Mars

Hello !

J’ai reçu récemment des Éditions Prise de parole (que je remercie), la version numérique du livre « Andréanne Mars », écrit par Véronique-Marie Kaye, une auteure Franco-Ontarienne. Je dois avouer que je ne la connaissais pas du tout, et que les romances ne sont pas vraiment mon genre de prédilection au départ. Cependant j’ai voulu tenter l’expérience de me jeter au hasard dans un livre que je n’aurais peut-être pas acheté en librairie ! 🙂

img1c1000-9782894237946

• Synopsis :
Amorale et centrée sur elle-même, Andréanne Mars, une jeune femme singulière, est malgré tout aimée. De ses amis, qu’elle voit sporadiquement. De ses clients et collègues du gymnase, qui l’adorent. De Zuzana, avec qui elle discute souvent de choses qui font du bien, légères et triviales. Aimée de ses voisins, ceux qu’elle connaît et ceux qu’elle ne connaît pas. Et de tous ces gens qui tournent autour de sa vie de façon variable. Nicholas, aussi, tombera amoureux d’elle… Et puisqu’il est question d’amour, il se peut bien qu’Andréanne sera aimée de Clothilde. Oui… Hum… Clothilde. Celle qui, probablement, lui foutra sa vie en l’air.

• Mon avis
Ce roman nous montre comme ce que nous même considérons comme une déviance peut vite nous emporter. Il suffit d’un rien pour sombrer dans le vice et la perversion, trois maris aussi incompétents les uns que les autres, un petit retard de travaux, une caméra installée juste pour voir, pour vérifier. Et l’idée se pointe, si j’espionnais les gens dans leur intimité ? C’est de cette manière qu’Andréanne en vient à piéger une jeune fille naïve et complètement terrorisée par tout.
Le personnage d’Andréanne que j’ai crû apprécier pendant quelques chapitres m’a finalement  dégouté jusqu’au plus profond de mon âme. Comment apprécier quelqu’un d’aussi tordu et égoïste ? Cependant Clothilde m’a beaucoup touchée et j’ai craqué pour cette jeune fille innocente et apeurée.

En bref : Un roman dérangeant mais pourtant très divertissant qui m’a fait passer un bon moment en compagnie de personnages farfelus tels que le frère d’Andréanne ou les parents de Clothilde.

[Chronique] La pâtisserie Bliss – Tome 1

[Chronique] La pâtisserie Bliss – Tome 1

couv62086587
Hello !
Aujourd’hui je vous présente le livre que je viens de terminer : le tome 1 de « La pâtisserie Bliss », écrit par Kathryn Littlewood et publié aux Editions Poket (Jeunesse)

Acheter « La pâtisserie Bliss » sur Amazon

• Résumé :
La pâtisserie de la famille Bliss cache un secret très ancien : un livre de recettes magiques. Le jour où Rose et ses frères et soeurs se retrouvent seuls à tenir la boutique, ils se lancent dans quelques recettes un peu… spéciales. Mais les Muffins d’amour et les Cookies de la vérité vont transformer la petite ville de Calamity Falls en véritable maison de fous…

• Mon avis :

Alors premièrement c’est un livre jeunesse, donc forcément extrêmement léger. Je l’ai trouvé très agréable à lire, même si je n’ai pas été emportée tout de suite par l’histoire.

La couverture est magnifique et la présence de toutes ces pâtisseries m’a tout de suite fait craquer.

L’héroïne, Rosemary est une jeune fille plutôt ordinaire, qui se pose beaucoup de questions sur son importance au sein de sa famille, et de la société en général. Son impression d’être invisible et banale fait qu’elle rêve de grandeur, elle aimerait devenir une star, et surtout : elle ferait n’importe quoi pour que son crush la remarque. Sa naïveté et son air rêveur font d’elle une petite fille vulnérable, et ce n’est pas pour déplaire à sa tante Lily qui a besoin d’une cible facile pour devenir elle-même célèbre.

Certes c’est un livre pour les enfants, cependant les vas et viens entre « ma tante est quelqu’un de mauvais » et « ma tante est la seule personne au monde qui puisse m’aider » rendent l’histoire parfois ennuyeuse et fade. Je n’ai pas trouvé que Rose était un personnage spécialement attachant. Cependant ce livre étant destiné à un public assez jeune, en quête d’identité, le lecteur doit pouvoir s’identifier à la jeune héroïne.

Les deux frères et la soeur de Rose, Olivier, Origan et Anis sont vraiment très drôles et touchants et sont de loin mes personnages préférés de ce premier tome.

L’histoire est plutôt banale et surtout très attendue, elle n’en reste pas moins agréable à lire. Il ne faut pas oublier qu’elle est destinée à la jeunesse et est par ce fait tout à fait appropriée. Le plein d’humour et la présence de toutes ces pâtisseries ne rendent la lecture que plus délicieuse.

En bref j’ai passé un bon moment et suis retombée enfance en l’espace de ces quelques heures de lecture !

Je recommande !

Ma pile à lire ! #1

Ma pile à lire ! #1

En ce moment je n’ai pas beaucoup le temps de lire étant donné que je suis en plein CRPE. Cependant j’ai ma petite liste de livres à lire en priorité. Je vous les présente aujourd’hui !

« Petits meurtres à Mangle Street » de M.R.C Kasasian
 
 
Thriller dont absolument tous les éléments de la couverture me donnaient envie de le lire. L’intrigue se passe, comme je l’aime, dans un Londres Victorien. J’ai commencé ma lecture il y a peu, le détective ne me plait pas vraiment et semble pour le moment une sorte de jumeau malfaisant et sans coeur de Sherlock Holmes (dont le niveau en matière de froideur est quand même particulièrement élevé lui-même). Je ne vais pourtant pas m’arrêter là car je pense que l’histoire peut me plaire. A suivre !
« Mamie cherche les embrouilles » de Mario Giordano
 
 
J’étais d’abord super emballée par ce roman policier. La vieille dame aux airs pas très sympathiques est finalement plutôt attachante et rigolote. Pourtant l’ambiance du livre a fini par ne plus trop me plaire. Adepte des pays froids et pluvieux (au désespoir de mon chéri) j’ai beaucoup de mal à lire des livres qui me donnent chaud (comme « Les petits chevaux de Tarquinia » de Marguerite Duras par exemple). Je ne vais malgré tout pas m’arrêter en si bon chemin ! 😉
 « Eurêka l’Univers selon Edgar Poe » de Edgar Allan Poe et traduit par Charles Baudelaire (Et ça c’est la classe !)
 
 
Alors, déjà la couverture est vraiment trop belle ce qui aide forcément à se décider quand on rafle tous les livres d’un magasin. J’ai également commencé à lire ce livre, et malgré les 33 pages que j’ai lues… je n’ai absolument RIEN compris. Alors est-ce le fait de le lire dans le métro n’a pas empêché ma bonne compréhension, je ne sais pas… Quoi qu’il en soit lorsque je déciderai de le terminer je le reprendrai depuis le début et dans de meilleures conditions !
« Les lois naturelles de l’enfant » de Céline Alvarez
 
Alors celui-là, c’est la maman de mon chéri qui me l’a offert pour Noël, puisque dans mes rêves les plus fous je serai l’année prochaine professeure stagiaire. Je l’ai commencé tout de suite après l’avoir reçu et il est vraiment super intéressant. Cependant vivant une année particulièrement chargée en travail (et en émotions), je privilégie les lectures qui me permettent de m’évader. Donc fatalement je n’avance pas dans cette lecture. Mais il reste une de mes priorités.
 
 
 
« La pâtisserie Bliss » de Kathryn Littlewood
 
Je suis tombée sur une critique et la couverture m’a vraiment fait craquer ! Elle m’a beaucoup fait penser à celle d’un livre que j’ai vraiment adoré : « La petite boulangerie du bout du monde ». Donc forcément, ni une ni deux, l’ebook était sur mon iPad ! (Oui, celui-là je le lis en numérique, pas le temps d’attendre de le recevoir !) C’est un roman jeunesse extrêmement léger, la pâtisserie n’y est qu’un prétexte à montrer une famille dont les dons en magie sont convoités et pourraient être mis en danger. C’est pour le moment le livre que je compte finir en premier. Il se lit vraiment très vite. Je pense que c’est la prochaine critique littéraire que vous trouverez sur mon blog ! 🙂
En espérant que cet article vous aura plu et qu’il aura pu être inspirant !
A bientôt !
[Manga] Le mari de mon frère : Volume 1

[Manga] Le mari de mon frère : Volume 1

Yaichi élève seul sa fille. Mais un jour, son quotidien va être perturbé… Perturbé par l’arrivée de Mike Flanagan dans sa vie. Ce Canadien n’est autre que le mari de son frère jumeau… Suite au décès de ce dernier, Mike est venu au Japon, pour réaliser un voyage identitaire dans la patrie de l’homme qu’il aimait. Yaichi n’a pas alors d’autre choix que d’accueillir chez lui ce beau-frère homosexuel, vis-à-vis de qui il ne sait pas comment il doit se comporter. Mais ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ? Peut-être que Kana, avec son regard de petite fille, saura lui donner les bonnes réponses… 
Mon avis :
J’ai beaucoup apprécié lire ce premier tome ! Les trois personnages de ce manga sont particulièrement attachants et les remarques innocentes de Kana sont à croquer. Le sujet pourtant très lourd à évoquer, particulièrement ces temps-ci, est pourtant pris avec beaucoup de légèreté et de fraicheur.
On peut tout de même reprocher au manga sa « naïveté » si je puis dire. Le papa au premier abord un peu fermé se retrouve à se poser beaucoup de questions qu’une personne ne se poserait finalement pas. L’auteur a voulu montrer qu’il était possible de changer, que l’homophobie n’était pas une fatalité. Ici le changement s’opère rapidement et de manière très douce. Finalement, il ne s’est jamais vraiment posé la question, pourquoi tant de préjugés ? On s’aperçoit vite que ce n’est pas ce qu’il se passe dans la plus part des esprits de nos jours.
Mike, lui est un gros nounours hyper attachant, sans aucune ambiguïté. On est à la fois attristé par le manque qu’il ressent, et très heureux de voir qu’il a l’occasion de partager des souvenirs avec une nouvelle famille aimante.
Les dessins du manga sont absolument adorables et les pages colorisées sont également très jolies.
En bref, un manga agréable à lire et qui aborde d’une nouvelle manière le thème de l’homosexualité. Foncez ! 🙂
Sherlock Holmes : Tome 1

Sherlock Holmes : Tome 1

La série Sherlock est une de mes séries TV préférées. Les acteurs sont excellents et l’univers remis au goût du jour dans une certaine harmonie.
Les auteurs de la série l’ont récemment adaptée en manga et j’ai tout de suite trouvé l’idée excellente ! J’ai donc foncé sur Amazon précommander le livre : ici. Et quelques jours plus tard le voici enfin entre mes mains !
Rapatrié d’Afghanistan à cause d’une blessure et de troubles psychologiques, le Dr. Watson retrouve un vieil ami de l’époque de la faculté de médecine qui lui présente son futur colocataire. D’un seul coup d’oeil, cette personne devine qu’il s’agit d’un médecin militaire de retour du Moyen-Orient, qu’un de ses proches est victime d’alcoolisme ou encore qu’il est suivi par un thérapeute. Le nom de ce colocataire ? Sherlock Holmes.
Mon avis :
La couverture est magnifique. Les dessins sont superbes et représentent à merveille les personnages. La trame correspond parfaitement au premier épisode de la série avec quelques petites améliorations de ci de là dans les dialogues.
Ce que je regrette c’est peut-être que justement le livre respecte trop parfaitement la série. J’aurais aimé voir une aventure non télévisée en manga. Peut-être une de celles dont le Dr Watson parle dans son blog. Attendons, peut-être que c’est ce que Mark Gatiss et Steven Moffat (les auteurs) ont prévu de faire !
Malgré cela c’est un manga que je recommande chaleureusement aux fans de la série. Je suis par ailleurs curieuse de savoir si la trame de l’histoire reste compréhensible pour ceux qui n’ont pas vu l’épisode.
Ann Granger – Lizzie Martin et Benjamin Ross

Ann Granger – Lizzie Martin et Benjamin Ross

Ann Granger est l’auteur de nombreux roman policiers, dont plusieurs séries de duos : Mitchell et Markby, Campbell et Carter et Lizzie Martin et Benjamin Ross.

   J’ai tout de suite été attirée par la très jolie couverture du premier tome de la série Lizzie Martin et Ben Ross.
L’histoire se déroule dans et aux alentours de Londres dans la moitié du XIXème siècle. En voici la quatrième de couverture :

Nous sommes en 1864 et Lizzie Martin accepte un poste de dame de compagnie à Londres auprès d’une riche veuve qui est aussi une propriétaire de taudis. Lizzie est intriguée d’apprendre que la précédente dame de compagnie a disparu, apparemment après s’être enfuie avec un inconnu. Mais quand le corps de la jeune fille est retrouvée dans les décombres de l’un des bidonvilles démolis récemment autour de la nouvelle gare de St Pancras, Lizzie commence à se demander ce qui s’est passé. Elle renoue avec un ami d’enfance, devenu l’inspecteur Benjamin Ross, et commence à enquêter avec son aide, au péril de sa vie, pour découvrir la vérité sur la mort de la jeune fille dont le sort semble étroitement lié au sien.
 
Mon avis :
    J’ai particulièrement apprécié l’ambiance de ce livre et me suis beaucoup attachée aux personnages. Lizzie a un côté insupportable car légèrement impertinente, mais c’est ce qui fait son charme et c’est bien ce qui fait qu’elle semble avoir le don de s’embarquer dans des histoires hors du commun.
Le détective Ross quand à lui est typiquement le genre de personnage principal que je recherche quand je m’attaque à un roman policier. Malin, une touche d’humour qui n’est pas pour me déplaire et surtout un air très sympathique. 
 
    La complexité des enquêtes augmente au fur et à mesure des tomes et reste pourtant facile à suivre. On est emmené à travers les pensées des deux personnages principaux à étudier plusieurs pistes, qui nous emmènent finalement vers une résolution souvent surprenante. Je n’ai lu pour l’instant que les trois premiers tomes (sur six si je ne me trompe pas, le sixième sortant bientôt) et je n’ai qu’une hâte : que mon concours soit passé pour me plonger à nouveau dans la lecture de ces livres que je vais encore certainement dévorer !
 
    En résumé, ce n’est pas les romans policiers les plus noirs que vous trouverez, ils sont plutôt légers dans leur genre, mais extrêmement agréables à lire et feront passer aux amateurs d’enquêtes de très bons moments ! 
Ma sélection de livres pour bien préparer le CRPE

Ma sélection de livres pour bien préparer le CRPE

Bonjour !
Voici un petit topo sur les bouquins qui m’aident en ce moment même dans mes révisions pour le CRPE !
J’ai quelques livres pour m’aider à compléter les cours de l’Oratoire afin de préparer le CRPE. Cependant tous ne sont pas ni agréables à lire, ni complets ou d’une grande aide. J’ai mes petits favoris :
Pour les épreuves d’admissibilité :
 
En Français :
 
Le Vuibert, en un seul volume, qui comprend la théorie ET la didactique. L’ensemble est très clair, plutôt complet. Il manque (au moins) une partie sur la poésie en didactique.
Il est divisé en 6 parties :
• Grammaire de phrase
• Grammaire de texte et analyse du discours
• Système phonologique et orthographe
• Lexique
• L’analyse de textes (chapitre à part puisqu’il s’agit de la production de réponse, partie 1 de l’épreuve)
• Lire, écrire, comprendre et s’exprimer à l’oral
Chaque partie est composée de savoirs disciplinaires et de savoirs et pratiques didactiques (Exceptés l’analyse de textes qui ne contient que des savoirs disciplinaires, et la dernière partie qui ne contient que de la didactique)
L’ouvrage comporte des sujets, des exercices, des cours plutôt complets. Il apporte les bases nécessaires à la réussite du CRPE.

Le hachette, Objectif CRPE, QCM Français. Utile pour se tester et voir ce qu’il reste à réviser. C’est, comme son nom l’indique, un QCM, composé de 300 questions, et comportant les notions les plus importantes.
J’avoue que je ne l’ai qu’à peine commencé, cependant je l’utilise au fil de mes révisions, pour vérifier tous les points que je révise.

Toujours chez hachette : le Bled Orthographe, le Bled Grammaire et le Bled Conjugaison trouvables ICI. Très agréables à lire, très clairs. Manquent malgré tout parfois quelques informations plus poussées en grammaire.

En Mathématiques :
Chez hachette (encore et toujours), le gros Objectif CRPE qui contient cours, entrainement et méthodologie. Il est au top pour la partie cours et entrainement, cependant pas super à jour pour les programmes ! Ce qui est quand même un comble pour un bouquin qui porte la mention « CONCOURS 2017 ». Oups.

Dans la même catégorie, le petit Objectif CRPE « Entraînement Maths« , sympa, à emmener partout, pratique pour vérifier nos connaissances.

Pour les épreuves d’admission :
 
J’ai choisi de faire mon dossier en sciences, j’ai donc acheté le Hatier « Sciences et technologies ». Joli, plein de couleurs, mais connaissances légèrement au ras des pâquerettes. Il est sympa pour avoir un aperçu du dossier que l’on va devoir rendre.

Pour l’EPS et le Système éducatif j’ai le Hatier également, qui décidément n’est pas génial pour le CRPE puisque la partie EPS est incomplète (il manque une vraie partie natation)… La partie système éducatif est plutôt agréable à lire et pleine de bonnes informations. Cependant je pense qu’il faut faire des sujets d’entrainement et suivre l’actualité de l’éducation pour vraiment se préparer.

Egalement en Système éducatif, j’ai acheté le petit Vuibert, qui lui est super sympa, sous forme de petites fiches, suivies d’un QCM de validation des connaissances. Je recommande !

Bien entendu il y a tout plein d’annales chez Nathan qui sont vraiment au top pour les sujets d’entrainement, que ce soit en mathématiques ou en Français, en théorie ou en didactique !
Et puis évidement il n’y a pas que les livres ! Le max de l’aide que vous pourrez trouver sera sur internet !
L’Oratoire pour préparer le CRPE ?

L’Oratoire pour préparer le CRPE ?

Hier était mon dernier jour de cours passé à l’Oratoire, l’ISFEC (institut supérieur de formation de l’enseignement catholique) de Lyon, situé à Caluire. J’y suis inscrite en M1 MEEF jusqu’à la fin de l’année scolaire. L’Oratoire est un établissement privé catholique spécialisé dans l’enseignement. Alors évidement, n’étant pas super branchée religion, je me suis longtemps posé la question : étudier dans un établissement privé, ou un établissement public ?

J’ai passé toute ma scolarité (maternelle à lycée) dans des établissements privés, puis mes études supérieures -jusque là- dans un établissement public. Alors oui, la formation coûte des sous, c’est sûr. Sachant que n’étant pas boursière, ça me coûtait tout de même de l’argent de m’inscrire dans le public (certes pas la même somme).

Jusqu’à un certain point, j’étais sûre d’être bien formée dans une école privée. Et même si je n’avais pas le concours, j’aurais au moins validé mon M1.

Bref, je me suis inscrite, et après y avoir passé un certain temps, je peux faire un petit compte rendu de mes impressions.

La préparation au concours :

 Lorsque vous rentrez à l’Oratoire, on vous dit, et on appuie sur le fait que c’est une prépa concours. Attention !! Tout ce qu’il y a à faire pour valider le master vous empêche de travailler comme il le faudrait pour le concours. Pour ce qui est des parties 1 et 2 de maths et français (exercices…) les cours sont utiles, les formateurs sont présents pour répondre aux demandes. Rajoutez tout de même tout au long de l’année, de vous même, plusieurs exercices d’application pour vous entraîner. En revanche pour ce qui est de la préparation à la partie didactique : autant nous donner un cours écrit et nous laisser le lire et le potasser tranquillement, nous aurions perdu beaucoup moins de temps.

En ce qui concerne les oraux… La préparation est inexistante en EPS. Les cours sont vides et bien trop espacés. Résultat on se retrouve à quelques semaines de l’oral en n’ayant rien commencé à réviser et en cherchant à croiser toutes les informations possibles sur internet. Pour l’oral de CSE nous avons eu quelques entrainements qui ont surtout aidé à comprendre comment étudier les textes et comment construire son introduction.

En bref : la préparation au concours se fait à 85% en solo dès le début de l’année !

Les points positifs :

La formation :

Master 1 facile à avoir. Malgré le fait que certaines matières ne soient pas forcément les plus faciles (maths et français), d’autres enseignements permettent aisément de rattraper des accidents de parcours (Anglais, Tice…)

De bons formateurs. La qualité de l’enseignement est assez élevée. La plus part des formateurs sont à l’écoute et prêts à aider.

Aménagements possibles de l’emploi du temps (pas de cours d’anglais si preuve que l’on a un niveau B2, pas de cours de culture religieuse si le concours est passé dans le public)

 

Le stage : 

• Le stage est trouvé par l’Oratoire.

• Possibilité (à voir en début d’année) de décharge de direction rémunérée.

• J’ai eu énormément de chance d’avoir eu le stage que j’ai obtenu, ce qui n’a pas été le cas de tout le monde.

Les équipements :

Grand parking (important dans une grande ville) à disposition de l’Oratoire donc l’ouverture se fait grâce à la carte étudiante.

Beaucoup de salles de travail, il est rare de ne pas trouver d’endroit où travailler.

• Un self pour ceux qui ont la flemme ET une salle de repas (avec plusieurs micro-ondes) pour ceux qui préfèrent savoir ce qu’il y a dans leur assiette. Possibilité de manger dehors.

 

L’ambiance :

• Formateurs agréables

• Direction très à l’écoute

• Ambiance très familiale

 

Les points négatifs :

La formation :

Trop de travail demandé pour le master. Certes le master 1 est extrêmement facile à obtenir, cependant la quantité de travail à fournir est beaucoup trop importante (travaux de groupes sans intérêts demandant beaucoup trop de temps, dossiers à rendre…)

• Beaucoup trop de formateurs pour un seul intitulé (Situations éducatives) ce qui rend l’organisation personnelle et la compréhension parfois difficile. Peut-être aurait-il mieux fallu les suivre les uns après les autres et non pas tous les mélanger.

• Enormément de documents à imprimer, gare à votre budget encre !

• Très peu d’indications quand aux livres à acheter pour mieux se préparer au concours.

Semaines mal organisées (à coups de cours le mercredi matin et cours le jeudi après midi, sans possibilité de tout mettre un même jour, merci pour l’essence).

• Pas assez de plages horaires destinées au travail personnel.

Le stage :

Pas de réelle prise en compte du lieu d’habitation pour la recherche du stage, ni du fait que l’étudiant soit véhiculé ou non.

• Certaines écoles n’étaient pas au courant de la venue des stagiaires ce qui a créé parfois une ambiance légèrement tendue lors des jours de stage.

 

Les équipements :

Pas d’imprimante à disposition des étudiants.

Pas de possibilité de scanner nos documents (pourtant assurée en début d’année).

• Une très mauvaise connexion, on ne peut pas compter sur la wifi pour télécharger les fichiers dont nous auront besoin dans la journée.

• Pas assez de prises électriques dans les salles.

• Pas assez de tables pour manger à l’extérieur.

 

L’ambiance :

Tensions dues à l’année de concours.

• Beaucoup de bavardages pendant certains cours.

Alors… le privé ou le public ?

Eh bien je ne sais pas, je n’ai pas testé le M1 MEEF 1er degré dans le public. Cependant je me sens satisfaite par cette année à l’Oratoire malgré quelques petits bémols. Je trouve que la préparation est plutôt adéquate si le travail personnel est aussi régulier. Quoi qu’il en soit, si c’était à refaire c’est certainement encore à l’Oratoire que je m’inscrirais !